Turquie : intensification de la campagne à quelques jours du référendum du 12 septembre



Au cours des derniers jours, la campagne pour le référendum qui doit se tenir dimanche prochain s’est densifiée. Parti avec plusieurs longueurs d’avance, l’AKP a nettement simplifié son message pour essayer d’en accroître l’efficacité. Selon le parti majoritaire et le premier ministre, désormais, voter «oui», c’est voter en faveur de la poursuite de la démilitarisation engagée au cours de la décennie qui vient de s’écouler, et donc soutenir une stratégie qui va ouvrir à la Turquie les portes de l’Union Européenne. Souffrant du handicap de devoir expliquer qu’elle est en faveur du changement mais qu’elle est hostile à la révision d’une Constitution pourtant issue d’un coup d’Etat, l’opposition, en particulier, l’opposition kémaliste du CHP, est parvenue à refaire une partie de son retard et apparemment à convaincre un pan non négligeable des électeurs turcs que la réforme proposée n’est pas celle qui serait souhaitable. Le «non» peut en outre compter sur les voix des nationalistes du MHP, farouchement opposés au texte de l’AKP depuis le début. Enfin, les Kurdes du BDP, longtemps accusés de faire le jeu des «nonistes», en appelant au boycott du scrutin, ont fini eux aussi par faire comprendre leur point de vue. Sans défendre bien sûr le système de la Constitution de 1982, et dans un contexte où la répression frappe nombre de leurs cadres et de leurs militants, il ne faut pas l’oublier, le refus de participer à ce scrutin est la seule possibilité pour eux de se faire entendre. Cette troisième option proposée, au-delà du «oui» ou du «non» ne recueillera certes pas la voix de tous les électeurs kurdes, une partie d’entre eux étant tentée depuis le début de voter en faveur de la révision proposée par le gouvernement, mais elle risque quand même de recueillir un soutien finalement plus important que prévu.

Ces dernières évolutions rendent ainsi le scrutin de dimanche particulièrement incertain. Un sondage publié par le quotidien Taraf, le 7 septembre dernier, ne donnait le «oui» vainqueur qu’avec une majorité de 51%. Cette estimation est-elle plausible ou bien dramatise-t-elle un peu la situation pour mobiliser un électorat potentiellement favorable à la révision qui se serait endormi sur ses lauriers initiaux ? Au cours du dernier week-end les différents partis politiques se sont mobilisés pour convaincre les indécis. Recep Tayyip Erdoğan a rassemblé près de 100 000 personnes à Istanbul, tandis que Kemal Kılıçdaroğlu tenait un meeting important à Ankara. Le BDP a, quant à lui, rassemblé près de 50 000 personnes à Diyarbakır.

En réalité, l’évolution dans les intentions de vote semble liée à un changement de nature de ce scrutin. L’AKP seul en campagne au début de l’été, était parvenu à découpler cette consultation des élections législatives qui doivent se tenir l’année prochaine, évitant ainsi de voir le référendum se transformer en une consultation sur la politique du gouvernement actuel. Cela ouvrait au parti majoritaire un champ d’électeurs indécis, favorables à la démilitarisation et à la réforme. L’intensification de la campagne, les atouts d’un nouveau leader comme Kemal Kılıçdaroğlu, l’obstination des leaders kurdes à faire passer leur message et à être particulièrement présents dans le débat ont un peu modifié la donne.

Dès lors, si le «oui» ne passe pas la barre des 53-54%, voire si le non l’emporte, le gouvernement risque de devoir affronter une fin de législature difficile. Car, une majorité positive faible ou un rejet seraient interprétés comme un échec pour le gouvernement, et ouvrirait une configuration politique nouvelle où l’opposition se trouverait fortement ragaillardie et où le BDP pourrait jouir de surcroît d’une position stratégique particulièrement importante. Reste à savoir bien sûr, si le fléchissement du «oui», observé par les derniers sondages, se confirmera dimanche dans les urnes…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *