Le retour du cheval blanc démocrate n’aura pas lieu !


Un cheval blanc sur une Turquie rouge, l’emblème du nouveau parti démocrate (« Demokrat Parti »), qui devait réunir le DYP et l’ANAP, avait fière allure. L’affaire paraissait entendue, les leaders de ces deux formations, Mehmet Ağar et Erkan Mumcu, avaient posé devant ce nouveau logo et déjà, quitte à jouer les vieux chevaux de retour, des personnalités politiques annonçaient leur intention de partir en campagne sous les couleurs du nouveau DP. Certains commentateurs avançaient même l’idée que le DP en question pourrait servir de parti d’appoint à l’AKP, si d’aventure la formation de Tayyip Erdoğan ne retrouvait pas son score majoritaire de 2002. Eh bien ! il va falloir s’y résoudre, le retour du cheval blanc démocrate est fortement compromis et les prochaines élections pourraient bien voir l’étalon mort-né prendre le chemin des abattoirs… À la veille de la date des dépôts de candidature pour les législatives, en effet, l’ANAP a finalement refusé de rallier la nouvelle formation qui ne fera donc que se substituer au DYP. Le projet semblait pourtant sur les rails mais c’était compter sans les blessures mal refermées qui opposent malgré tout ces deux formations historiques du centrisme turc.

Dans le sillage du Parti de la Justice (Adalet Partisi – AP) de Süleyman Demirel des années 60 et 70, le Parti de la Juste Voie (Doğru Yol Partisi – DYP), refondé par le même Demirel après le coup d’Etat de 1980, se veut l’héritier du premier parti démocrate d’Adnan Menderes et de Celal Bayar. De là, ce cheval blanc qui figure aussi sur tous les blasons du DYP et dont l’acronyme « Demikir at » (« cheval blanc » en turc poétique) signifie bien sûr « démocrate » ! Pourtant, Demirel Baba, renversé par le coup de 1980 et interdit de politique pendant plusieurs années, est supplanté par l’un de ses poulains, le dénommé Turgut Özal, qui a séduit les militaires et dont la nouvelle formation, le Parti de la Mère Patrie (Anavatan Partisi – ANAP), vole avec sa petite abeille industrieuse, de succès en succès dans les années 80. Au seuil des années 90, ce parti dont l’emblème use pour la première fois non seulement de l’abeille, de la carte de Turquie mais aussi de la couleur jaune (il est depuis passé au vert), à la différence du blanc et du rouge traditionnellement utilisés par les autres formations turques, paraît avoir définitivement capté l’héritage des Démocrates. Il prétend cependant le renouveler en lui imprimant un tour à la fois plus traditionaliste et plus modernisateur. Özal, en effet, tout en affichant ouvertement sa foi entreprend de briser les tabous ! Il se permet ainsi de faire le pèlerinage à la Mecque, de rappeler que sa mère est d’origine kurde et même de passer l’armée en revue en short ! Mais celui qu’on appelle le « Président croyant » connaît à son tour l’usure du pouvoir et, devenu Président de la République, il est même contraint de rappeler son rival Demirel à la tête du gouvernement, après avoir perdu les élections de 1991.

Dans les années 90, alors même que Turgut Özal est mort et que Süleyman Demirel est devenu à son tour Président, leurs dauphins, Mesut Yılmaz (pour l’ANAP) et Tansu Çiller (pour le DYP) récupérant les conflits de leurs aînés, se livrent une lutte sans merci. Le résultat de ces nouveaux conflits est lamentable ! Pour barrer la route à son rival, Tansu Çiller n’hésite pas à s’allier aux islamistes du Refah et, en 1996-97, permet à leur leader, Necmettin Erbakan, de parvenir à la tête du gouvernement. Mais elle est emportée par la chute du Premier Ministre islamiste à l’issue du fameux « coup d’Etat post-moderne ». Quant à Mesut Yılmaz qui reprend les rênes par la suite, son gouvernement s’abîme dans les scandales et la corruption. Lors des législatives de 2002, les deux formations sont sévèrement châtiées par les électeurs turcs. Avec respectivement 9,6% et 5,1% des suffrages exprimés, le DYP et l’ANAP ne franchissent pas la barre fatidique des 10% et ne sont pas représentés au Parlement. Ils ne doivent leur représentation parlementaire actuelle qu’aux changements d’appartenance politique de certains députés élus sous l’étiquette AKP ou CHP.

La composition des listes électorales et le partage des sièges auront donc eu raison de l’alliance éphémère entre ces deux formations, proches idéologiquement mais issues de tranches différentes de l’Histoire turque. Si ce désamour se confirme, le centre-droit turc sur les dernières terres duquel l’AKP risque de bientôt de régner en maître, aura bien du mal à être présent dans le nouvel hémicycle.
Iyi akşamlar Demirkir At !
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *