Turquie-UE : pas de nouveau chapitre ouvert alors que la présidence belge se termine


La Belgique s’en fait désormais une raison : sa présidence de l’UE va s’achever à la fin du mois de décembre, sans qu’un nouveau chapitre du processus de négociations turco-européennes ait été ouvert. Elle a du se résoudre à une bonne avancée du chapitre « politique de la concurrence », mais celui-ci restera clos. C’est la première fois, depuis décembre 2006, qu’aucun chapitre n’est ouvert. À la fin de cette année là, l’UE avait gelé 8 chapitres du processus pour sanctionner la Turquie, qui persistait dans son refus d’ouvrir ses ports et aéroports à Chypre. Pourtant depuis, chaque présidence tournante a pu ouvrir un ou deux chapitres, même si cela n’a pas toujours été facile. Des diplomates européens évoquent un retard pris par la Turquie dans la conduite des réformes nécessaires à l’avancement de sa candidature. Mais, certains observateurs soulignent aussi une hausse des exigences européennes, et plus généralement un climat défavorable à un nouvel élargissement.

Ce nouveau grippage du processus de négociations d’adhésion avec la Turquie risque d’accroître l’incompréhension de celle-ci à l’égard de l’attitude de Bruxelles. Au cours des derniers mois, en effet, les officiels turcs n’ont cessé de s’en prendre au turcoscepticisme de l’UE. À Helsinki, le 20 octobre 2010, Recep Tayyip Erdoğan avait fustigé les retards pris par les négociations entre son pays et Bruxelles, en déclarant : « C’est peu dire que je suis déçu. Parmi les pays de l’UE, il n’y a aucun autre pays à qui on a demandé d’attendre à la porte pendant autant d’années ». Le premier ministre s’était parallèlement étonné que l’UE ait déjà admis des pays qui, selon lui, sont loin derrière la Turquie, tant sur le plan économique que politique. Ces propos repris régulièrement par d’autres responsables (du président de la République au ministre des affaires étrangères, en passant par le négociateur en chef) ont d’autant plus de poids actuellement que les bons résultats économiques de ce pays, ses transformations politiques importantes, et les inflexions de sa politique étrangère tendent à changer la nature de sa candidature à l’UE. Toute la question est de savoir, en fait, combien de temps cette dernière pourra encore faire une réponse diffuse à un Etat candidat, dont l’économie ne s’est jamais aussi bien portée et qui commence à sérieusement regarder vers d’autres horizons.

Au moment où beaucoup de pays européens sont gravement touchés par une crise financière sans précédent (notamment la Grèce voisine), la Turquie affiche un taux de croissance record de 8,9% (depuis le début de l’année 2010). Cette croissance est «boostée», non seulement par une forte demande intérieure des entreprises et des ménages, mais aussi par un développement sensible du commerce extérieur, hors de l’Europe (Russie, Moyen-Orient, Afrique…). Alors qu’elle a refusé, l’an passé, un prêt du FMI et qu’elle aura bientôt remboursé celui qu’elle avait souscrit en 2001, la Turquie, qui taquine désormais la 15ème rang mondial au classement du PIB et fait partie du G20, est devenue une véritable puissance émergente dont les perspectives de développement sont plus prometteuses que celles de beaucoup de pays d’Europe centrale et orientale, déjà membres de l’UE. À bien des égards, avec de tels résultats, en particulier, un faible déficit budgétaire, et si l’on fait abstraction d’un taux d’inflation encore élevé (7%), la Turquie mériterait d’entrer dans la zone Euro ; une hypothèse que le ministre turc de l’Économie, Ali Babacan, a dit toutefois ne pas souhaiter pour l’instant, dans une interview donnée, il y a quelques jours, à un magazine allemand. Signe de cette mutation économique en tout cas : les flux migratoires entre la Turquie et les pays européens sont en train de s’inverser. Pour la première fois, en 2009, les Turcs ont été plus nombreux à rentrer au pays qu’à émigrer vers l’Ouest.

Au niveau politique, à l’issue du référendum du 12 septembre dernier, le système sécuritaire hérité du coup d’Etat de 1980 et de la Constitution de 1982, qui valait régulièrement à la Turquie les foudres des institutions européennes, semble toucher à sa fin. La démilitarisation en cours de ce système est moins le résultat des réformes réalisées pour satisfaire les exigences de la candidature à l’UE que de la dynamique politique turque, qui, particulièrement depuis 2007, voit un débat s’ouvrir sur des questions antérieurement taboues (dénonciations de certains faits ou contestations de l’histoire officielle concernant certaines périodes, initiatives pour rechercher une solution politique au problème kurde, renforcement de la société civile….) Certes, malgré cette ouverture, un certain nombre de points noirs demeurent (intransigeance de la position officielle turque sur la question du génocide arménien, maintien d’affrontements armés meurtriers dans les départements kurdes du sud-est, sort des minorités chrétiennes, atteintes à la liberté d’expression…). Il reste que la vie politique paraît beaucoup plus vivante et la société civile semble nettement plus active que dans de nombreux pays ayant récemment adhéré à l’UE.

Il est aussi important d’observer que la Turquie s’attache par ailleurs à normaliser ses relations avec ses voisins et à accroître son rayonnement international. Elle dispose de ce fait d’une marge de manœuvre beaucoup plus importante qu’auparavant à l’égard de ses alliés occidentaux. Ces derniers ont pourtant plus que jamais besoin d’Ankara pour contrebalancer la puissance iranienne, limiter les conséquences des désagrégations irakienne, afghane et pakistanaise, et relayer au Moyen-Orient les pôles traditionnels de l’islam modéré (Egypte, Arabie Saoudite) devenus bien timides. Pourtant, la Turquie, déçue par le manque d’enthousiasme des Européens à son égard, a montré sur plusieurs dossiers qu’elle pouvait être tentée de jouer sa propre carte ou, à tout le moins, de faire entendre sa différence (nucléaire iranien, refus d’augmentation de sa participation militaire à l’ISAF en Afghanistan, bouclier antimissiles…). En outre, le conflit chypriote, qui apparaît actuellement comme le premier handicap à l’avancement des négociations d’adhésion, bloque aussi désormais la relation entre la Turquie et l’OTAN, car tandis que les Chypriotes grecs refusent d’associer Ankara à la politique européenne de sécurité et de défense, les Turcs s’opposent à ce que Nicosie participe à des missions de cette politique utilisant le renseignement de l’OTAN. Le secrétaire général de l’Alliance, Anders Fogh Rasmussen, pensait pouvoir contourner l’obstacle chypriote en persuadant l’UE de signer un accord bilatéral avec la Turquie, qui aurait permis d’aboutir à un accord global OTAN-UE. Mais Bruxelles a annoncé, il y a quelques jours, que de tels accords n’étaient pas à l’ordre du jour. Il est donc probable qu’une des conséquences de l’enlisement de la candidature turque à l’UE risque de rejaillir sur des tentatives de coopération renforcée entre l’UE et l’OTAN déjà compromises.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *