Pour la première fois depuis 88 ans, une messe est célébrée au monastère de Sümela près de Trabzon

Trois mille orthodoxes venus principalement de Grèce, de Géorgie et des Etats-Unis ont participé à la messe de l’Assomption, le 15 août 2010, au monastère de Sümela, près du port de Trabzon (nord-est de la Turquie). Cinq cents d’entre eux ont pu accéder directement à l’édifice, perché sur le flanc d’une falaise, les autres ont pu assister à l’office devant un écran géant, installé en contrebas. C’est la première fois depuis la fondation de la République, en 1923, qu’une cérémonie religieuse a lieu, à cet endroit. En 2008, un groupe de pèlerins grecs, parmi lesquels figurait le maire de Thessalonique en personne, avait tenté de se recueillir au monastère, provoquant l’ire des autorités turques, qui avaient rappelé que ce monastère a le statut de musée et non celui de lieu de culte, à l’instar d’un certain nombre de monuments chrétiens emblématiques orthodoxes ou arméniens de Turquie, comme Sainte Sophie à Istanbul, ou l’église d’Aktamar sur le lac de Van. Mais, en novembre 2009, dans un geste de décrispation et d’ouverture, le gouvernement avait annoncé que la célébration d’offices religieux pourrait être autorisée à Sümela et dans l’église d’Akhtamar (cf. notre édition du 11 novembre 2009). Une messe devrait se tenir d’ailleurs à Aktamar, au mois de septembre prochain.

Le statut de ces édifices est au cœur de polémiques anciennes et permanentes en Turquie. On se souvient que le pape Paul VI avait provoqué la stupeur des autorités turques en s’agenouillant dans la basilique de Sainte-Sophie, lors de sa visite officielle à Istanbul, en 1966. De fait, le comportement de Benoît XVI au même endroit, en 2006, fut particulièrement observé. Opportunément, il préféra passer rapidement en ces lieux contestés pour aller se «recueillir» (nous reprenons ici l’expression du Vatican dans son communiqué officiel), aux côtés du grand müfti d’Istanbul, dans la mosquée voisine de Sültanahmet.

Dans le contexte politique contemporain, le gouvernement de l’AKP s’est montré beaucoup plus conciliant à l’égard des communautés chrétiennes de Turquie, que ses prédécesseurs laïques. La veille en arrivant à l’aéroport de Trabzon, le Patriarche Bartholomée qui a célébré l’office dimanche a d’ailleurs remercié le gouvernement en ces termes :

«Nous sommes très reconnaissants, car ce jour n’est pas sacré seulement pour les gens de la mer Noire, mais aussi pour tous les orthodoxes et les chrétiens du monde, car c’est le jour de l’Assomption de la Vierge Marie. Cette année, nous sommes bénis de pouvoir célébrer cette fête à Sümela. C’est d’abord grâce de Dieu, c’est ensuite grâce au gouvernement.»

L’année passée, pour le 15 août, le premier ministre avait symboliquement déjeuné sur les îles des Princes (au large d’Istanbul) avec les principaux représentants des minorités chrétiennes et juives (patriarches orthodoxe et arménien, grand rabbin…) et avait évoqué une possible réouverture du séminaire orthodoxe de l’île d’Hebeyli (près d’Istanbul), qui n’est toujours pas intervenue à ce jour. Il faut dire que la République de Turquie, si elle accorde un statut de minorités aux communautés chrétiennes (arménienne et grecque) et juive en vertu du Traité de Lausanne, refuse le caractère œcuménique du patriarcat orthodoxe d’Istanbul et s’oppose à l’idée qu’un séminaire situé en Turquie puisse former des prêtres destinés à l’ensemble du monde orthodoxe.

Pour leur part, les milieux laïques turcs considèrent avec méfiance la stratégie d’ouverture du gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan à l’égard des minorités chrétiennes, en craignant qu’elle ne préfigure l’octroi de nouveaux droits aux congrégations musulmanes sunnites. Leurs réticences tiennent aussi à une conception paradoxale de la citoyenneté turque qui les amène à faire de l’islam un élément de l’identité nationale, et à ne pas regarder de ce fait les citoyens turcs d’une autre confession comme des Turcs à part entière (cf. nos éditions des 16, 18 et 20 avril 2010).

En dépit de ces réserves, la célébration d’une messe à Sümela témoigne sans doute des évolutions importantes de la société turque au cours des dernières années, et notamment de sa plus grande tolérance pour les différences et les identités distinctes.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *