Rien de nouveau pour l’État-major mais…


Lundi 30 juillet, le Général Yasar Büyükanit, s’est exprimé, pour la première fois depuis les élections législatives anticipées qui ont vu la large victoire de l’AKP. Faisant référence à la conférence de presse qu’il avait tenue le 12 avril et lors de laquelle il avait évoqué, dans la perspective de la prochaine l’élection présidentielle, le profil du candidat acceptable par les Forces armées, le chef d’Etat major a déclaré que pour lui rien n’était changé et que le futur Président devait être une personnalité ayant un attachement démontré pour la laïcité. Rappelons que cet attachement, pour les Forces armées, concerne aussi et surtout l’épineuse question de la coiffure de l’épouse du futur président, les militaires excluant absolument que celle-ci soit voilée. « Nous avons dit, ce que nous avons dit avec conviction, le point de vue des Forces armées ne va pas changer pas tous les jours ! », a conclu le Général.

Dans la perspective de l’élection présidentielle, qui doit se tenir dans les semaines qui viennent, la déclaration du Chef d’Etat Major est un indicateur important. En effet, bien que Recep Tayyip Erdoğan ait laissé entendre à la fin de la campagne électorale qu’il pourrait accepter un candidat de compromis, Abdullah Gül a redit, le 25 juillet, que les électeurs qui ont massivement voté pour l’AKP lors des élections législatives ne comprendraient pas qu’il retire sa candidature à la présidentielle. Le leader de l’AKP n’a pas démenti formellement son ministre des Affaires étrangères mais il ne l’a pas expressément approuvé non plus. Le CHP, pour sa part, a rappelé son hostilité à la candidature de Gül et a redit qu’il boycotterait le scrutin si elle était maintenue. Pourtant, les autres forces politiques représentées au Parlement n’ont pas suivi le parti kémaliste. Le lendemain, Devlet Bahçeli, le leader du MHP, nouvellement représenté au Parlement avec 70 sièges, a déclaré qu’il participerait lui au premier tour de la présidentielle même si Abdullah Gül y est candidat tandis que les nouveaux députés kurdes annonçaient eux-aussi leur intention d’être présents lors du scrutin.

Formellement donc, les obstacles institutionnels à la candidature de Gül sont levés. Reste à savoir ce qu’il va advenir. Depuis une dizaine de jours, en fait, on a l’impression que les principaux protagonistes de l’élection présidentielle à venir campent sur leurs positions. Cela ne veut pas dire que l’on s’achemine nécessairement vers une reprise de la crise. En réalité, la grande interrogation actuellement est de savoir de quel poids dispose encore l’armée dans le fonctionnement du système politique. Dépossédée par les réformes réalisées dans la perspective de l’intégration européenne d’une forte partie des pouvoirs nominaux que lui donnait la Constitution de 1982 initialement, en particulier de ceux dont elle disposait à l’égard du gouvernement par l’intermédiaire du Conseil de Sécurité Nationale (CSN), l’armée a compensé son affaiblissement par une active propension à s’exprimer sur tous les sujets en cours qu’ils relèvent de la politique intérieure ou de la politique extérieure du pays, usant en quelque sorte de la parole comme d’une forme de pouvoir de dissuasion avec l’intention de voir le gouvernement de l’AKP prendre en compte son point de vue. Cette attitude a culminé, au soir du premier tour de l’élection présidentielle,le 27 avril, avec le e-memorandum que les forces armées ont placé sur leur site Internet pour décrire un certain nombres d’atteintes récentes à la laïcité et rappeler leur détermination à veiller à ce que les principes fondamentaux de la République laïque soient respectées. Mais, après l’écrasante victoire de l’AKP aux élections législatives le 22 juillet, que le Président de l’Assemblée nationale sortante, Bülent Arinç a d’ailleurs décrite comme un « memorandum du peuple » répondant au e-memorandum du 27 avril, que reste-t-il du pouvoir de dissuasion de l’armée ? Telle est bien la question qui se pose aujourd’hui.
JM


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Jacky dit :

    Je ne fais pas de prescriptions du style :Erdoğan devrait virer Büyükanıt ; Baykal devrait quitter le CHP ; tel candidat aurait du être élu ; le prochain président devrait être un membre de l’AKP accepté par le CHP… ; etcTout simplement parce que, à cet égard au moins, je revendique le statut de simple observateur.Je ne prétends pas non plus propager le modus operandi pour que la Turquie devienne une « démocratie ».Et puis surtout, je n’ai aucune sympathie pour le CHP et les kémalistes vieux ou récents, « vrais » ou « faux », ceux qui voient en Atatürk un « démocrate ».A mon sens, ce que l’on a observé en Espagne se serait déroulé pareillement dans tous les pays où l’armée est strictement soumise au pouvoir civil.Le contraste est frappant avec la Turquie où le surnom de l’armée pourrait aussi être « la Grande Bavarde ».

  2. Reynald dit :

    Bonjour,Jacky ou Yaka?C’est un peu enfoncer des portes ouvertes que suggérer que la Turquie n’est pas encore une démocratie…Il faudrait effectivement envoyer Büyükanit à la retraite, mais la Turquie n’en est pas encore là !Elle est sur le fil ne sachant encore de quel côté elle va tomber. Les prétendus kémalistes intrumentalisent la menace islamiste pour appeler à un coup d’état qui ne manquerait pas de « figer » à nouveau la Turquie pour quelques années, de l’autre côté on trouve l’aspiration profonde de la population à la démocratie véritable, débarrassée de la tutelle de l’armée.Le débat est (en gros) le peuple est-il assez mature pour voler de ses propres ailes ? Cet été en Turquie, j’ai senti la frustration de certaines élites, hauts fonctionnaires, militaires qui ont du mal à accepter d’être dépossédés de leurs privilèges. Ces gens ne se cachent pas d’voir un certain mépris pour le peuple qui serait incapble de discerner ce qui est bon pour lui. Il réclament de leur voeux un pouvoir fort, un guide… Bref un retour à l’époque bénie, selon eux, du parti unique, peu utilisent le mot mais certains franchissent le pas sans complexe: ils souhaitent une forme de fascisme assez proche du Mussolinisme avant qu’il ne se rapproche des nazis. Ré-étatisation, fermeture des frontières, renationalisation des entreprises « bradées » aux étrangers, remilitarisation, intransigeance vis à vis des voisins, écrasement des rebelles kurdes…L’AKP place manifestement ses gens aux postes à responsabilités et évince les gens qui refusent de coopérer. Bien que tous les partis aient pratiqué ce genre de « jeu des chaises musicales », ça a beaucoup de mal à passer car, cette fois, c’est un parti qui se réclame de l’islam qui le fait. Ces élites refusent de voir en l’élection de l’AKP un désaveu de l’orthodoxie kémaliste (on dirait que ça dépasse totalement leur entendement) donc un problème de politique interne. Alors ils cherchent une cause extérieure, la thèse que j’ai le plus entendue est un complot des Etats Unis (dans le cadre du « Projet du Grand Moyen Orient ») visant à déstabiliser la Turquie, l’ennui est que personne n’a été capable de me dire pourquoi faire… Beaucoup accusent pèle mèle l’Union Européenne, Israel et tous les ennemis « traditionnels » (arméniens, grecs, kurdes…) d’être impliqués dans ce complot… Bref, refus de remise en question avec une bonne dose de paranoia qui amènent bon nombre de ces gens souvent proches du CHP à dire que tout les moyens sont bons pour se débarasser de l’AKP y compris un coup d’état militaire.L’avenir va dépendre du poids réel de ces « orthodoxes » et de leur infuence réelle dans l’armée. Car l’armée est loin d’être monolithique et est traversée par les même divisions que la société civile. Une partie de celle ci souhaite laisser l’AKP continuer les réformes, mais sans perdre la face. L’AKP doit apprendre à ménager les susceptibiltés et savoir éviter de remettre en question les tabous brutalement, ça va nécessiter de l’habilité politique et de la pédagogie. Erdogan doit se débarrasser des archaïsmes de son parti et modérer ceux qui dans le parti sont tentés de faire du zèle en interdisant l’alcool dans leurs ciconscriptions ou en faisant pression sur les femmes pour qu’elles se voilent.Enfin ce sont mes impressions après de longues dicsussions parfois orageuses durant mes vacances… A ceux qui raillent la Turquie pour ses difficultés, j’ai envie de dire qu’il est facile de faire des comparaisons après coup avec des pays qui se sont déjà sortis des régimes autoritaires… « Izonka »! c’est toujours facile de l’écrire de son appartement à plus de 2500 km ! La réalité sur le terrain est d’une toute autre complexité et on ne peut pas faire abstraction des dynamiques et de l’histoire locale quand on juge un pays… Les recettes qui ont été appliquées en Espagne en sont pas forcément transposables en Turquie… Et en outre, pour sortir de la période franquiste l’Espagne a bénéficié du soutien de l’UE sans condition préalable, alors que l’on demande à la Turquie de se débrouiller seule et de se démocratiser préalablement à toute idée d’intégration…

  3. OVIPOT dit :

    Sauf qu’on n’est pas en Espagne ou qu’on y est peut-être déjà un peu… on va voir !

  4. Jacky dit :

    Quelle est la réaction normale du gouvernement d’un Etat démocratique où les forces armées sont strictement soumises au pouvoir civil lorsqu’un haut gradé s’exprime sur une compétence politique qui ne le regarde pas ?Le meilleur exemple nous vient d’Espagne. Le Monde du 07 janvier 2006.En conséquent, combien de fois le général Büyükanıt aurait-il du être dégradé et envoyé en la retraite anticipée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *