Une stratégie commune entre l’AKP et le Mouvement de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne ?


L’élection surprise de Fethullah Gülen, penseur, philosophe et leader religieux turc, comme penseur le plus influent de l’année par le magazine «Foreign Policy», en juin 2008, a montré au monde entier l’ampleur de son réseau social (550 000 votes en sa faveur ont été enregistrés par le site internet de la revue).

Entre fantasme et réalité, le mouvement de Gülen, dont les membres tendent plutôt à se définir comme une école de pensée, a développé un réseau ayant désormais des ramifications internationales extrêmement importantes. Ce mouvement, doté d’un mode d’organisation moderniste, qui a poussé Bertrand Badie à parler de «néo-confrérie», est fort d’un réseau social qui s’étend désormais dans le monde entier. Il comprend une chaîne de télévision (Samanyolu TV), un quotidien (Zaman), une fondation intellectuelle (Gazeteciler ve Yazarlar Vakfi – Fondation des Journalistes et Ecrivains), un syndicat patronal (TUSKON), une association humanitaire (KIMSE YOK MU), le tout articulé autour d’un réseau d’écoles de très bon niveau. En effet, l’un des mots d’ordre principaux de ce mouvement, «des écoles plutôt que des mosquées», a incité ses membres à ouvrir des écoles dans plus de 120 pays, même en France où le premier établissement a vu le jour, à Villeneuve-Saint-Georges, en banlieue parisienne, à la rentrée 2009.

Après s’être étendu en Asie centrale depuis les années 90, il semble donc que ces «néo-nurcu» s’implantent désormais en Afrique subsaharienne avec des ouvertures d’écoles dans plus de 40 pays de la région, notamment en Afrique du Sud, au Kenya, en Tanzanie, et au Cameroun. Certains des entrepreneurs proches du mouvement ont profité des relations commerciales fructueuses qu’ils ont établies avec l’Afrique pour mettre en œuvre les préceptes de «hoca efendi» (le maître, Fethullah Gülen). La création d’écoles se fait ainsi à l’occasion d’un parrainage non centralisé, qui permet à des entrepreneurs adhérant au projet du mouvement, de financer l’ouverture d’écoles turques dans ces pays.

En ce sens, on observe une sorte de rapprochement des agendas du pouvoir politique et du mouvement religieux. En effet, depuis 1998, le gouvernement turc a lancé un programme d’ «Opening up to Africa» visant à accroitre non seulement les échanges culturels et sociaux, mais aussi les relations économiques et politiques avec l’Afrique. Dans le cadre de la rénovation de la politique étrangère turque, soutenue par une stratégie de plus forte présence internationale, qui a été théorisée par le ministre des affaires étrangères Ahmet Davutoğlu, et qui repose sur l’idée «d’approfondissement stratégique», l’Afrique semble désormais être un allié fondamental pour aider la Turquie à s’affirmer sur la scène internationale. Dans un tel processus, la dimension religieuse est particulièrement mise en valeur, la Turquie se positionnant en tant qu’héritière de l’Empire Ottoman pour utiliser son prestige auprès des musulmans d’Afrique. En outre, l’appel de Recep Tayip Erdoğan, lors du premier sommet turco-africain aux «hommes d’affaires et associations turcs pour se tourner vers le continent africain» est proche du projet des entrepreneurs de la TUSKON qui, forts de leurs échanges industriels fructueux avec certains pays africains, entendent aussi faire œuvre de bienfaisance.

Pourtant cette concordance d’agenda, ou cette «joint venture» dont parle Olivier Roy (dans la préface du livre de Bayram Balcı, «Missionnaires de l’Islam en Asie Centrale», Ed. IFEA –Maisonneuve et Larose, 2003) ne doit pas conduire à exclure l’éventualité de divergences de vues entre les deux acteurs, comme l’a bien montré la surprenante prise de position de Fethullah Gülen à propos de l’affaire de la flottille «Free Palestine», qui l’a vu en total désaccord avec le discours du premier ministre turc. En effet, alors que Recep Tayyip Erdoğan ne décolérait pas après l’attaque israélienne, se faisant le champion de la cause palestinienne, Fethullah Gülen a pris ses distances avec l’association IHH, qui avait affrété le «Mavi Marmara», critiquant le non respect des dispositions légales et la témérité de cette association. À cette occasion, en outre, des voix se sont élevées, au sein même de l’AKP, pour soutenir les réserves de Fethullah Gülen à l’égard des positions les plus extrêmes, ce qui a créé des dissensions au sein du parti. Le vice-Premier ministre, Bülent Arınç, a notamment défendu les propos du leader religieux, en estimant que «hoca efendi» avait dit en l’occurrence «la vérité, comme toujours».

Ainsi, s’il semble bien exister une véritable fenêtre d’opportunité amenant à une concordance de stratégie entre le gouvernement et des membres du mouvement de Fethullah Gülen, l’idée d’un agenda caché d’islamisation de la Turquie, conduit par le gouvernement main dans la main cette «néo-confrérie», semble tout à fait excessive. Plus particulièrement, il convient d’être conscient qu’existe, au sein même de ces deux instances, une diversité des positions des acteurs, qu’ont bien montré les dissensions récentes à propos de l’affaire de la flottille.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. luna dit :

    C’est une catastrophe pour nous Africain!!!

    Apres les Chinois, les Indiens etc, il fallait en plus que l’on se tape les turcs!!! Et pire encore l’islam turc!!

    Ces gens vont nous importer rien d’autres que des guerres de religions avec leurs ecoles islamiques.
    Que ce soit un islam modere ou pas, la n’est pas la question, il est impossible d’imposer des ecoles religieuses sans qu’il n’y ai des conflit a un moment ou a un autre, surtout si c’est pour consolider des interets economiques derrieres.
    Les turcs n’auraient jamais accepte si les chretiens, pour des besoins economiques, fondaient strategiquements des ecoles chretiennes, faisant chanter et dancer les enfants turcs aux hymnes Americains ou chretien; jamais les turcs auraient accepte cela, l’HYPOCRISIE MEME !!!

    Si ces rigolos pensent que l’on va se laisse faire, c’est qu’ils sont plus betes encore….
    Qu’ils prennent garde !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *