La Turquie entre l’affaire «Balyoz» et l’affaire «Ergenekon».


Alors même que sur la scène régionale, dans le contexte des événements sans précédent qui secouent le monde arabo-musulman, la transition politique que vit la Turquie est souvent présentée comme un exemple à suivre, plusieurs péripéties récentes de la vie politique de ce pays conduisent à s’interroger sur la nature des changements qui y sont en cours.

L’ordre d’incarcération par un tribunal d’Istanbul de 163 militaires de haut rang impliqués dans l’affaire «Balyoz», le 11 février dernier, et l’arrestation de plus de 140 d’entre eux, a confirmé que le processus de démilitarisation du système politique turc se poursuit et qu’il est même en train d’entrer dans une phase d’accélération. Depuis 3 ans (notamment après l’affaire «Ergenekon», le dossier «Cage» et le «plan d’action contre la réaction»), l’affaire «Balyoz» est le dernier avatar des complots auxquels la justice turque a entrepris de s’attaquer. Révélée par le quotidien «Taraf», dans son édition du 20 janvier 2010 (cf. notre édition du 21 janvier 2010), elle aurait été en réalité un plan conçu par l’Etat-major pour déstabiliser le gouvernement de l’AKP, quelques mois après l’arrivée de celui-ci au pouvoir en 2002. Diverses provocations auraient été au programme, l’objectif étant de discréditer les nouveaux gouvernants, pour justifier une reprise en main musclée. Celui qui est accusé d’avoir été le cerveau de l’affaire, l’ex-chef de la 1ère armée, le général Çetin Doğan, s’est défendu, depuis le début, en expliquant qu’il ne s’agissait que d’un scénario d’école, n’ayant rien à voir avec un quelconque complot. Mais l’organisation d’attentats à la bombe dans les principales mosquées d’Istanbul ou la programmation d’incidents aériens avec la Grèce, étant apparu comme de bien curieux exercices d’école pour les forces armées, les explications du général Doğan n’ont évidemment pas convaincu.

Le plan «Balyoz» avait déjà provoqué des tensions graves, lorsqu’une partie de l’Etat-major en exercice au moment de son élaboration en 2003, et de nombreux autres responsables militaires, avaient été placés en garde à vue, en février 2010, avant d’être finalement relâchés, l’ancien chef d’état-major, le général İlker Başbuğ étant parvenu à négocier une sorte d’accord avec le gouvernement (cf. nos éditions des 23, 26, 28 février 2010), ce qu’il ne paraît plus en mesure de faire aujourd’hui. Cette affaire avait aussi révélé l’existence d’une liste de 137 journalistes qui auraient eu la confiance de l’armée, dans le cas où cette dernière aurait décidé de passer à l’action. Au lendemain de la révélation du plan «Balyoz», « Taraf » avait publié leurs noms dans une édition particulièrement controversée (cf. notre édition du 22 janvier 2010).

Depuis, l’armée a du encaisser d’autres coups. En particulier, à l’occasion de la tenue du Conseil militaire suprême au mois d’août 2010, elle a vu le gouvernement bloquer la nomination du chef de l’armée de terre, la personnalité pressentie étant impliquée dans une affaire de complot lui aussi. Cette nouvelle péripétie avait bloqué par contrecoup, pendant plusieurs jours, la nomination de l’actuel chef d’état-major, le général Işık Koşaner, et avait été analysée comme l’entrée du gouvernement dans l’ultime chasse gardée de l’armée : la cooptation de ses cadres (cf. nos éditions des 2, 6, 7, 10 et 28 août 2010). Le dernier coup de filet du procès «Balyoz» constitue donc un nouveau pas spectaculaire dans la soumission (qui semble désormais inexorable) de l’armée au pouvoir civil.

Mais, alors même que l’autorité militaire enregistrait ce recul significatif, un autre événement est venu relancer les interrogations sur la nature de l’évolution en cours. Le 14 février dernier, en effet, la police a perquisitionné les locaux du site d’analyse politique OdaTv, avant que, quelques jours plus tard, trois des journalistes de ce média dont son rédacteur en chef, Soner Yalçın (photo), ne soient placés en détention. Les journalistes en question sont accusés d’avoir entretenu des liens avec «Ergenekon», ce réseau nationaliste de complot et de déstabilisation dont la mise à jour a constitué, en 2007-2008, la première grande affaire de complot révélé en Turquie (cf. entre autres nos éditions des 25 janvier, 23 mars, 2 juillet, 9 juillet, 3 octobre et 1er novembre 2008).

L’arrestation de Soner Yalçın et de ses confrères, connus pour leurs analyses anti-gouvernementales, alors qu’ils s’apprêtaient en outre à lancer une chaine de télévision indépendante, a relancé les interrogations sur certaines dérives des enquêtes et procès de complot, menés ces dernières années en Turquie, et pointés d’ailleurs par les rapports d’évaluation annuels de l’Union Européenne (cf. notamment notre édition du 13 novembre 2008). En effet, ces affaires ont conduit à de nombreuses arrestations, après le recours à des moyens qui ne se sont pas toujours avérés parfaitement probants : écoutes téléphoniques, confiscation de dossiers électroniques… Par ailleurs, le spectre des accusations lancées n’a pas concerné que les militaires, mais aussi de nombreux acteurs de la société civile laïque : journalistes, responsables d’associations ou universitaires, soupçonnés d’avoir été des agents au service des basses besognes de l’armée. Ce nouveau coup de filet annoncerait, selon certains observateurs, une prochaine mise en cause de responsables du parti kémaliste, jusque là relativement épargnés. Le leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu, a dénoncé l’arrestation des journalistes de OdaTv comme une nouvelle manœuvre du gouvernement contre les milieux laïques et d’opposition, tout affirmant qu’il était lui-même placé sur écoute téléphonique, ainsi que la plupart des membres de sa famille. La presse d’opposition a vivement critiqué l’arrestation des journalistes de OdaTv, en s’inquiétant pour la liberté de la presse. Enfin, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Turquie et un porte-parole du département d’Etat, ont eux aussi fait part de leur préoccupation.

La semaine qui s’est écoulée vient donc d’illustrer une nouvelle fois la complexité et les contradictions de la transition que vit actuellement la Turquie. Depuis 2002, et plus particulièrement au cours des trois dernières années, le recul sans précédent de l’armée, a permis une remise en cause de la toute-puissance de l’establishment politico-militaire, et une dénonciation des principaux tabous d’un système de démocratie longtemps contrôlée. Mais, certaines dérives des procès engagés contre les acteurs de ce système font craindre que le gouvernement n’en profite pour affaiblir l’opposition et qu’un État-AKP succède à l’État kémaliste. Au mois d’août dernier, l’ouvrage de l’ancien chef de la police d’Eskişehir, Hanefi Avcı, dénonçant le noyautage de la police par la confrérie de Fethullah Gülen, est devenu un best-seller, ce qui montre à quel point la restructuration de l’Etat et de l’administration constitue actuellement un sujet chaud dans ce pays. Ce succès de librairie semble néanmoins avoir conduit en prison son auteur, accusé depuis d’avoir couvert les activités d’une organisation d’extrême gauche illégale, un chef d’inculpation plutôt surprenant, au regard de la carrière antérieure de ce fonctionnaire de police…

En réalité, le face-à-face entre l’armée et le gouvernement se décline quotidiennement sur de multiples fronts : celui des médias (où la presse et la télévision gouvernementale rivalisent avec le groupe Doğan – ou ce qu’il en reste), celui de l’économie (où le patronat occidentalisé traditionnel doit désormais compter avec les nouveaux entrepreneurs islamiques), celui de la justice (où la hiérarchie judiciaire proche des milieux laïques cohabite avec une justice du rang plus sensible aux positions gouvernementales). L’issue de ces confrontations sera déterminante pour la configuration du système à venir. Au delà de ces principales lignes de fracture, la polarisation qui traverse actuellement l’Etat et la société, emprunte de surcroît des voies de plus en plus subtiles, qui indiquent que la transition politique turque est un phénomène complexe, qui n’est pas encore complètement achevé…
JM


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 24 février 2012

    […] voulu proclamer la loi martiale via une provocation militaire contre la Grèce en 2003 (plan Balyoz) sont en détention provisoire à Istanbul où ils attendent leur […]

  2. 27 mai 2012

    […] qualitative du matériel actuel de l’armée grecque (en majorité très vétuste) ni sur les accusations révélées par les procès de généraux turcs se déroulant actuellement en…, ni sur les tensions concernant la question de la zone économique exclusive et l’espace […]

  3. 21 juillet 2016

    […] s’était servie de son implantation dans l’appareil judiciaire pour mener les procès Balyoz et Ergenekon sur de prétendus de complots au sein de l’armée. Aujourd’hui, on peut légitimement […]

  4. 21 juillet 2016

    […] servie de son implantation dans l’appareil judiciaire pour mener les procès Balyoz et Ergenekon sur de prétendus de complots au sein de l’armée. Aujourd’hui, on peut […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *