Erdoğan sûr de lui


La semaine précédant les élections législatives qui doivent se dérouler le 22 juillet aura été marquée par une forte personnalisation de la campagne électorale. Recep Tayyip Erdoğan est indiscutablement l’homme fort de cette fin de campagne et, sûr de sa victoire, il vient même d’engager sa personne dans la balance en annonçant qu’il abandonnerait la politique si son parti n’obtenait pas une majorité lui permettant de gouverner seul. De façon très significative, les dernières affiches de l’AKP invitent les Turcs à dire « Evet » (« Oui ») tant au bilan du gouvernement qu’à sa reconduction. Pour l’équipe de campagne du parti majoritaire, il s’agirait presque désormais de plébisciter Tayyip Erdoğan. Ainsi, ce Premier Ministre auquel on a voulu barrer la route de la magistrature suprême au printemps dernier s’apprête-t-il à se faire réélire comme un véritable président !
Commencée sur les relents du conflit qui avait opposé les « laikçi » et les « dinci » lors de l’élection présidentielle mort-née d’avril dernier, la campagne s’est progressivement détendue. La tentative faite par « l’establishment politico-militaire » de faire suivre les grands meetings laïques d’avril-mai par une mobilisation nationaliste, liée à la question kurde, a tourné court. Et, dans le même temps, l’AKP que l’armée essayait de déstabiliser en dénonçant sa « passivité » face au « péril » kurde, a contré la manœuvre en retrouvant les vertus du consensus. Il est frappant de voir, en effet, que loin de relever le gant comme il l’avait fait tout au long de la crise présidentielle, le parti majoritaire s’est finalement employé à faire oublier (pour un temps seulement peut-être…) la crise d’avril et ses suites. Reléguant au second plan la candidature malheureuse d’Abdullah Gül et la réforme de l’élection présidentielle, alors même que la Cour constitutionnelle avait fini par lui donner raison, le pragmatique Tayyip Erdoğan a expliqué qu’il pourrait accepter une candidature de compromis à la présidence et qu’il s’était attelé à l’élaboration d’une vraie constitution civile. Ainsi, en se démarquant des vieilles querelles, le Premier Ministre a-t-il pu aborder la dernière ligne droite en conduisant une véritable campagne électorale d’élections générales. Temporisant sur les conflits latents, rassurant les milieux d’affaires, mettant en avant son bilan plus que de belles promesses, gagnant le soutien des minorités et refusant finalement la surenchère nationaliste, Recep Tayyip Erdoğan s’est manifestement consacré à élargir sa base électorale.Tandis que ses principaux adversaires travaillaient surtout à cristalliser une opposition sur des valeurs (CHP) ou à mobiliser l’électorat sur de vieilles peurs (MHP), il s’est ainsi attaché à retrouver le souffle qui avait fait la force de son gouvernement dans ses deux premières années.
Face à ce retour en force, on peut s’étonner de l’impuissance des forces d’opposition à s’imposer dans la campagne et de leur incapacité à mettre l’AKP en difficulté. Car le bilan et le discours de l’AKP ne sont pas sans ambiguïté et sans faiblesse. Le Premier ministre et ses partisans ont fait un certain nombre de faux pas révélateurs par le passé. L’islamisation rampante qui se développe dans un certain nombre de villes ou de collectivités gérées par l’AKP contraste avec les propos rassurant de son leader. L’envahissement de la haute administration par des diplômés des lycées « Imam Hatip» ne va pas non plus sans inquiéter. Mais pour pouvoir exploiter pleinement toutes ces zones d’ombre, il aurait fallu que l’opposition soit plus au clair sur le projet qu’elle entendait proposer aux citoyens turcs. On ne gagne pas une élection simplement en diabolisant son adversaire. La grande faiblesse de l’opposition dans cette campagne aura été de ne pas pouvoir apparaître comme une force véritablement alternative. Écartelée entre un parti kémaliste peu convaincant dans son rôle de force de centre gauche et un parti nationaliste peinant à faire oublier ses origines extrémistes, elle n’est jamais parvenue à incarner l’image d’une relève crédible. S’en est-elle d’ailleurs soucié ! Tant le CHP que le MHP ont joué avant tout leur carte respective en espérant qu’un demi-échec de l’AKP, allié à la divine providence, leur permettrait peut-être de former un gouvernement de coalition. Or si d’aventure l’AKP n’était pas majoritaire, la perspective d’un gouvernement de coalition CHP/MHP ne réjouirait personne à commencer par les démocrates, les milieux d’affaires et nombre d’adversaires de l’AKP.
Mais une telle hypothèse est malgré tout peu probable. La plupart des sondages donne le parti de Recep Tayyip Erdoğan, largement vainqueur avec plus de 42% des suffrages, soit un score nettement supérieur à celui qu’il avait réalisé en 2002 (34,3%). Cette victoire lui donnerait cependant moins de sièges (entre 300 et 340) car, outre le CHP crédité de 17,5% des voix (19, 4% en 2002) ce qui devrait lui assurer entre 110 et 130 sièges, le MHP (8,3% en 2002) avec 12,5% (70 à 90 sièges) franchirait la barre fatidique des 10% nécessaires pour avoir une représentation parlementaire. Un tel scénario permettrait d’être assez optimiste pour la suite des événements car, n’ayant pas une majorité des deux tiers (367 sièges sur 550), l’AKP serait obligée d’accepter un candidat de compromis pour l’élection présidentielle qui doit suivre les élections législatives et l’installation de la nouvelle assemblée. Il est néanmoins trop tôt pour se prononcer sur la pertinence d’un tel scénario, la crise présidentielle qui se développe depuis le mois d’avril nous ayant habitué à des surprises.
En revanche, il est probable que l’originalité du nouveau parlement sera d’avoir une représentation kurde. Contournant, en effet, l’obstacle des 10%, entre 20 et 30 députés indépendants devraient en fait tacitement y représenter le Parti pour une société démocratique (DTP) qui détient déjà de nombreuses municipalités dans le Sud-Est. Certes, cette représentation parlementaire ne sera pas une première puisqu’en 1991, le SHP d’Erdal Inönü avait permis à une vingtaine de députés kurdes d’être élus sur ses listes. Mais, on se souvient que cette expérience s’était très mal terminée… Si cette fois elle devait réussir, cela constituerait un acquis non négligeable pour la résolution de la question kurde qui reste un enjeu politique majeur pour la Turquie contemporaine.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *