Le retour de la question présidentielle


Au lendemain des élections législatives, force est de constater que la plupart des acteurs et commentateurs politiques sont, un temps, restés plutôt évasifs sur ce qu’il allait advenir désormais de l’élection présidentielle. L’AKP, qui a enterré la hache de guerre sur la question pendant la campagne électorale, a préféré d’abord savourer sa victoire et se montrer grand seigneur plutôt que revanchard. Le CHP, sonné par sa défaite, a fait savoir qu’il maintenait son opposition à la candidature d’Abdullah Gül et qu’il souhaitait l’élection d’un candidat de compromis. Les nouveaux députés kurdes n’ont pas encore exposé leurs intentions. Quant aux commentateurs, se souvenant du consensus esquissé par Tayyip Erdoğan sur la présidence, pendant la campagne, ils ont plutôt laissé entrevoir une possible résorption de la crise sans vraiment en être convaincus eux-mêmes, tant les événements qui se sont déroulés, depuis le mois d’avril, leur ont appris à être prudents.
Il reste qu’en dépit des retournements que nous avons vécus ces dernières semaines, Abdullah Gül n’a jamais abdiqué sur la question de sa candidature, y compris, face à ceux qui dans son propre camp, l’incitaient, comme Bülent Arinç, à tirer les conséquences de la transformation du contexte politique. Cette mise en sommeil sans extinction de la candidature de l’un des siens n’est certes pas un indice absolu des velléités de l’AKP de reprendre sa marche vers Çankaya, mais elle montre au moins que le parti majoritaire n’a pas définitivement renoncé à la Présidence.
Dès lors, la déclaration que vient de faire Devlet Bahçeli va peser lourd dans la balance ! Lors d’une conférence de presse, le 26 juillet, le leader du parti nationaliste MHP, de retour au Parlement après 5 ans d’absence, a levé le voile sur ses intentions pour l’élection présidentielle. Tout en souhaitant voir élu un candidat représentatif de l’ensemble de la nation, Bahçeli a toutefois estimé que l’AKP avait le droit d’élire qui bon lui semblait et il a surtout annoncé que les députés du MHP ne boycotteraient pas le premier tour de scrutin même si Gül était à nouveau candidat. Dans la mesure où la Cour constitutionnelle a imposé dans sa décision annulant le premier tour de l’élection qui avait eu lieu le 27 avril dernier, la nécessité d’un quorum de présence de 367 députés pour que l’élection présidentielle puisse s’ouvrir, la décision de Bahçeli de ne pas boycotter le premier tour de l’élection, quel que soit le candidat majoritaire en lisse, rend tout à fait possible la relance de la candidature d’Abdullah Gül et à terme l’élection de ce dernier. L’AKP n’a certes pas la majorité des deux tiers (367 députés) pour obtenir une élection du Ministre des affaires étrangères dès le premier ou le deuxième tours, mais dés lors qu’il est assuré de disposer du quorum de présence pour ouvrir le scrutin, il aura largement les suffrages nécessaires lui permettant d’élire son candidat au troisième tour où seule une majorité absolue requise.
La déclaration de Bahçeli vient ainsi subitement de rappeler à tout le monde que le contexte politique a beaucoup changé. L’assemblée n’est plus la même, la large victoire de l’AKP a transformé la donne politique et la candidature du Ministre des affaires étrangères n’est donc pas aussi obsolète que certains, même à l’intérieur de l’AKP, l’avaient affirmé de façon rapide et péremptoire. Bien sûr, la principale question est désormais de savoir si l’AKP va s’engouffrer dans la brèche en prenant le risque de relancer la crise ou préférer jouer la carte du consensus en élisant une tierce personne plus neutre. Eu égard à l’ampleur de sa victoire de dimanche dernier, l’AKP peut être tenté de choisir la première option. Il est vrai que la formation de Tayyip Erdoğan s’est montrée très consensuelle dans les dernières semaines de la campagne. Mais les législatives sont terminées et l’AKP en est le grand vainqueur. Dès lors, la formation du Premier ministre pourrait bien retrouver la détermination à conquérir Çankaya qui avait été la sienne pendant la crise d’avril-mai et ce, d’autant plus que le camp laïque est affaibli. Avant l’échec électoral du CHP, les efforts de l’armée pour susciter, dans le sillage des grands meetings laïques, une réaction nationaliste sur la question kurde se sont révélés vains. Même la Cour constitutionnelle a flanché en se divisant sur la réforme constitutionnelle…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *