Les premiers enseignements du référendum du 12 septembre


Si la victoire du «Oui» semblait probable, son ampleur a malgré tout surpris, car le sondage le plus favorable effectué récemment (les 4 et 5 septembre derniers), par l’Institut Konda, avait pronostiqué un score de 56,8 %, se situant plus d’un point au-dessous du résultat final. Cette surprise est d’autant plus forte que le triomphe du «Oui» n’est pas seulement important pour la réforme constitutionnelle qui était l’objet de ce scrutin, il l’est aussi et surtout parce qu’il vient renforcer opportunément la légitimité du gouvernement de l’AKP, souvent mise en cause depuis les élections locales de l’an passé, qui avaient vu le parti majoritaire descendre au-dessous de la barre symbolique des 40% et reculer pour la première fois, par rapport au score qu’il avait réalisé lors de la précédente consultation. À ce tassement électoral s’ajoutait des rumeurs persistantes sur l’usure de la formation au pouvoir, suscitées, entre autres, par les difficultés de la politique d’ouverture kurde ou par l’avènement d’un nouveau leader à la tête du CHP. En remportant très confortablement sa 6ème victoire depuis son arrivée au gouvernement en 2002 (élections législatives de 2002, élections locales de 2004, élections législatives de 2007, référendum d’octobre 2007, élections locales de 2009, référendum de 2010), l’AKP a balayé d’un coup tous ces doutes, conforté le mythe de son invincibilité et démontré que la dynamique enclenchée il y a huit ans était loin de marquer le pas. Ce succès, en outre, en appelle déjà un autre, car il fait pressentir la victoire du parti de Recep Tayyip Erdoğan, lors des prochaines élections législatives, qui doivent se tenir en 2011.

Le raz-de-marée de dimanche laisse ainsi l’opposition sinistrée. L’échec du «Non» est d’abord celui du CHP, d’autant plus grave pour les kémalistes que leur parti avait entamé une mutation sensible de son discours, depuis la consécration en mai dernier de Kemal Kılıçdaroğlu. Au cours de la campagne, qui a précédé le référendum, le nouveau leader a certes cherché à dépasser la rhétorique simpliste de son prédécesseur, abandonnant presque les thématiques de «l’agenda caché» ou du péril islamiste, pour choisir de souligner en priorité le danger d’une concentration des pouvoirs dans les mains du seul parti gouvernemental. Mais, suite à tant d’années où les propos à l’emporte-pièce ont été la règle, il faut bien reconnaître ce changement de ton sonnait un peu faux. Que pesait la proposition d’amnistie pour les rebelles du PKK, après les positions particulièrement nationalistes prises ces dernières années sur la question kurde ? Comment croire que le parti kémaliste était devenu le chantre d’un constitutionnalisme véritable, après les manipulations constitutionnelles à répétition de 2007 et de 2008 ? L’une des leçons de ce scrutin est sans doute que l’image du CHP, au sein de l’électorat turc, est loin d’avoir changé, et qu’elle reste par trop associée à un régime politico-militaire révolu.

L’autre grand perdant de ce référendum est sans nul doute, le parti du mouvement nationaliste de Devlet Bahçeli. Le MHP n’a en réalité jamais réussi à trouver sa place dans les débats qui ont précédé ce scrutin. Il a mené pour l’essentiel une campagne anti-kurde, en accusant le gouvernement de porter atteinte à l’unité de l’Etat. Mais comment un tel argument pouvait-il être crédible, alors même que la réforme proposée évitait justement la question kurde ? De surcroît, au cours des derniers mois, alors qu’une vague d’arrestations sans précédent a frappé nombre de responsables politiques kurdes et que les violences ont repris dans le sud-est, le gouvernement a souvent donné des gages de son nationalisme, coupant de ce fait l’herbe sous les pieds du MHP. La ligne de ce parti sur la Constitution était par ailleurs d’autant plus difficile à lire qu’en 2008, il avait soutenu, et même initié la révision constitutionnelle tendant à lever l’interdiction du voile islamique dans les universités. Trop de contradictions et d’ambiguïtés accumulées, ces derniers temps, par une direction vieillissante du MHP ont poussé une partie de l’électorat nationaliste à voter en faveur de la réforme proposée par le gouvernement. Mais une telle défection est d’autant plus dangereuse pour ce parti qu’elle pourrait en outre l’empêcher, en 2011, de passer la barre des 10%, lui permettant d’avoir une représentation dans le prochain parlement.

Hormis l’AKP, la seule formation à sortir renforcée du scrutin de dimanche est le parti kurde, BDP. Son mot d’ordre de boycott du référendum a indiscutablement été suivi dans le sud-est, même si l’intensité de l’abstention kurde s’avère malgré tout inégale géographiquement. La voie choisie par la formation kurde n’était pas simple, car celle-ci prenait le risque d’être désavouée par une partie de son électorat, sensible aux réformes de l’AKP et tentée de soutenir une accentuation de la démilitarisation engagée ces dernières années. Pourtant, le fait que la révision proposée à référendum ait totalement ignoré la question kurde, au moment même où celle-ci se posait avec une acuité renouvelée, aura sans nul doute joué en faveur du boycott. Il y a là une autre leçon du scrutin qu’à l’heure où il savoure sa victoire, le gouvernement devrait se garder d’oublier.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *