« Donnez-nous 367 députés ! »


Ce « leitmotiv » risque de marquer la campagne de l’AKP dans le mois qui nous sépare de la tenue des élections législatives anticipées prévue le 22 juillet. Les promesses de début de campagne de certains candidats (réduction du prix du carburant, augmentation du prix d’achat de la noisette dans les régions productrices de la Mer noire…) ont eu tendance à faire oublier ces derniers jours les questions politiques fondamentales restées en suspens. Alors même que la réforme constitutionnelle est en train d’agoniser sous les coups de boutoir répétés de l’opposition et des institutions laïques, et qu’une intervention derrière la frontière irakienne est réclamée par les militaires, les dirigeants de l’AKP semblent maintenir les caps qu’ils se sont fixés depuis le début de la crise : faire élire le Président au suffrage universel, ne pas intervenir militairement en Irak.

Après l’émoi causé la semaine dernière par les mouvements de troupes sur la frontières irakiennes et les déclarations officielles évoquant l’hypothèse d’une intervention en Irak contre les positions du PKK, Abdullah Gül, pour sa part, a redit vendredi que, de son point de vue, la lutte contre le terrorisme était avant tout un problème national et qu’une intervention en Irak du nord ne résoudrait pas les problèmes auxquels la Turquie est actuellement confrontée tout en risquant de l’entraîner dans une aventure dangereuse.

Quant à Tayyip Erdoğan, le 22 juin, lors d’un meeting à Batman dans le Sud-Est, il a estimé que le blocage de sa réforme constitutionnelle risquait de conduire à un nouveau blocage du système politique après le déroulement des élections du 22 juillet. Rappelant que l’annulation de l’élection d’Abdullah Gül s’était faite sur la base d’une nouvelle lecture de la constitution puisque, ni Turgut Özal, ni Süleyman Demirel, ni même Ahmet Necdet Sezer n’avaient été soumis, lors de leur élection respective à Çankaya aux règles auxquelles qu’on a érigées pour empêcher l’élection d’Abdullah Gül en avril dernier (présence de 367 députés pour que le premier tour puisse se tenir), il a estimé que pour éviter justement qu’une nouvelle crise électorale présidentielle se produise après les législatives, il fallait que les électeurs turcs donnent à l’AKP une majorité des 2/3 (367 députés). Ainsi s’impose de plus en plus au grand jour une stratégie de l’AKP que l’on prévoyait et qui consiste à essayer de retourner en sa faveur le tir de barrage des instances laïques qu’elle a dû affronter depuis que l’élection présidentielle a tourné court. Rappelant comment l’AKP s’est vu contré tant par l’opposition et la Présidence que par la Cour constitutionnelle, le Premier Ministre a déclaré notamment :

« Ils vont avoir la réponse qu’ils méritent par les urnes. Vous savez maintenant qui est démocrate, qui veut la justice et qui défend ses privilèges… C’est pourquoi nous souhaitons que vous nous donniez une légitimité indiscutable en envoyant 367 députés de l’AKP au moins au Parlement ! »

Dans ce contexte de lancement de la campagne où les leaders de l’opposition sont en train de se laisser aller aux promesses démagogiques de rigueur, l’AKP s’est déjà positionnée sur une ligne beaucoup plus politique en demandant d’abord à ses électeurs d’arbitrer le conflit qui l’oppose à « l’establishment politico-militaire » depuis l’échec de l’élection présidentielle. Eu égard à la lassitude de l’électorat pour la politique politicienne, il n’est pas sûr que cette option soit la moins payante…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *