Ouverture des négociations d’adhésion de la Turquie avec l’Union Européenne : cinq ans déjà…


La célébration du 5ème anniversaire de l’ouverture des négociations d’adhésion de la Turquie avec l’Union Européenne (UE) est l’occasion de faire le bilan du processus engagé le 3 octobre 2005, et de s’interroger sur son avenir.
Le bilan de ces négociations est avant tout complexe. À ce jour, en effet, sur les 35 chapitres que comporte au total le processus de négociations avec l’UE, treize ont été ouverts par la Turquie :

  • le premier sous présidence autrichienne (2006-1) : chapitre 25 «science et recherche» ;
  • trois, sous présidence allemande (2007-1) : chapitre 18 «statistiques», chapitre 20 « politique d’entreprise et politique industrielle » et chapitre 32 « contrôle financier » ;
  • deux, sous présidence portugaise (2007-2) : chapitre 21 «réseaux transeuropéens» et chapitre 28 «protection des consommateurs et de la santé» ;
  • deux, sous présidence slovène (2008-1) : chapitre 6 «droit des sociétés» et chapitre 7 «droit de la propriété intellectuelle» ;
  • deux sous présidence française (2008-2) : chapitre 10 «information et médias» et chapitre 28 «libre circulation des capitaux» ;
  • un sous présidence tchèque (2009-1) : chapitre 16 «taxation» ;
  • un sous présidence suédoise (2009-2) : chapitre 27 «environnement»;
  • un sous la présidence espagnole (2010-1) : chapitre 12 «sécurité alimentaire, vétérinaire et phytosanitaire».

Jusqu’à présent un seul chapitre a été refermé (chapitre 25 «science et recherche»). 8 chapitres ont été gelés, en décembre 2006, à titre de sanction par l’UE, à la suite du refus de la Turquie d’ouvrir ses ports et aéroports à Chypre comme elle devrait le faire en vertu de l’accord d’union douanière qu’elle a signé en 1995. Depuis juillet 2007, suite à l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République en France, 5 chapitres (dont 1 inclus dans les 8 précédemment gelés) sont bloqués, parce qu’ils impliquent inéluctablement l’adhésion pleine et entière de la Turquie à laquelle Paris est opposée. 6 chapitres sont enfin sous la menace d’un blocage chypriote, depuis décembre 2009.

Ce décompte amène les experts à faire valoir qu’en réalité, le nombre des chapitres qu’il est possible d’ouvrir est désormais faible. La Suède et l’Espagne, pays pourtant très favorables à la candidature turque ont peiné pour faire ouvrir chacun un chapitre pendant leur présidence, et actuellement la Belgique (officiellement favorable à l’intégration européenne de la Turquie) espère pouvoir en faire de même, sans en être tout à fait sûre. Les médias ne cessent ainsi de faire la comparaison avec la Croatie, un candidat qui s’est engagé dans les négociations quelques mois avant la Turquie, mais qui a déjà ouvert 22 chapitres et pense achever le processus l’an prochain, pour adhérer en 2012. Certes, cette comparaison doit être opérée avec prudence, car ce pays balkanique présente notamment des différences démographiques (4,4 millions d’habitants contre 76,8 pour la Turquie) très importantes.

Toutefois, certains font valoir aussi que la lenteur des négociations avec Ankara est en décalage complet avec les bonnes performances économiques de la Turquie. 17e PIB mondial et membre du G20, ce pays enregistre, depuis le début de cette année, une croissance de 11%, qui le place juste derrière la Chine. Certes, ces résultats spectaculaires n’effacent pas les inégalités de développement qui perdurent sur le territoire et au sein de la population turque mais, alors même que la Turquie s’ouvre à ses voisins orientaux en désenclavant ses provinces les plus pauvres, beaucoup de transformations économiques et sociales devraient encore intervenir dans les prochaines années.

Il semble donc que les obstacles majeurs à la candidature turque soient actuellement surtout d’ordre politique et culturel. En dépit des conditions favorables créées par l’élection de Demetris Christofias à la tête de la République de Chypre, le différend qui oppose les communautés grecque et turque perdure, et les négociations engagées, ces deux dernières années, s’enlisent. Par ailleurs, nombre de dirigeants européens aux prises avec des opinions publiques frileuses, voire gagnées par des réflexes identitaires aigus, se satisfont des difficultés de la candidature d’Ankara, tandis que la France et l’Allemagne, les deux Etats membres les plus importants de l’UE, y sont carrément hostiles, même si l’opposition de Berlin reste plus discrète que celle de Paris.

Les interrogations sur l’aboutissement du processus de négociations engagé avec Ankara découlent aussi d’autres constatations. Ce n’est pas seulement le poids économique de la Turquie qui s’est accru au cours des dernières années, mais aussi sa présence politique internationale. Depuis 2007, la Turquie mène une politique de bon voisinage extrêmement active avec la Russie, les pays du Caucase, l’Iran et la Syrie. Son rayonnement dans le monde arabe s’est accru. Elle est présente également en Afrique, et de façon significative siège, pour la première fois, comme membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. Dans le même temps, avec la mise en service de plusieurs oléoducs ou gazoducs stratégiques, et les projets Nabucco et Southstream, elle apparaît comme un acteur majeur du grand jeu énergétique, qui s’est engagé aux portes de l’Europe. Dans un contexte pourtant morose, les derniers résultats de la Compagnie nationale «Turkish Airlines», qui prévoit d’acheter 90 appareils dans les mois à venir et d’ouvrir 21 destinations nouvelles (aux Etats-Unis, au Proche-Orient et en Afrique) d’ici à la fin de l’année 2010, sont très révélateurs de l’ampleur des perspectives stratégiques et économiques ouvertes par la nouvelle diplomatie turque.

Dès lors, il n’est pas étonnant qu’au cours des derniers mois beaucoup d’experts se soient demandés si finalement ces nouveaux horizons qui s’offrent à Ankara ne risquent pas de détourner la Turquie de son projet européen. Officiellement pourtant les responsables turcs continuent d’affirmer leur détermination à mener à bien leur projet d’adhésion et rejettent toute idée de solution tierce, comme celle du partenariat privilégié. Une chose est sure, le statut du candidat turc a changé, c’est une puissance régionale qui frappe désormais à la porte de l’Europe, et cette dernière ne pourra pas éternellement lui faire une réponse dilatoire. Le ministre d’Etat, négociateur en chef avec l’UE, Egemen Bağış, l’a dit sans ambages dans une déclaration écrite rendue publique hier, à l’occasion du cinquième anniversaire de l’ouverture du processus de négociations avec l’UE :

«Nous disons à nos partenaires européens que la situation actuelle ne peut plus durer et que la patience de la Turquie est actuellement mise à l’épreuve. Notre objectif initial était bien d’ouvrir des négociations mais ce n’est pas notre but ultime. Notre but ultime est une adhésion pleine et entière.»

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *