Poignée de main historique au Parlement !

La Grande Assemblée Nationale de Turquie s’est réunie le 4 août pour la traditionnelle cérémonie de prestation de serment des députés. C’était la première fois que le nouveau parlement tenait séance depuis que les élections législatives anticipées du 22 juillet qui ont vu la large victoire de l’AKP et la défaite du CHP.

Pourtant, lors de cette cérémonie, ce ne sont pas ces deux partis rivaux qui ont tenu le devant de la scène mais les nouvelles formations qui ont réussi à être représentées, en particulier, le Parti du Mouvement Nationaliste MHP et les Kurdes du Parti pour une Société Démocratique (DTP). À la surprise générale, en effet, les leaders des deux formations, Devlet Bahçeli (MHP) et Ahmet Türk (DTP) se sont serré la main tandis que d’autres députés de leurs formations respectives accomplissaient ostensiblement le même geste devant les caméras. Ce sont, en fait, les députés du DTP qui sont allés vers leurs collègues du MHP et leur président, Ahmet Türk, a commenté par la suite cette démarche en déclarant :

« Nous sommes tous des députés. Nous pouvons bien sûr avoir des opinions différentes mais nous allons tous travailler sous le même toit. Nous sommes des personnes civilisées et nous devons avoir des relations entre nous. Nous voulons soutenir un processus de paix et de démocratie dans un esprit de conciliation et de dialogue. C’est dans cet état d’esprit que nous abordons la mission de parlementaire qui nous a été confié. »

La prestation de serment des députés kurdes nouvellement élus était attendue non sans une angoisse teintée de catastrophisme par les médias. Le Premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, avait même évoqué de possibles affrontements physiques entre les représentants des deux formations. Devlet Bahçeli n’avait-t-il pas, au cours de la campagne électorale, reproché au gouvernement de l’AKP de n’avoir pas pendu Öcalan (le leader du PKK dont la condamnation à mort a été commuée en réclusion criminelle à perpétuité) en se proposant de le faire lui-même tout en exhibant une corde pour mieux prouver sa détermination ! Mais surtout tout le monde avait en tête le précédent de 1991. À l’issue des législatives tenues cette année-là, en effet, des députés kurdes élus sur les listes du SHP (Parti Social-Démocrate Populiste créé après le coup d’Etat de 1980 par Erdal Inönü, qui a repris le nom de CHP en 1993) et portant un bandeau aux couleurs kurdes, avaient voulu adresser un message en kurde de la tribune du Parlement, au moment de leur prestation de serment. Cette initiative avait fait scandale et entraîné la lourde condamnation (15 ans d’emprisonnement), en 1994, de 4 des députés en question dont Leyla Zana qui deviendra l’égérie de la résistance politique kurde et ne sera libérée qu’en 2004. Tout le monde a donc retenu son souffle lorsque Ayla Akat Ata, la première députée kurde à prêter serment est montée à la tribune. Mais, tout s’est passé normalement cette fois-ci. Cette parlementaire élue à Batman a prononcé son serment en turc en n’ajoutant aucun commentaire en kurde. Tous ses collègues ont fait de même et se sont vus applaudis par les parlementaires du MHP.

Certes, le bon déroulement de cette cérémonie ne suffit pas bien sûr à dire qu’une nouvelle ère a commencé mais elle aura révélé au moins deux phénomènes de première importance. En premier lieu, les nouveaux élus (et en particulier les Kurdes) ont affiché une plus forte maturité politique. Fini le temps des propos et des gestes spectaculaires destinés à faire connaître une cause, il s’agit désormais de devenir une force politique à part entière susceptible d’animer la démocratie turque et de la faire progresser. En second lieu, la nouvelle assemblée est un collège beaucoup plus diversifié et intéressant que le précédent qui risque de restaurer et d’accroître la place du Parlement dans le système, en devenant un lieu de débat de première importance pour la démocratisation en cours.

En tout état de cause, cette atmosphère, dans l’ensemble plutôt constructive, alors même que certains prédisaient déjà un drame, est de bon augure dans la perspective des échéances délicates que va devoir affronter le système : élection du Président de l’Assemblée, élection du Président de la République, réformes constitutionnelles…


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Jacky dit :

    Au fond, ce qui est posé c’est le problème plus général de l’autocensure.1991 ne me semble pas être cet acte « puéril » et « hostile » que l’on décrit. Le serment s’est fait normalement en turc et il a été accompagné d’une phrase (de paix) en kurde. Point barre. La portée ne saurait être autre que symbolique.En revanche, il n’est pas possible d’évaluer l’impact d’un acte symbolique.Est-ce la marche du sel de Gandhi qui a donné l’indépendance aux Indes ou est-ce que ça n’a servi qu’à faire marcher plein de gens pour rien ?Bonne chance pour faire la part des choses mais on ne peut pas le balayer d’un revers de la main dans tous les cas. Le prix Sakharov de Leyla Zana, quoi qu’on en pense, ce n’est pas « rien » dans le combat minoritaire kurde.Les vraies questions qui, elles, changeront véritablement la donne : Mentionnera-t-on l’existence d’autres langues à côté du turc dans la prochaine constitution ?Pourra-t-on dépasser la peur des menaces de dissolution des conseils municipaux si ceux-ci prennent des mesures de facilité linguistique ?Pourra-t-on prochainement diffuser largement en langue kurde en Turquie et depuis la Turquie ?Pourra-t-on développer un réseau scolaire en langue kurde financé par le publique ?Ce sont autant de thèmes mis en avant par le mouvement pro-kurde mais que l’autocensure suggérée par les tabous et la peur des sanctions remet en question systématiquement.Un observateur doit aussi, je pense, se méfier de l’autocensure qui ne l’épargne pas notamment par le truchement du relativisme culturel qui l’empêcherait de juger un « autre » système de valeurs.

  2. Tom dit :

    Bof un discours de Breton attirerait des commentaires gouillards du type « mais que vient il faire avec son patois des cavernes », ça a déja été tenté :)Je suis d’accord avec l’analyse de l’ovipot, pour moi le temps des symboles, des postures et des coups d’éclat est fini. Les politiques turcs ont bien vu que l’action de Leyla Zana n’a servi à rien si ce n’est à faire mousser ses soutiens européens.Evidemment c’est bien joli, ça flatte notre âme romantique et rebelle, mais ça ne résout rien. Les députés DTP choisisse de jouer le jeu de la démocratie turque, je doute qu’en ne parlant pas kurde à l’assemblée ils deviennent kémalistes et jacobins

  3. OVIPOT dit :

    Je ne pense pas que la Turquie évolue lentement vers la démocratie parce qu’elle serait « naturellement » faite pour cela. C’est même tout le problème ! Elle nous a trop souvent habitué depuis plus d’un demi-siècle à des ouvertures qui tournent court…. 1991 en était d’ailleurs le parfait exemple.Quant à dire que les députés du DTP n’ont fait que se conformer à ce que « le politiquement correct » exigeait d’eux, cela me semble très réducteur. Ils ont surtout voulu montrer aux Turcs que des Kurdes pouvaient siéger au Parlement et y parler avec tout le monde… et symboliquement ils ont choisi de s’adresser aux députés du MHP.Je ne pense pas que l’on puisse mettre sur le même plan l’intervention de Leyla Zana au Parlement européen dans une enceinte internationale et celle de 1991 réalisée dans le Parlement turc à une époque où la question kurde commençait à sortir de l’ombre… Vous reconnaissez d’ailleurs vous-même en outre que ce n’était pas la même époque.Enfin, je pense que vous posez effectivement la question essentielle : fallait-il parler en kurde ? Vous êtes persuadé que prononcer « quelques mots » aurait été « possible », je n’en suis personnellement pas si sûr… justement à cause des symboles qui sont particulièrement importants dans ce pays (comme d’ailleurs dans de nombreux pays), ce que les analystes occidentaux ont souvent tendance à oublier un peu vite, peut-être parce que leur propre symbolique leur est tellement « naturelle » qu’ils comprennent assez mal qu’elle puisse l’être aussi ailleurs. Je ne suis pas sûr non plus qu’un discours symbolique en breton au Parlement français, par exemple, serait bien accueilli… et pourtant sur le plan politique et humanitaire, la situation des Bretons en France est loin d’être celle des Kurdes en Turquie !

  4. Jacky dit :

    Non, les choses ne se sont pas passées « normalement » selon moi.Les députés DTP se sont conduits en bons députés-citoyens turcs d’origine kurde. Conformément à ce que le politiquement correct attendait d’eux.Par crainte de la sanction ? Compréhensible. Du fait d’une certaine ligne du compromis avancée par les pro-PKK ? Possible.En tous cas, ce n’est pas par « maturité politique ». On retrouve encore une fois de plus cette analyse évolutionniste fallacieuse. La développement linéaire positif comme loi universelle. « La démocratie existe en germe dans tous les États », etc…Théorie, ô combien critiquable et critiquée.Si cela reflétait de la maturité, alors, le discours de Leyla Zana au parlement européen (entièrement prononcé en kurde) lorsqu’elle y a reçu son prix était un acte purement « provocateur » et « infantile » à l’égard de la Turquie.Je ne le pense pas. Parler en kurde est un acte désobéissant mais désobéissant n’est pas synonyme d’infantile sauf dans une certaine vision de l’ordre bien sûr.C’est aussi dire « nous sommes ce que nous sommes et vous n’y changerez rien ». La situation n’est d’ailleurs pas celle de 1991. On ne peut pas sanctionner indéfiniment des gens pour « le délit » de parler leur langue maternelle. Je reste persuadé que prononcer quelques mots en kurde aurait été possible et hautement souhaitable symboliquement.La petite bulle finira bien par remonter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *