Les élections turques vues d’Izmir


Le Blog de l’OVIPOT revient sur les élections législatives qui se sont déroulées, le 22 juillet, et qui ont vu la large victoire de l’AKP. Saadet Coşkun se trouvait à Izmir, bastion du CHP, d’où elle nous ramène quelques impressions et quelques commentaires…

Dimanche près de 43 millions de citoyens turcs se sont déplacés pour aller voter (158 700 bureaux de vote en Turquie). Il s’agissait d’élire 550 députés alors que 7394 candidats se présentaient. La mobilisation à laquelle on a assisté témoigne de l’état d’esprit dans lequel se trouve le peuple turc depuis plusieurs mois. Après une campagne électorale étouffante et les manifestations pour la République d’avril-mai, le nombre d’électeurs promettait d’être important.

À l’instar de cette mobilisation, les résultats aussi étaient prévisibles. La victoire de l’AKP était presque inévitable. Mais cela exprime-t-il vraiment une satisfaction du peuple turc à l’égard du gouvernement au pouvoir depuis quatre ans et demi ? À Izmir, comme en Turquie d’ailleurs, rien n’est moins sûr. Il m’a suffi d’interroger quelques personnes pour constater que peu d’entre elles sont positives sur le gouvernement actuel. Nous sommes ainsi face à un paradoxe. Alors que le peuple exprime en permanence son mécontentement, le gouvernement Erdoğan a été reconduit. De mon point de vue, quatre raisons peuvent expliquer cette situation.

En premier lieu, la campagne du CHP dépourvue de projets concrets n’a pas réussi à rassurer l’opinion publique cherchant infatigablement l’assurance d’un avenir certain. Seul le parti d’Erdoğan a su proposer, durant cette campagne houleuse, un véritable programme. En second lieu, l’absence d’innovation au CHP et les difficultés de ce parti à se positionner en tant que formation social-démocrate a aidé l’AKP à obtenir les voix des personnes déçues par la formation de Baykal. La social-démocratie doit se renouveler. En l’occurrence, la personne même de Baykal a été incontestablement l’une des causes du revers du CHP. En troisième lieu, les changements réalisés par l’AKP, durant ces quatre dernières années, ont marqué les gens. Au moment de voter, le citoyen se demande souvent qui sera le plus apte à oser des transformations. Le souvenir des réformes de l’AKP a conduit l’électeur à voter pour le parti d’Erdoğan. En dernier lieu, en l’absence d’alternative, les déçus du CHP, redoutant par ailleurs le MHP et n’étant pas convaincus par les autres partis, ont choisi par défaut l’AKP. Comme on dit en Turquie : “Deniz’e düşen yılan’a sarılır” ( Celui qui tombe dans la mer s’agrippe au serpent).

Pourtant, certains départements (il) de Turquie, comme Izmir, ont préféré donner leur suffrage au CHP. Plus précisément, le vote dans la région égéenne (dont Izmir est l’un des 8 départements) a concerné, dimanche de 8h00 à 17h00, 6,4 millions d’électeurs dans 25 098 bureaux de vote pour élire 77 députés. Concernant la ville d’Izmir, l’ambiance étaient très différentes de celle d’Istanbul : des drapeaux turcs et des portraits immenses d’Atatürk étaient suspendus depuis des semaines sur les balcons des immeubles et des maisons. Les Smyrniotes montrent sans pudeur leur attachement au CHP en portant des T-shirt arborant le logo du CHP ou décorés de l’image d’une ampoule (le logo de l’AKP) barrée. Les résultats étaient prévisibles, bien avant le 22 juillet, Izmir allait voter CHP. Cependant, à l’examen de ces résultats, on s’aperçoit que le CHP a fait un score plus faible qu’aux dernières élections.

La campagne a été très animée à Izmir. Il n’est dès lors pas étonnant que dès les premières heures, de la journée, un grand nombre de Smyrniotes en vacances, au bord de la mer Égée, ont quitté les plages de Çesme,Kusadası, Gümüldür pour se rendre aux urnes. Les plages étaient quasiment vides et ne rassemblaient plus que des touristes. Quant aux autoroutes, elles étaient complètement embouteillées dans la direction d’Izmir.

Pour cette journée spéciale, certaines règles étaient, comme d’habitude, de rigueur. La vente d’alcool était interdite. Les lieux de fêtes étaient fermés et les restaurants dansant avaient seulement l’autorisation de servir des repas. Par ailleurs, personne, à l’exception des policiers, n’avait le droit de porter une arme, ce jour-là.

Le vote a donc commencé à 8h00. Gül, 28 ans, commerçante en textile, dit avoir voté pour le CHP, car “c’est dans les gènes, je ne peux pas aller vers un autre parti”. Pourtant, elle était sûre que l’AKP remporterait les élections. Au fil de notre discussion, je me rends compte qu’elle n’apprécie pas du tout Istanbul et je lui demande ce qu’elle pense de la ville. Selon elle, c’est un autre Etat de la Turquie, un “Etat Charia”. Elle n’est pourtant pas convaincue par le CHP, qui selon elle a été anéanti par Baykal. À la question : « Que représente la laïcité pour vous ?”, elle répond : “Mais il n’y en a pas ici !” avant d’ajouter qu’“être laïque en Turquie c’est être sans religion, comme si on ne pouvait pas être laïque et musulman, le problème est là”. Elle se dit consciente que, même si le CHP gagne, ce sera le chaos mais “à qui d’autres puis-je donner ma voix ? Il n’y a personne” dit-elle d’un air désolé. “Je n’aime pas Baykal, mais je ne peux voter que pour le CHP”. Ce sont là ses derniers mots.

Recep, un autre commerçant d’une cinquantaine d’années est beaucoup plus catégorique. Selon lui, seul l’AKP est capable de gouverner, de faire des choses positives pour la Turquie. Je remarque cependant qu’il hésite à m’avouer totalement son attachement pour le parti d’Erdoğan, comme s’il craignait d’être la cible d’une quelconque critique. Effectivement, il est possible de constater que contrairement à Istanbul, à Izmir, il est mieux perçu d’être pour le CHP que pour l’AKP. Il y a comme une sorte de fierté régionale à appartenir au parti d’Atatürk. J’ai également pu voir des personnes se faisant tatouer au henné le nom du père fondateur de la Turquie ou le drapeau turc. Toutefois, concernant le blocage politique engendré par l’élection présidentielle, en avril-mai, Recep n’hésite pas à critiquer le CHP. Il déclare même que cette situation n’était pas normale voire illégale. « Le CHP ne devait pas faire ça », dit-il offusqué. Les Turcs ont souvent tendance à prendre le parti de la victime, en l’occurrence l’AKP a sans doute profité de ce penchant… On en vient à se demander si ce n’est pas surtout la colère contre le CHP qui a conduit certaines personnes à voter pour l’AKP…

Yasemin, la trentaine environ, allure moderne et dynamique, a choisi elle de voter MHP. Pourquoi ? “C’est simple c’est le seul parti qui pourra sauver le pays contre les séparatistes”. Je lui demande, alors, si son choix était le même en 2002, sans hésiter, elle me répond :

« Oui, j’ai toujours voté MHP et cela depuis des années. Dans la famille, nous sommes tous du MHP. Nous ne sommes pas du genre à nous balader de parti en parti ! »

Sa voix est grave, son ton affirmatif. Elle est tout à fait sûre d’elle et de son choix.

Ces trois personnes sont assez représentatives de l’état de l’opinion à Izmir et aussi un peu d’un certain état d’esprit en Turquie. L’important aujourd’hui ne semble plus de choisir le parti idéal mais d’opter pour le courant qui conjure le plus ses peurs. Les personnes hostiles aux minorités se tournent vers le MHP, les anti-AKP vers le CHP et vice versa. Cependant, en regardant au-delà, on sent un peuple en quête de son avenir. C’est une tout autre aventure qui commence maintenant…


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Jacky dit :

    Bien, comme dit, je ne crois pas que les « manifestations laïques » représentent « le peuple ». Même si ce sont des manifestations historiques par le nombre.L’instantané du scrutin obligatoire récent en Turquie reflète une opinion radicalement différente de ceux qui parlaient au nom de « ce peuple » et qui en réalité forment une classe embourgeoisée, conservatrice et aux relents fascistes.A vrai dire, à mes yeux, les manifestants qui ont pris le risque de manifester à Taksim le premier mai dernier sont bien plus représentatifs de ce peuple que ceux qui défilaient le jour précédent et qui étaient au moins 10 à 20 fois plus nombreux.voilà ;-)

  2. Jean-Mehmet dit :

    Bravo Jacky pour vos remarques. Pourriez-vous préciser votre point de vue? Moi-meme je partage votre avis : juste sur le fond, cet article mériterait peut-etre de présenter des jugements plus nuancés. Vous faites référence au jeu des 7 différences : apres sa cuisante défaite, le CHP poura bien retourner jouer a celui des 6 fleches…:)

  3. Jacky dit :

    « Alors que le peuple exprime en permanence son mécontentement, le gouvernement Erdogan a été reconduit. »Là, il y a peut-être lieu de chercher les 7 différences avec la réalité mais sinon ça va c’est très bien écrit en français, impressionnant. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *