2010 : Le bilan de la politique étrangère turque


Dans le sillage des évolutions majeures, qui avaient suivi l’arrivée d’Ahmet Davutoğlu à la tête de la diplomatie turque en 2009, l’année 2010 a permis à la Turquie d’affirmer avec éclat l’autonomie de sa politique étrangère, et son souhait de rayonner sur la scène internationale, bien au-delà de son espace régional.

Cette ambition s’est exprimée, plusieurs fois, de façon spectaculaire, sur des dossiers majeurs où la Turquie n’a pas hésité à se démarquer de la position de ses alliés occidentaux, voire carrément à leur faire front. On pense au dossier nucléaire iranien, qui a vu Ankara, d’une part, signer le 17 mai, avec le Brésil et l’Iran, un accord tripartite (photo), présenté comme une alternative aux sanctions proposées par les grandes puissances, d’autre part, refuser de voter, le 9 juin, ces sanctions, lors d’une séance mémorable au Conseil de Sécurité des Nations Unies. On peut dire que ces deux dates ont ouvert une nouvelle période dans les relations turco-américaines. Sans rompre ses alliances et remettre en cause en particulier son engagement dans l’OTAN, la Turquie a clairement manifesté sa volonté de disposer désormais d’une marge de manœuvre par rapport aux positions adoptées par Washington sur les grands dossiers internationaux. Cette ligne de conduite s’est à nouveau manifestée, lors de la préparation et de la tenue du sommet de l’OTAN à Lisbonne, en décembre. Après avoir émis de nombreuses réserves à l’égard de l’extension du bouclier antimissiles américain, un projet visant à prévenir le risque présenté par la prolifération des missiles balistiques dans le voisinage asiatique de l’Europe, Ankara a exigé et obtenu que l’OTAN n’identifie pas cette menace, en désignant nommément l’Iran.

Ces velléités turques d’émancipation diplomatique inquiètent désormais sérieusement les officiels américains, au point que le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan a du dépêcher en cours d’année une délégation de parlementaires aux Etats-Unis, pour rassurer son allié sur ses intentions. Lors d’un discours devant la Brookings Institution (l’un des plus vieux think tanks américains), le 27 mai 2010, Hillary Clinton a exprimé sans ménagement son désaccord avec la stratégie turco-brésilienne sur le dossier iranien. Et les observateurs ont été frappés par le caractère «glacial» de la rencontre qui a eu lieu, à Toronto, en marge du G20, le 26 juin 2010, entre le président américain et le premier ministre turc.

Il faut dire que les mois de mai et juin 2010 se sont aussi soldés par une dégradation sans précédent des relations turco-israéliennes. Déjà malmenées par l’opération «plomb durci» à Gaza et le fameux «one minute» de Davos, en 2009, ces relations ont frisé la rupture en 2010, suite à l’émotion provoquée par la mort de 9 militants humanitaires turcs, au cours de l’arraisonnement du navire amiral de la flottille «Free Palestine», par un commando de marine israélien. Après avoir réclamé et obtenu des Nations Unies la mise en place d’une commission d’enquête internationale, qui a condamné la violence d’une interception israélienne intervenue dans les eaux internationales, Ankara a demandé à l’État hébreu des excuses et une indemnisation des victimes. Deux rencontres semi-officielles ont eu lieu, en juin et en décembre, pour essayer de rétablir le cours des rapports entre les deux pays, mais elles n’ont débouché sur aucun résultat concret. Cette situation n’a pourtant pas provoqué l’interruption des relations économiques et techniques entre Ankara et Tel-Aviv. Israël a continué ses livraisons d’armement à la Turquie, en particulier celles des drones «Heron».

Le tour pris par la confrontation turco-israélienne au cours de l’année 2010 a renforcé le prestige de la Turquie dans l’espace arabo-musulman. De façon significative, Recep Tayyip Erdoğan n’a cessé d’être primé dans le monde arabe, au cours de l’année écoulée : prix du roi Fayçal en Arabie Saoudite, Prix de l’Union des Banques arabes au Liban, Prix Kadhafi en Lybie, désignation comme «personnalité de l’année» par CCN Arabe à Dubaï… Ceci a permis à Ankara de poursuivre sa politique du «zéro problème avec nos voisins». Avec la Syrie, la Turquie a encore approfondi, dans les domaines politique, économique ou militaire, les relations très denses développées au cours des trois dernières années. Elle a poursuivi cette coopération bilatérale, dans la région, par un projet, de plus grande ampleur l’associant non seulement à la Syrie, mais encore au Liban et à la Jordanie, afin d’établir une zone de libre-échange, qui s’inspire de l’expérience européenne en la matière. Lors du Forum turco-arabe, le 10 juin, à Istanbul, le ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, a d’ailleurs plaidé pour la création d’une Union Proche-Orientale s’étendant, d’est en ouest, de Kars au Maroc, et, du nord au sud, du Bosphore au Golfe d’Aden. Pour l’heure, un accord de défense a été signé avec l’Arabie Saoudite, en mai, un accord de libre-échange est à l’étude avec le Conseil de Coopération du Golfe, depuis l’automne, et un accord de partenariat stratégique est en cours avec l’Egypte.

Face à la montée en force de l’Iran au Moyen-Orient, il est sûr que le rayonnement diplomatique de la Turquie rassure les puissances sunnites du monde arabe, mais il pourrait aussi mêler Ankara aux conflits identitaires et stratégiques qui se jouent dans la région. Ainsi, les projets économiques turcs dans le monde arabo-musulman que nous évoquions précédemment ou la visite remarquée de Recep Tayyip Erdoğan au Liban, en novembre, ont été perçus comme des initiatives visant contrer le développement de l’influence de l’Iran chiite au Proche-Orient. Téhéran a manifesté, plusieurs fois, des signes d’agacement à l’égard d’un pays qui se fait le héraut de la cause palestinienne face à Israël, tout en demeurant dans l’OTAN et en continuant à se présenter comme un allié des Etats-Unis. On observe d’ailleurs qu’en dépit de son opposition à la stratégie américaine sur le dossier nucléaire iranien, la Turquie applique les sanctions économiques décidées contre Téhéran, et qu’elle n’a eu de cesse, ces deux dernières années, de faire avancer son propre programme nucléaire civil, son ministre de l’énergie expliquant récemment que l’objectif final de son pays, en l’occurrence, était qu’il soit en mesure de construire lui-même ses propres centrales.

En Irak, aussi, la stratégie de la Turquie a été perçue comme sunnite. Ses multiples initiatives pour rapprocher les différentes communautés, afin de constituer un gouvernement d’union nationale après les dernières élections générales, ont-elles été une tentative de mettre un terme au leadership du chiite Nouri al-Maliki sur l’exécutif irakien ? Toujours est-il que l’implication de la Turquie dans les affaires intérieures de ce pays tient également à l’importance qu’il revêt en ce qui concerne la question kurde. En 2010, les contacts entretenus par Ankara avec le gouvernement kurde de la région nord irakienne se sont encore développés. Alors que la Turquie a ouvert un consulat à Erbil en février et que plusieurs ministres turcs se sont rendus en cours d’année dans la capitale kurde nord irakienne, le président Massoud Barzani a effectué une visite officielle en Turquie, au mois de juin dernier. Tout en réaffirmant le droit à l’autodétermination du peuple kurde, celui-ci a plusieurs fois apporté son soutien aux initiatives politiques du gouvernement turc dans le sud-est, et l’on observe que l’AKP était représenté au congrès du PDK en décembre 2010.

Il n’y a pas que dans son voisinage arabo-musulman que la Turquie a mené une diplomatie active, au cours de l’année 2010. Ses relations avec son grand voisin russe ont en effet continué à prospérer, puisque après s’être rendu en Russie, au début de l’année, le premier ministre turc a reçu son homologue Vladimir Poutine, en janvier, et le président Dmitri Medvedev, en mai. La relation russo-turque est d’autant plus stratégique qu’elle concerne concrètement d’abord la coopération énergétique. La Russie construira la première centrale nucléaire turque à Akkuyu (Adana), et elle reste sur les rangs pour la construction de la seconde, à Sinop. Après des difficultés techniques et juridiques, son implication dans le projet d’oléoduc Samsun-Ceyhan a été confirmée. Cette année, les deux pays ont aussi supprimé leurs obligations mutuelles de visas, et la Turquie a rayé la Russie (comme d’ailleurs l’Iran et la Grèce) de la liste des pays constituant pour elle une menace, dans son document national de politique stratégique. Cette coopération fructueuse n’a pourtant pas permis de débloquer la situation avec un autre pays voisin : l’Arménie. La ratification des protocoles, signés en octobre 2009, à Zurich, pour normaliser les relations entre les deux pays, n’a pas eu lieu en 2010, et ne semble pas imminente. A demi-mot, Ankara a manifesté plusieurs fois sa déception quant à la faible intensité des efforts consentis par Moscou pour faire pression sur Erevan à cet égard. En tout état de cause, la situation conflictuelle qui perdure dans le Caucase paraît convenir à la Russie, qui entend conserver un droit de regard important sur cette région.

Au-delà de ces relations de voisinage, l’année 2010 aura été marquée par l’amplification du rayonnement mondiale de la diplomatie turque. Si celle-ci a pris pied en Amérique du Sud, à l’occasion du sommet de l’Alliance des civilisations au Brésil, au mois de juin et en dépit de l’annulation d’une visite de Recep Tayyip Erdoğan en Argentine, elle a été aussi à nouveau très active en Afrique, avec les déplacements du président Abdullah Gül, au Congo et au Cameroun, au mois de mars. Mais, c’est surtout en direction de la Chine que la Turquie aura fait un effort particulier cette année pour effacer le souvenir des échanges acerbes entre les deux pays que la répression des Ouïghours avaient provoqués, en juillet 2009. La visite du premier ministre chinois en Turquie, en octobre, et celle du ministre turc des affaires étrangères à Pékin, en novembre, semblent avoir donné à la coopération turco-chinoise un tour véritablement stratégique. Les deux pays, qui ont enregistré les plus forts taux de croissance dans le monde, au cours du second semestre 2010, ont prévu de porter leurs échanges à 100 milliards de dollars d’ici à 2020. Ils devraient aussi coopérer plus étroitement au sein du G20. Les Chinois s’intéressent en outre de très près au projet de troisième pont sur le Bosphore dont les appels d’offre doivent être lancés, en février prochain. Une année de la Chine en Turquie est prévue, en 2012, et une année de la Turquie en Chine, en 2013. À l’issue de sa visite en Chine, Ahmet Davutoğlu n’a ainsi pas hésité à déclarer qu’un «nouveau paradigme turco-chinois» était né.

Ces multiples ouvertures internationales et leur intensité n’ont pas manqué de raviver en permanence, pendant l’année 2010, le débat sur un éventuel changement d’axe de la politique étrangère de la Turquie et sur la compatibilité de la candidature d’Ankara à l’UE avec de telles orientations. Mais cela est une autre histoire, qui fera l’objet prochainement d’un troisième bilan, consacré à la politique européenne de la Turquie. Ne le manquez pas !
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *