Les présidences affolent les leaders de l’AKP


Bien que les trois leaders de l’AKP, Recep Tayyip Erdoğan, Abdullah Gül et Bülent Arinç aient tenu ensemble, le 1er juillet, un grand meeting unitaire à Kayseri, leur ville de prédilection, la situation reste apparemment conflictuelle au sein du parti majoritaire. Le Président de la Grande Assemblée Nationale (GAN) a en effet déclaré récemment que la candidature de Gül à la présidence de la République n’était plus d’actualité et qu’il pouvait y avoir des candidats plus indiqués que lui. Le ministre des affaires étrangères a néanmoins estimé que le succès du meeting de Kayseri avait confirmé la popularité de sa candidature. Quant au Premier ministre, il a estimé qu’après les législatives, le parti aurait de toute façon à nouveau à se prononcer sur la question. Au cours des dernières semaines, en effet, alors même que le gouvernement s’employait à contrer l’opposition du camp laïque, en défendant et relançant périodiquement le projet d’élection du président au suffrage universel direct, le ministre des affaires étrangères a continué à se présenter comme le candidat naturel de l’AKP à la présidence de la République. Mais, il est vrai que depuis que ce projet de réforme constitutionnelle a été enterré par les rejets répétés du Président de la République, l’eau a coulé sous les ponts. Dès lors, il est logique que, même à l’intérieur de l’AKP, certains puissent penser qu’à une situation nouvelle, il faut un candidat nouveau !
Toutefois, la devise ne concernera peut-être pas qu’Abdullah Gül et l’avenir de sa candidature à Çankaya puisque le Premier ministre vient de laisser entendre également que le bouillant Bülent Arinç, souvent en première ligne ces derniers mois dans les conflits qui ont opposé les « dinci » au « laikçi », pourrait ne pas retrouver son poste de Président de la GAN, à l’issue des élections. Et cela, même si l’AKP reste majoritaire et en position de désigner l’un de ses siens au perchoir de l’assemblée turque ! Après les débats sur le maintien de la candidature de Gül, cette nouvelle hypothèque tient probablement compte du fait que le quorum de présence exigé par la Cour constitutionnelle, depuis sa décision d’annulation du premier tour de la présidentielle, risque d’être difficile à atteindre pour le futur parlement qui pourrait être plus diversifié politiquement que le parlement sortant. Atteindre les fatidiques 367 sièges pour tenir l’élection du Président de la République ou celle du Président de l’Assemblée ne sera pas chose facile. Même si l’AKP est majoritaire, il n’est pas sûr que ce parti atteigne la majorité des deux tiers lui permettant d’élire seul le Président de la République ou celui de l’Assemblée. Dès lors, pour éviter une nouvelle crise politique, il faudra composer, négocier et donc trouver des personnalités consensuelles… Mieux vaut essayer d’y penser aujourd’hui que de le faire dans l’urgence à l’issue d’élections dont on ne connaît pas encore le résultat… Après avoir plaidé de façon radicale pour que le peuple lui donne 367 députés (notre édition du 25 juin 2007), l’AKP, prenant la mesure des résultats les plus probables, commence peut-être aussi à tempérer la détermination qui l’avait vue riposter sans nuance à la stratégie de blocage mené par le camp laïque et pense sans doute déjà fortement aux lendemains du 22 juillet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *