Pour Faruk Bilici, les relations turco-arabes ne sont pas si mauvaises


Au moment où, après sa victoire, l’un des premiers soucis de Recep Tayyip Erdogan semble être de relancer la candidature turque à l’Union Européenne, nous publions la seconde partie de l’interview de Faruk Bilici sur les relations turco-arabes. Réalisée le 5 juillet dernier à Istanbul, la première partie de cette interview, publiée dans notre édition du 13 juillet 2007, portait essentiellement sur les relations turco-européennes à l’époque ottomane.
Historien « ottomaniste » et « ottomanisant », Faruk Bilici est actuellement Professeur à l’INALCO, l’Institut Nationale des Langues et Civilisations Orientales, mieux connu sous le nom de « Langues O ». Il a été également chercheur à l’IFEA, au début des années 90, et maître de conférences en détachement à l’Université de Marmara (Istanbul), par la suite. Il revient régulièrement en Turquie pour y conduire ses recherches et vient de traduire «Macédoine 1900 », un recueil de nouvelles d’un auteur de l’époque ottomane, Necati Cumali, qui a été publié dans la collection « Bibliothèque turque » chez « Actes Sud » (2007). Rappelons que cette collection qui est actuellement dirigée par Pierre Chuvin (le directeur de l’IFEA) et Faruk Bilici, lui-même, a été créée par feu Stéphane Yerasimos, qui fut directeur de l’IFEA, de 1994 à 1999.

Faruk Bilici, vous venez de nous expliquer que les équilibres qui se sont dégagés en Europe jusqu’au 20ème siècle ont étroitement impliqué les Turcs, quel bilan peut-on faire de la période ottomane pour le monde arabe ?

Il faut rappeler que l’historiographie a eu tendance à considérer pendant longtemps la présence ottomane dans le monde arabe comme une parenthèse noire. Cette idée reçue a été mise à mal par l’école d’historiographie d’Aix-en-Provence composée d’historiens du monde arabe et non « d’ottomanistes ». Par des études de terrains minutieuses sur le sujet, ils ont prouvé que le monde arabe s’est développé économiquement, culturellement, démographiquement sous l’influence ottomane. Il y a eu bien entendu des régions du monde arabe privilégiées par les Ottomans, notamment l’Egypte pour sa richesse et pour sa position à cheval sur deux continents, et la Syrie.

Si la période ottomane a été une période de développement, une période positive, comment expliquer les relations traditionnellement difficiles des Turcs avec le monde arabe ?

D’abord, il est vrai que le monde arabe n’a pas été, avant Abdul Hamid II, associé à la vie politique de l’Empire. Pour les raisons évoquées précédemment (cf. notre édition du 13 juillet 2007), le personnel politique ottoman était essentiellement recruté parmi les non-musulmans, les sujets arabes de l’Empire étant musulmans ne pouvaient être recrutés comme des esclaves et être formés à la Cour et dans les armées ottomanes. Les Ottomans ont plutôt insisté sur la culture et la religion dans leurs relations avec le monde arabe, notamment en privilégiant les études arabes dans leurs écoles (medrese). Le corps religieux était largement arabisant, le recrutement dans le monde arabe était essentiellement religieux. Le 19ème siècle, particulièrement, le règne d’Abdülamid II, a changé radicalement cette donne dans la mesure où l’Empire ottoman est devenu alors territorialement un empire musulman et qu’il fallait donc, pour maintenir la cohésion de cet empire, attacher une plus grande importance à sa partie arabe, notamment en recrutant plus de dignitaires dans le monde arabe. À partir de cette époque, l’Empire a donc commencé à accorder au monde arabe une importance capitale car l’islam devenait une sorte ciment unificateur face aux impérialismes occidentaux. C’était peut-être trop tard…

Et vous pensez qu’aujourd’hui c’est définitivement trop tard ? Comment voyez-vous les relations de la Turquie avec le monde arabe, à l’heure actuelle ?

En fait, après les relations difficiles que l’on a connues, notamment au début de la Guerre froide, il y a eu une période plutôt favorable, en particulier après le débarquement de l’armée turque à Chypre en 1974 où une véritable prise de conscience de l’importance des relations avec le monde arabe s’est manifestée. À partir de 1969, la Turquie a été « membre-observateur » de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) puis, à partir de 1974, elle en est devenue un membre à part entière très actif. Depuis 2004, c’est d’ailleurs un Turc (le Professeur Ekmeleddin Ihsanoğlu) qui est le secrétaire général de l’OCI dont la Turquie abrite certaines instances, comme le Centre de recherche sur l’histoire, l’art et la culture islamique (à Istanbul) et le Centre d’entraînement et de recherche statistique, économique et social des pays islamiques (à Ankara). Vous voyez, en fait, que la Turquie s’implique dans le fonctionnement et le rayonnement de cette organisation. On ne peut donc pas dire que la Turquie n’entretient pas de relations avec les pays islamiques même si, évidemment, c’est plutôt avec l’arrivée au pouvoir de partis à coloration islamique que ces relations se sont développées. Mais aujourd’hui, aucun homme politique ne peut envisager une seconde de se passer de ces relations étroites avec le monde arabe et islamique. La question palestinienne reste au centre du problème : il est clair que la Turquie a soutenu la création de l’État d’Israël parce qu’elle fait partie des pactes occidentaux et que les Etats-Unis comme l’Europe soutenaient la création de cet État. En contrepartie, Ankara a toujours œuvré pour qu’un État palestinien voit le jour, certes plus activement à certaines périodes qu’à d’autres, mais sans jamais renoncer à cette idée. Le monde arabe voit la Turquie comme un atout, au même titre d’ailleurs que le monde turcophone asiatique. Chaque fois que la Turquie a des négociations avec une région, elle fait valoir sa relation avec l’Europe. Ainsi, avec le monde arabe, il ne s’agit pas de créer une organisation régionale mais de jouer un rôle de pont, comme elle peut le faire avec l’Asie centrale ou avec la zone de coopération économique de la mer Noire. En somme, l’idée de « pomme rouge » (cf. notre édition du 13 juillet 2007) revient constamment dans les relations de la Turquie avec ses voisins puisque celles-ci sont considérées par eux comme le moyen d’avoir un accès à l’Europe. Un autre problème, c’est que la Turquie n’a pas encore assez de potentiel de vente de produits manufacturés au monde arabe même si je constate que les échanges avec le monde arabe ont été multipliés par dix depuis les années 1970 et que la Turquie est parfaitement présente aujourd’hui dans tous les marchés du Moyen-Orient. Inversement, les capitaux arabes sont extrêmement présents par le biais des banques islamiques mais aussi par le biais d’un certain nombre d’investissements : à ma connaissance, Türk Telecom a été acheté par un groupe libanais et, alors que plusieurs banques ont fait faillite, les banques islamiques continuent à exercer leurs activités sur le marché turc. Donc, je ne pense pas qu’aujourd’hui les relations turco-arabes soient si mauvaises.

Est-ce que le monde arabe est prêt à développer ses relations avec la Turquie ?

En fait, dans le monde arabe, il y a de multiples attitudes. Une partie du monde arabe considère que ce qui se passe en Turquie, que l’expérience turque en somme, est une expérience qui doit être suivie sur le plan du développement politique, de la laïcité, de l’ouverture et même sur le plan économique. C’est un modèle que le monde arabe doit suivre. On rejoint ici la fameuse question qu’on se pose depuis le 18ème siècle: est-ce que l’islam est compatible avec le développement et le progrès ? La Turquie constitue en elle-même une sorte de réponse positive à cette question. Elle est, en ce sens là, un modèle pour un certain nombre de pays arabes car elle montre que l’on peut devenir laïques tout en restant musulmans, développer un pays sur le plan économique tout en restant musulmans, développer le capitalisme tout en restant musulmans, voire devenir un pays européen (c’est en tout cas ce à quoi prétend la Turquie) tout en restant musulmans.
D’autres groupes, plus fondamentalistes, les « Frères musulmans », par exemple, considèrent que les islamistes turcs réussissent à s’intégrer au monde politique alors qu’eux, notamment les « Frères musulmans », restent exclus du jeu politique. Et il est vrai que les islamistes turcs ont réussi à être considérés comme un véritable partenaire politique, et pas comme un partenaire toujours dans l’opposition qui ne fait que critiquer le régime ou le combattre. L’expérience islamiste turque, en ce sens, est considérée par un certain nombre de groupes politiques dans les pays arabes comme un exemple positif. Pour eux, les Turcs ont pu intégrer l’islam dans le jeu politique sans remettre en cause un certain nombre de fondamentaux (l’État de droit, la possibilité de faire des lois en dehors de la Charia, etc…). Moi c’est comme ça que je le vois, et je crois même que le monde arabe attend avec beaucoup d’impatience l’intégration de la Turquie dans l’Union Européenne, pour que la Turquie joue effectivement son rôle de pont vers l’Union Européenne. Rappelons-nous que c’est la Turquie qui a créé avec l’Espagne un pôle de dialogue entre les deux civilisations chrétienne et musulmane. Elle représente en quelque sorte une vision pacifique de l’islam pour l’Union Européenne et peut permettre de développer en Occident une image autre de l’islam que celle du terrorisme.

Vous nous avez montré les multiples relations et connexions qui sont celles de la Turquie et qui découlent de sa longue histoire, en particulier de son histoire ottomane, mais est-ce que le problème de ce pays, ce n’est pas finalement qu’il possède trop d’atouts qui finissent par se neutraliser ?

Je croyais que la question me serait posée dans un autre sens. Puisque la Turquie a beaucoup d’atouts, qu’est ce que l’Union Européenne va gagner précisément en intégrant ce pays ? Ces multiples atouts et connexions, c’est justement, à mon avis, ce qui rend intéressante la position de la Turquie. Ce n’est pas un pays simple. La position géographique, géopolitique mais aussi la position culturelle de la Turquie en font réellement un pays de contrastes : ce n’est pas une position facile mais c’est justement ce qui est passionnant. La Turquie se retrouve réellement entre trois mondes : l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie. Elle en tire des atouts, mais il y a aussi des inconvénients. Elle est aux portes de conflits sérieux. Pourtant, ne dramatise-t-on pas un peu trop ces périls. Vous n’avez pas remarqué que lorsque l’on parle de l’élargissement à la Turquie, on évoque toujours ses voisins syrien, irakien ou iranien et qu’on occulte les autres : l’Arménie, la Géorgie ou la Grèce… Le fait d’avoir un pied au Moyen-Orient ne facilite pas les choses effectivement mais un pays doit faire avec ses atouts et ses inconvénients…

Propos recueillis et mis en forme par Jean Marcou et Marine Copin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *