Référendum du 12 septembre en Turquie : une campagne pour l’instant décevante

À un mois du référendum qui doit se prononcer sur la révision constitutionnelle que le gouvernement a fait adopter par l’Assemblée nationale en mai dernier, la campagne qui le précède s’enlise dans des querelles de personne et des propos manichéens, qui sont loin d’éclairer le citoyen turc sur les enjeux réels du scrutin. Rappelons que le texte, qui est proposé au référendum, est un ensemble de mesures hétérogènes, dont l’objet principal vise à réformer la hiérarchie judiciaire, en particulier la composition de deux instances (la Cour constitutionnelle et le HSYK – Hakimler ve Savcılar Yüksek Kurulu – Conseil des juges et des procureurs, équivalent du Conseil supérieur de la magistrature), qui sont apparues, depuis 2007, comme les adversaires les plus coriaces du gouvernement. La révision lève aussi l’immunité dont bénéficient les auteurs du coup d’Etat de 1980 à l’égard de la justice et entend promouvoir diverses mesures d’amélioration de l’Etat de droit (création d’un Ombudsman, renforcement de la parité homme-femme et des droits des fonctionnaires…).

Toutes ces dispositions sont pourtant assez peu discutées dans la campagne qui se déroule depuis la fin du mois de juillet, et qui s’est fait récemment voler la vedette par une nouvelle confrontation entre le gouvernement et l’armée, à l’occasion de la tenue du dernier YAŞ (Yüksek Askeri Şura – Conseil militaire supérieur). L’AKP s’emploie, certes, à donner une dimension symbolique au scrutin dont la date de tenue est en elle-même tout un symbole, puisqu’il s’agit de celle du coup d’Etat de 1980. Récemment, de passage dans la ville de naissance d’Adnan Menderes (Aydın), le premier ministre a invoqué un autre coup d’Etat, celui du 27 mai 1960 pour expliquer que sa révision constitutionnelle vise à empêcher que de tels événements se reproduisent. Mais cette ambition aurait dû justifier une réforme de plus d’ampleur en terme de citoyenneté et de démocratie, or le menu proposé au citoyen turc est bien terne par rapport aux ambitions initiales qui annonçaient une nouvelle Constitution.

Dès lors, pour ne pas parler de choses qui fâchent, les leaders politiques préfèrent se jeter au visage leurs propres turpitudes, réelles ou supposées. Kemal Kılıçdaroğlu, le leader du CHP, qui se veut le «Monsieur Propre» de la politique turque, a épinglé le premier ministre sur ses revenus, en allant jusqu’à le traiter d’escroc. Se référant à un proverbe turc célèbre, le leader de l’AKP a estimé en réponse que le père de son homologue kémaliste devait sans doute avoir honte d’un tel langage dans la bouche de son fils. Comme si cela ne suffisait pas, Melih Gökçek, le maire AKP d’Ankara, s’en est pris à Kemal Kılıçdaroğlu, pour démontrer qu’il n’était pas l’honnête homme qu’il prétendait être, en lui demandant de s’expliquer sur les 7 appartements et la villa avec piscine, dont il serait propriétaire. Cette attaque a été perçue par la presse comme le prolongement du fameux débat, qui avait opposé les deux hommes, lors d’un débat télévisé sur la corruption, avant les dernières élections locales. Face au marasme ambiant, les médias en sont réduits à se mettre à l’affût de l’anecdote croustillante. Ainsi Hürriyet relatait hier que Deniz Baykal avait été, à Izmir récemment, le témoin d’un mariage où les mariés avaient préféré dire «j’accepte» plutôt que de prononcer un «oui», devenu suspect par les temps qui courent.

En réalité, aucune formation politique n’est vraiment très à l’aise à l’égard de cette consultation. L’AKP, qui entend faire un événement de ce référendum, ne peut masquer les lacunes de sa révision par rapport à ses projets initiaux qui, à l’issue des élections de 2007, annonçaient une «Constitution civile» en remplacement de la «Constitution militaire» de 1982. Le CHP espère que ce scrutin sera, si ce n’est une défaite pour le gouvernement, du moins la démonstration de la réduction de son influence. Mais, dans le même temps, en s’opposant à la réforme d’une Constitution mise en place par les putschistes de 1980, le parti kémaliste risque d’apparaître comme le défenseur de ces derniers. Même problème pour le MHP, pris entre sa volonté de faire du scrutin du 12 septembre un vote de rejet du gouvernement, et le risque d’apparaître lui aussi comme un promoteur des coups d’Etat, au moment où il est à la recherche de plus de respectabilité, pour élargir son influence. Quant aux Kurdes du BDP, qui appellent à l’abstention, ils reprochent à l’AKP de n’avoir pas réalisé une vraie réforme de la Constitution actuelle, mais ne souhaitent pas que leur rejet de la révision proposée soit assimilé à celui prôné par les campagnes du CHP et du MHP.

Concernant le résultat, les enquêtes d’opinion restent incertaines. Un sondage, publié par le quotidien gouvernemental «Yeni Şafak» et réalisé par l’Institut «GENAR», pronostique une victoire du «oui», crédité de 56,2%, le «non» obtenant 43,9%. Le sondage indique également que 50% des électeurs du BDP, 25,9% des électeurs du MHP et 8,2% des électeurs du CHP voteraient «oui», en ne respectant pas les consignes de vote de la formation qui a leur préférence habituellement. Certains commentateurs estiment qu’une partie centrale de l’opinion perçoit la révision comme une étape importante pour la démilitarisation du système politique turc, et pourrait être, de fait, encline à la soutenir, assurant ainsi le succès du «Oui». Toutefois, un autre sondage publié aujourd’hui par le quotidien d’opposition «Vatan» et réalisé par l’Institut SONAR, annonce, lui, une courte victoire du «non» qui atteindrait 50,8%, le «oui» ne réalisant qu’un score de 49,1%…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *