Abdullah Gül s’emploie à rassembler les parlementaires turcs autour de sa candidature


Abdullah Gül, candidat malheureux de la présidentielle, en avril dernier, a donc maintenu sa candidature. Avant la réunion du MYK (Merkez Yürütme Kurulu), le comité exécutif de l’AKP, qui s’est tenu le 13 août, Abdullah Gül a fait part à Recep Tayyip Erdoğan de ses intentions. Quelques minutes après, le Premier ministre turc a annoncé aux participants de cette réunion, la candidature de son ministre des Affaires étrangères. Ainsi, les circonvolutions sur le choix final du candidat se terminent de la même manière qu’en avril dernier.

La nouvelle n’a pas fait que des heureux, et l’on recensait même un certain nombre de mécontents au sein de l’AKP. En effet, il semble bien que les membres du MYK se soient divisés sur la question. Pour certains, la candidature de Gül est opportune eu égard aux résultats des élections du 22 juillet qui constitueraient une sorte de plébiscite. Mais, pour d’autres, il fallait avant tout éviter les tensions et donc choisir un candidat consensuel ayant l’appui des autres partis politiques. Le Premier Ministre n’avait-il pas fait cette promesse au soir de la victoire de son parti aux législatives ? Mais le parti majoritaire a finalement considéré que le contexte n’était plus le même et qu’il pouvait se permettre de relancer une candidature qui avait provoqué la crise politique que l’on a connue depuis avril dernier. Il y a probablement dans cette attitude une part d’esprit revanchard mais aussi la conviction qu’il faut mener le changement jusqu’à son terme et faire respecter la volonté du peuple qui, en donnant une large victoire à l’AKP, a sans nul doute voulu également pousser Gül vers Çankaya.

Pour l’heure, l’AKP, qui n’atteint pas à lui seul le quorum de 367 députés, nécessaire à la tenue des élections, doit impérativement obtenir le soutien des autres partis représentés au Parlement pour pouvoir lancer le processus électoral et le gagner.Dès l’annonce de sa candidature, le 14 août, Abdullah Gül a donc rencontré les différents partis d’opposition et les députés indépendants pour leur présenter son programme et surtout pour leur demander leur appui. À tout seigneur tout honneur sa première visite a été pour le MHP dont la participation au premier tour du prochain scrutin présidentiel est l’une des clefs de l’élection de Gül. Si le MHP participe à ce scrutin, en effet, le quorum des 367 députés est atteint et Abdullah Gül pourra être élu à la majorité absolue au 3ème tour. Comme le CHP et son allié le DSP refusent catégoriquement à nouveau la candidature du Ministre des Affaires étrangères, il doit obligatoirement rallier à sa cause le parti de Devlet Bahçeli, en tout cas s’assurer que ce dernier participera au premier tour du scrutin, le 20 août. Durant son entretien avec le leader nationaliste, le candidat de l’AKP a présenté sa conception du rôle qui doit être celui du Président. Il a, par ailleurs, expliqué que sa candidature était en fait une réponse légitime à « la demande du peuple » en ajoutant :

« Je vous remercie pour votre participation… Si je suis élu président, j’accomplirai les missions du président telles qu’énoncées par la Constitution. J’adopterai le même comportement avec tout le monde ».

La participation du MHP au premier tour était acquise depuis la conférence de presse que Devlet Bahçeli avait tenue, le 26 juillet dernier (cf.notre édition du 1er août 2007), au lendemain des élections législatives, mais le candidat Gül souhaitait avoir confirmation de cet engagement.

Chemin faisant, Abdullah Gül ne s’est pas contenté de démarcher le seul MHP, il a enchaîné par la suite une série de rendez-vous avec plusieurs formations politiques. L’évènement le plus surprenant s’est produit lors de son entrevue avec le leader du DSP (Demokrat Sol Partisi), Zeki Sezer. Pendant cette rencontre, en effet, après avoir fait de multiples promesses, notamment celle d’abandonner son étiquette politique, Abdullah Gül a ouvert la Constitution de façon solennelle prenant une posture presque rituelle et face aux membres de la délégation du DSP quelque peu décontenancés, il a lu les 4 premiers articles du texte fondamental à haute et forte voix. Cette initiative surprenante n’est pourtant pas parvenue à arracher l’assentiment de Zeki Sezer qui réserve toujours sa réponse.

Lors de la conférence de presse, qui a eu lieu par la suite à l’Assemblée nationale, le candidat de l’AKP a très souvent mis en avant l’importance de la laïcité et la nécessité de respecter la Constitution. Concernant le CHP, il a affirmé vouloir travailler avec lui sans tenir compte de l’attitude qu’a pu avoir cette formation politique depuis la crise d’avril et notamment pendant les élections. Le Ministre des Affaires étrangères a surtout expliqué que sa candidature était inévitable et qu’il ne pouvait refuser une demande venant du peuple : « J’avais dit que je ne pouvais ignorer les messages émis durant les élections. Nous devons tous tenir nos promesses ». Pourtant, l’idée d’une candidature de compromis était aussi une promesse, mais elle avait été faite par le Premier Ministre et elle n’a finalement pas eu la même valeur. Abdullah Gül a conclu sa conférence de presse en déclarant :

« Si je suis élu, si l’Assemblée nationale me choisit pour cette fonction honorifique et de grande responsabilité, je veux que tout le monde sache que je m’attacherai à rassembler tous les citoyens, que je les protégerai et que je veillerai au respect de la Constitution dans une impartialité totale ».


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Peregrine dit :

    Walking through Istanbul with my Turkish friend last year, a secular woman, I watched as she was shunned by women with scarves who turned their backs on her. The rise of the AK party is giving the more religious Turks the support and impetus to force the country into an Islamist state.The election of Gul will only split the country further. He may be a moderate but he encourages and emboldens the more fundamental elements. It could have the effect that the military will feel the need to step in again to change the government. Look at the harsh language in the warning the military issued just yesterday. That would be a disaster to their EU hopes and for the economy.JG-Brooklyn, USA

  2. Jacky dit :

    Ce qui est intéressant, c’est cette volonté de lire les 4 premiers articles de l’Anayasa devant les membres d’un parti kémalisant.Pourquoi les 4 premiers articles ?L’article 3 et 4 surtout qui sont sans doute les plus critiquables.Article 3 L’Etat, le territoire et la nation turcs forment un ensemble indivisible. Sa langue est le turc.[Super]Blablabla sur le drapeau, l’hymne et la capitale.L’Article 4 qui enfonce le clou en soulignant le caractère inchangeable des trois précédents articles…Allez, je pose la question à cinq sous : dans ces circonstances est-ce que l’on peut attendre une reconnaissance des langues minoritaires (kurmancî,…) ? Une forme de décentralisation de l’Etat ? L’oubli de ces articles dans la nouvelle Constitution sur le feu,… au moins pour répondre à Copenhague ?

  3. mehmetlibre dit :

    Excellent article. Très informatif. En particulier pour les « exilés ». Il me tarde de suivre les tours de passe-passe de l’épouvantail de l’AKP pour glaner la présidence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *