Le retour du «Mavi Marmara»


Le «Mavi Marmara», le navire amiral turc de la flottille «Free Palestine», qui avait été arraisonné par Israël, le 31 mai dernier, lors d’une opération qui s’était soldée par la mort de 9 militants humanitaires, vient d’être rendu à la Turquie où il est arrivé le 7 août dernier. Israël a finalement renoncé à exiger d’Ankara la garantie que ce navire ne soit plus utilisé dans une action similaire à l’avenir. La restitution de ce bâtiment, comme d’ailleurs celle des deux autres bateaux turcs participant à la flottille, confirme un certain apaisement de la crise ouverte le 31 mai, puisque Israël a par ailleurs accepté, le 2 août dernier, la mise en place de la commission d’enquête internationale demandée par le Conseil de sécurité de l’ONU, au lendemain de l’arraisonnement meurtrier.

Pour autant, il serait bien téméraire de voir dans cette accalmie le début d’un processus tendant à restaurer les relations entre les deux pays à leur niveau antérieur. Peu après l’annonce de sa décision d’accepter la commission d’enquête internationale, Tel Aviv, par la voix d’Ehoud Barack, s’en est pris à Ankara, en exprimant son inquiétude à l’égard de la récente nomination, à la tête des services secrets turcs, d’Hakan Fidan, que le ministre israélien de la défense a accusé d’être un «supporter de l’Iran». Ces propos n’ont pas été du goût du gouvernement turc qui a convoqué pour explication, Gaby Lévy, l’ambassadeur d’Israël à Ankara. Cette convocation a suivi de peu celle qui a concerné le numéro deux de l’ambassade des Etats-Unis en Turquie. Ankara, là encore, a tenu à faire savoir son mécontentement à l’égard de récents propos tenus par Susan Rice, la représentante de Washington à l’ONU. À l’issue de l’accord israélien permettant le lancement de l’enquête internationale, en effet, Madame Rice avait déclaré que la future enquête internationale allait favoriser un rapprochement turco-israélien et n’éteignait pas les enquêtes lancées auparavant par Israël. Le ministère turc des affaires étrangères a rappelé, à cet égard, que la commission internationale avait pour objet d’enquêter sur l’incident et pas d’absoudre Israël ou même d’améliorer les relations turco-israéliennes.

Il semble bien que loin de signifier une sortie de crise et d’être des gestes de bonne volonté, les dernières décisions israéliennes visent plutôt à permettre à l’Etat hébreu de reprendre l’initiative sur un dossier où il se trouve dans une situation difficile. Après les condamnations internationales, et même les fortes critiques de la presse israélienne, qui ont accueilli le fiasco de l’arraisonnement de la flottille, Tel Aviv calmerait le jeu pour essayer de faire reconnaître que le gouvernement turc a une part de responsabilité dans l’affaire du «Mavi Marmara». En faisant ressortir les liens existant entre l’organisation humanitaire turque (IHH) ayant affrété le «Mavi Marmara» et le Hamas palestinien, les Israéliens pourraient essayer de retourner cette affaire contre la Turquie. À cette fin, Tel Aviv sera sans doute tenté d’utiliser d’autres arguments, en particulier les liens entre le parti au pouvoir et IHH ainsi que le fait que, comme l’a révélé la presse turque, les militants humanitaires d’IHH auraient, dans un premier temps rossé le commando israélien procédant à l’arraisonnement du navire. En acceptant une commission internationale, Israël s’emploierait donc à démontrer que l’opération conduite par IHH n’avait rien d’humanitaire et que ses commandos se seraient trouvés en état de légitime défense face à des militants plus islamistes qu’humanitaires, et surtout prêts à en découdre.

Il reste que cette entreprise sera difficile à mener à bien, car en conduisant une opération violente, de surcroît à caractère préventif, dans les eaux internationales, Tel Aviv a gravement porté atteinte au droit international, et sans doute réagi de façon disproportionnée à l’égard d’une action militante dont il sera difficile de démontrer qu’elle menaçait directement et dangereusement les intérêts israéliens.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *