2010 : Le bilan de la politique européenne de la Turquie


En ce qui concerne les relations turco-européennes, l’année 2010 n’a pas seulement été décevante par rapport aux années précédentes. Pour de multiples raisons, elle a aussi éloigné la perspective d’une intégration européenne de la Turquie et relancé les interrogations sur les chances d’aboutissement du processus de négociations ouvert depuis 2005.

À bien des égards, l’UE et la Turquie ne semblent plus être sur la même longueur d’ondes. Le traditionnel rapport annuel d’évaluation, rendu en novembre 2010, par la Commission européenne, a fait part une fois de plus de la déception de celle-ci, quant aux réformes conduite, en cours d’année, par Ankara. Il est vrai que plusieurs aspects de la révision constitutionnelle qui a affecté la hiérarchie judiciaire à l’issue du référendum du 12 septembre sont ambigus, que l’ouverture kurde du gouvernement n’a pas débouché sur des résultats probants, et que certaines situations en matière de droits et de libertés demeurent particulièrement choquantes. Mais ce rapport d’évaluation a aussi donné l’impression que l’UE ne s’intéressait plus vraiment à l’évolution politique en cours en Turquie, et pour tout dire qu’elle avait du mal à l’appréhender. Car, comme nous le disions dans notre bilan de la politique intérieure (cf. notre édition 30 décembre 2010), l’année qui vient de s’écouler a été aussi le théâtre de changements majeurs dans les équilibres politiques : recul historique de l’armée à l’occasion de l’affaire « Balyoz » et surtout du dernier Conseil militaire suprême, défaite de la hiérarchie judiciaire à l’occasion du référendum du 12 septembre dernier, ou affirmation du fait politique kurde avec une intensité et une permanence surprenantes. Si l’Europe est peu loquace sur ces évolutions ou en tout cas ne paraît pas en prendre la mesure, c’est aussi peut-être parce que celles-ci découlent moins des exigences européennes qu’elles ne procèdent d’une dynamique à proprement parler turque.

À ce décalage politique s’est ajouté cette année un décalage de économique. Engluée dans une récession et une crise financière qui a touché avec la Grèce, l’un des voisins de la Turquie, l’UE a d’un coup perdu de son attrait pour Ankara, qui a vu sa croissance caracoler à près de 9% en 2010, tandis que son chômage, son déficit budgétaire et son inflation reculaient. Le ministre turc de l’économie, Ali Babacan, a même avoué, en décembre, à un journal allemand qu’il n’avait aucune envie d’appartenir à la zone euro en ce moment. La Turquie, naguère championne des déficits en tout genre, a du mal à comprendre cette Europe qui peine à gérer sa cohésion économique, et que des migrants économiques grecs veulent désormais quitter pour venir travailler…à Istanbul ou sur la côte égéenne !

Parallèlement à ces décalages économiques et politiques, c’est aussi une forme de décrochage stratégique qui s’est confirmé en 2010, changeant le statut de la candidature turc. Pays émergent pointant bientôt à la 15e place économique mondiale, puissance régionale, la Turquie s’est affirmée sur la scène internationale, en profitant pleinement de sa position de membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies… Son rôle joué dans le dossier nucléaire iranien, aux côtés du Brésil, sa position charnière dans les relations entre l’UE et l’OTAN, son comportement en Afghanistan, ont montré un pays soucieux de faire comprendre à ses alliés occidentaux qu’ils devaient accepter désormais qu’il dispose d’une marge de manœuvre à l’égard des positions qui sont les leurs sur les grands dossiers internationaux. Cette nouvelle posture stratégique de la Turquie a relancé les débats sur la compatibilité des initiatives en cours de sa politique étrangère avec le maintien de sa candidature à l’UE.

Le décrochage stratégique dont nous parlions est parfaitement illustré par le contraste entre cette ambition diplomatique et le blocage de l’adhésion turque. Seul un chapitre du processus de négociations, en effet, aura été ouvert au cours de la présente année. Il s’agit du chapitre 12 «sécurité alimentaire, vétérinaire et phytosanitaire» ouvert, pendant la présidence de l’Espagne, un pays qui compte parmi les plus favorables à la Turquie. La présidence belge a dû se résoudre à rester bredouille au second semestre de l’année 2010. Ainsi en 5 ans, la Turquie n’a ouvert que 13 chapitres au total, et n’en a fermé qu’un seul. Le plus inquiétant est néanmoins que, du fait des sanctions imposées par l’UE à la suite de la non-ouverture des ports et aéroports turcs à la République de Chypre et à cause du refus français de l’éventuelle adhésion pleine et entière d’Ankara, les chapitres qui, à l’heure actuelle, peuvent encore être ouverts, se comptent sur les doigts d’une main. Or, tandis qu’une éventuelle modification du point de vue français dépend des prochaines élections présidentielles, il ne semble pas que la situation à Chypre soit susceptible de changer à court terme cette situation. La non-réélection de Mehmet Ali Talat à la présidence de la République turque de Chypre du Nord, au profit d’une personnalité beaucoup plus nationaliste, a manifestement refermé, pour un certain temps, une fenêtre d’opportunité qui pouvait laisser espérer une réunification de l’île. La Turquie a certes les moyens de convaincre le gouvernement de Lefkoşa, mais il est probable aussi qu’elle gardera cet atout dans sa manche, tant que les Européens ne se montreront pas mieux disposés à l’égard de sa candidature. Car 2010 a confirmé également que l’échec du règlement de la question chypriote contribuait fortement au blocage de la relation entre l’UE et l’OTAN. Le secrétaire général de l’OTAN n’est pas parvenu à contourner la crise chypriote pour surmonter les blocages turc et chypriote grec à une normalisation des rapports entre les deux organisations, qui n’ont pu conclure un accord à la fin de l’année.

De ces évolutions défavorables il ressort que les relations turco-européennes sont entrées dans une phase de refroidissement certain et durable. Les responsables turcs ont d’ailleurs manifesté au cours des derniers mois une mauvaise humeur inhabituelle à l’égard du manque d’enthousiasme européen vis-à-vis de la candidature de leur pays, Recep Tayyip Erdoğan allant même jusqu’à dire sa déception, lors d’une visite officielle à Helsinki, en octobres en reprochant à l’UE de n’avoir jamais fait autant attendre un candidat à sa porte et d’avoir admis des pays économiquement moins développés. Et, pourtant le gouvernement de l’AKP affirme toujours sa volonté de rejoindre l’Europe unie. Cette obstination ne s’est pas démentie au cours de l’année 2010, puisque ses membres n’ont cessé de combattre l’idée qu’un changement de cap découlerait des nouvelles orientations de la politique étrangère de la Turquie. Les dirigeants turcs se sont même employés à convaincre que leurs initiatives dans le monde arabo-musulman et que leur statut de puissance régionale, constituaient un nouvel atout pour l’Europe. Quant à l’opinion publique turque, elle manifeste certes beaucoup moins d’enthousiasme à l’égard du projet européen, mais un récent sondage de l’Institut «Metropoll» d’Ankara indiquait que, s’ils étaient consultés par référendum actuellement, les Turcs approuveraient encore à une majorité de 53% une adhésion de leur pays à l’Union Européenne.

La permanence de la candidature turque montre donc qu’en dépit de leur caractère spectaculaire, les nouvelles options qui se sont ouvertes à la Turquie, au Moyen-Orient et plus généralement dans l’espace eurasiatique, ne parviennent pas à supplanter une alliance avec l’Europe et les Etats-Unis, qui demeure malgré tout un axiome de la diplomatie turque. La Turquie est une puissance émergente, encore fragile économiquement, et qui vit dans un environnement qui reste dangereux. Dans un tel contexte, sa relation avec l’Occident demeure malgré tout essentielle pour sa sécurité.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *