La question kurde et le référendum du 12 septembre

Le PKK a décrété un cessez-le-feu depuis le début du Ramadan et jusqu’au 20 septembre prochain. L’un des principaux leaders de l’organisation rebelle kurde, considéré par certains comme son numéro deux, Murat Karayılan, a expliqué récemment que cette initiative était la conséquence de négociations officieuses menées avec le gouvernement turc. Le député du parti nationaliste MHP, Oktay Vural, a accusé le gouvernement et le BDP de mener des négociations en sous-main avec Abdullah Öcalan, le leader emprisonné du PKK, et même de préparer un projet d’autonomie pour les provinces kurdes de Turquie. Le gouvernement a, pour sa part, démenti tout contact de ce genre.

Il reste que ce cessez-le-feu intervient à un moment opportun pour le gouvernement, puisqu’il permet à la campagne pour le référendum, qui doit avoir lieu le 12 septembre prochain, de se tenir dans une ambiance plus sereine. Depuis le début du printemps, en effet, les attentats, embuscades ou accrochages dans le sud-est du pays ont fait près de 200 morts parmi les soldats turcs et les rebelles kurdes. Cette situation a provoqué une forte émotion dans l’opinion publique et vu l’opposition mettre le gouvernement sous pression, en lui reprochant une prétendue faiblesse face à la rébellion kurde. Pendant les quinze derniers jours, la tension a décru dans le sud-est, sans pour autant disparaître : lors du week-end dernier, 7 rebelles et un soldat turc ont été tués à l’occasion d’accrochages à Şırnak et à Van.

Dans une interview pour le quotidien anglophone «Today’s Zaman», Oral Çalışlar, un journaliste qui a longtemps travaillé pour le quotidien kémaliste «Cumhuriyet», avant de rallier le quotidien libéral «Radikal», en 2008, estime que ce cessez-le-feu est une opportunité qui doit être prise très au sérieux. Selon lui, des expériences similaires de cessez-le-feu autoproclamés par le PKK ont échoué antérieurement parce que l’armée, qui était alors un pouvoir dominant, n’avait pas voulu jouer le jeu. Mais aujourd’hui, les choses sont différentes, car le système politique turc a changé. D’une part, l’armée est sortie très affaiblie du dernier YAŞ (cf. notre édition du 10 août 2010). D’autre part, «en dépit des déficiences démocratiques de la Turquie, il y a un gouvernement qui, beaucoup plus que ses prédécesseurs, désire une solution civile à ce problème.» Selon Oral Çalışlar, deux tâches prioritaires doivent être accomplies pour régler la question kurde. La première est de convaincre le PKK d’abandonner les armes et de descendre des montagnes, la seconde est d’achever le processus de démocratisation. Il pense pour cela que l’on ne peut pas faire autrement que d’engager des pourparlers directs avec le PKK, notamment parce qu’il a montré ces dernières semaines qu’il demeurait militairement actif, et conservait une réelle légitimité chez les Kurdes. Reste à savoir qui peut servir d’intermédiaire en l’occurrence. Oral Çalışlar estime que le BDP, la formation parlementaire kurde n’est pas la mieux placée. Selon lui, le DTK (Demokratik Toplum Kongresi – Congrès pour une société démocratique), la nouvelle organisation d’Ahmet Türk et Aysel Tuğluk, qui englobe le BDP et la plupart des ONG kurdes, serait plus légitime dans ce rôle.

Les thèmes abordés par cette interview reflètent bien les débats en cours en Turquie sur la question kurde dans le contexte politique actuel du référendum. Après l’enlisement de «l’ouverture démocratique», la dissolution du DTP, la multiplication des arrestations de responsables kurdes et la flambée de violence du printemps dernier, certains pensent que le référendum peut être l’occasion d’une relance des tentatives de règlement d’un problème qui reste le plus important défi qu’ait à relever la Turquie contemporaine. L’obstacle majeur à cette hypothèse est pourtant que la question kurde a été totalement tenue à l’écart de la réforme qui est l’objet de ce référendum. C’est ce qui explique que le BDP ait décidé d’appeler à boycotter cette consultation que, selon les sondages, près de la moitié de son électorat s’apprêterait néanmoins à ne pas bouder pour soutenir la révision constitutionnelle proposée. Cette situation a conduit certains observateurs à penser que le BDP pourrait changer de position. Ahmet Türk, l’ancien leader du DTP et présentement leader du DTK, avait déclaré, la semaine dernière, que si le gouvernement faisait des concessions, notamment s’il décidait d’abaisser de 10% le seuil nécessaire qui permet d’avoir une représentation parlementaire, les organisations kurdes pourraient revoir leur consigne de vote et soutenir la révision constitutionnelle.

Recep Tayyip Erdoğan, qui doit tenir un meeting de campagne, le 3 septembre prochain à Diyarbakır, répondra-t-il à cet appel au dialogue, au risque d’être accusé par l’opposition laïque et nationaliste de céder à la rébellion ? Il sera peut-être tenté de considérer au contraire qu’au moment où les sondages donnent le «oui» gagnant, il n’a pas réellement besoin du vote kurde pour l’emporter. Au cours du week-end dernier, lors un meeting électoral à Kayseri, le premier ministre n’a pas hésité à faire l’amalgame entre ses adversaires en mettant dans le même sac tous ceux qui ne soutiennent pas son référendum :

«Quand nous y regardons de plus près, que voyons nous ? Le CHP, le MHP, le BDP et le YARSAV (Association des juges et des procureurs) sont sur la même ligne. Quel est l’autre parti qui est sur cette ligne ? Les montagnes de Qandil1. L’organisation terroriste parle des montagnes, le CHP et le MHP sont ses haut-parleurs à Ankara.»

Pendant le week-end, le premier ministre a également mis en cause l’aptitude du BDP à représenter les Kurdes, en rappelant que beaucoup d’entre eux votaient pour l’AKP. Le gouvernement ne semble donc pas prendre le chemin d’un dialogue avec le BDP avant le référendum. Il ne reste que trop peu de temps d’ailleurs avant la tenue du scrutin pour mener une négociation de fond susceptible de relancer le processus d’ouverture amorcé l’année dernière. Dès lors, il est probable que les positions ne devraient pas changer avant le référendum et que le BDP devrait continuer à appeler au boycott.

Pourtant, beaucoup espèrent que la situation se débloquera après le 12 septembre. Rassemblés ce week-end à Diyarbakır, les principaux leaders et organisations kurdes ont commencé à réfléchir activement à une relance du processus politique de négociations. À cet égard, on attend beaucoup du DTK, la nouvelle organisation d’Ahmet Türk et Aysel Tuğluk, pour établir le contact entre le gouvernement, les organisations kurdes légales, l’Etat et Abdullah Öcalan. Les deux leaders du DTK devraient d’ailleurs dans les prochains jours rencontrer le président de la République, Abdullah Gül. Quant au gouvernement, absorbé par la campagne, il sait toutefois que tôt ou tard la question kurde reviendra de façon prioritaire sur son agenda et que les impératifs électoraux immédiats ne doivent pas faire oublier des échéances politiques importantes à moyen terme.

JM

  1. allusion au sanctuaire du PKK derrière la frontière irakienne []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *