La campagne bat son plein !




Affiches, panneaux publicitaires, fanions, banderoles, tracts, camions ambulants, la ville entière est habillée des couleurs politiques des candidats aux élections. Ce sont bien sûr les visages de Tayyip Erdoğan, de Deniz Baykal, de Devlet Bahçeli ou de Mehmet Ağar qui s’affichent partout. Nous sommes à 10 jours des élections législatives. La chasse aux sièges a commencé depuis longtemps et les candidats veulent croire qu’ils filent maintenant à coup sûr vers l’hémicycle finale de la Grande Assemblée Nationale de Turquie !

Il est impossible d’arpenter les rues d’Istanbul sans voir les guirlandes des fanions multicolores des partis politiques. La campagne, pourtant, ne concerne pas seulement le visuel. L’ouïe est également un sens très sollicité par les appareils de campagne et les candidats. De nombreux camions ambulants décorés de mots d’ordre et de photos déambulent dans les quartiers pour diffuser des chansons ou crier littéralement le nom des candidats ou leurs slogans.

Le citoyen turc baigne donc de plus en plus dans l’atmosphère de la campagne. L’objectif des différentes formations est d’ailleurs de toucher le plus grand nombre de personnes en se faisant voir et entendre le plus possible.

Cette campagne traditionnelle diffère sur le fond et la forme lorsqu’on observe l’usage des supports publicitaires de grande ampleur qui sont mis en œuvre, le cas échéant. Si plusieurs partis et même certains candidats indépendants utilisent les grands espaces urbains d’affichage publicitaire, seules trois formations (l’AKP, le CHP et le MHP) mènent une campagne d’ampleur nationale utilisant de gros moyens.

Ainsi l’AKP propose une dizaine d’affiches à dominante orange et bleu mettant principalement en avant son bilan pour montrer que, depuis 5 ans, son gouvernement a su répondre aux problèmes de la vie quotidienne. Une étudiante explique ainsi qu’elle n’a plus à payer ses livres, un écolier que les obstacles à son éducation ont été levés, une ménagère que l’argent s’est valorisé ou un citoyen “lambda” que sa facture électrique n’a pas augmenté depuis 4 ans… Les personnes choisies ont dans l’ensemble une apparence assez neutre, elles pourraient être les personnages d’une publicité de lessive ou de produits ménagers, et l’on observe notamment qu’il n’y a aucune femme voilée, ce qui peut surprendre sur des affiches de l’AKP. Le mot d’ordre est clair : “Durmak yok, yola devam” (“Ne pas s’arrêter, poursuivre la route !”). C’est celui d’un Premier ministre qui, fort de son bilan, demande à ses électeurs de le reconduire. Car, il ne s’agit pas seulement de voter pour des candidats mais d’approuver le bilan du gouvernement et de le reconduire, ce que suggèrent toutes les affiches en bas à gauche, en appelant les électeurs à apposer un tampon dans un cercle où figure la mention “Evet” (“Oui”), surmonté du nom du Premier Ministre, “Recep Tayyip Erdoğan”.

Sur des affiches à dominante de rouge et de bleu, où Deniz Baykal sourit et où les 6 flèches légendaires du kémalisme sont bien en évidence, le CHP s’adresse lui aussi aux citoyens turcs mais ces derniers sont moins personnifiés et vus essentiellement au travers de catégories : les jeunes, les déshérités, les femmes, les stambouliotes… Tous “vont gagner” annoncent les affiches du CHP qui mettent en scène un groupe d’une dizaine de personnages représentatifs de la catégorie visée (jeunes, déshérités…). Le groupe regarde vers l’horizon en souriant comme dans un rêve qui leur dévoilerait un avenir radieux. Le parti kémaliste mène donc une campagne qui repose plus sur la symbolique et qui mobilise en toile de fond une aspiration au progrès et à la modernité.

Quant au MHP, il propose une série d’affiches de couleurs sombres mettant presque toutes en exergue un soleil noir hérissé de pointes. Ici, il s’agit moins de proposer que de combattre ou de sauvegarder. C’est à la peur (du séparatisme, de la terreur, de l’incurie gouvernementale…) que ces affiches en appellent en offrant le vote MHP comme seul remède aux dangers de toute sorte qui menacent le pays ! Un clip du MHP d’ailleurs fait précéder ce décor funeste d’un mur de flammes qui laisse place au miraculeux remède politique nationaliste.

Si le nouveau “Demokrat Parti” mène une campagne plus modeste, pour ce qui est de l’usage des grands espaces publicitaires tout au moins, il déploie, en revanche, comme les autres grands partis une flottille de petites camionnettes décorées du portrait de son leader (Mehmet Ağar et de son logo). Enfin, deux formations, l’ANAP et le DSP, qui ont pourtant joué un rôle important au cours des deux dernières décennies, sont totalement absentes de cette débauche de couleurs et de slogans. Ce qui ne surprend qu’à moitié !

La campagne bat son plein et s’intensifie. Istanbul est déjà dans une ambiance électorale rappelant à un citoyen turc, déjà saturé de promesses, l’importance du 22 juillet prochain.
SC et JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *