Les députés de l’AKP ont élu Abdullah Gül à la Présidence de la République


Il était très exactement 16h15, mardi 28 août 2007, lorsque Köksal Toptan, le Président de l’Assemblée nationale, a annoncé l’élection d’Abdullah Gül à la Présidence de la République. En effet, lors du troisième tour de l’élection présidentielle, qui se déroulait au sein du nouveau Parlement élu le 22 juillet dernier, le député de Kayseri a été élu devenant ainsi le onzième Président de la République de Turquie depuis 1923.

Abdullah Gül, on s’en souvient, n’était pas parvenu à se faire élire aux premier et second tours de cette présidentielle. Le 20 août (lors du premier tour) tandis que le candidat de l’AKP, obtenait 341 voix, le candidat MHP (Sabahattin Çakmakoğlu) et celui du DSP (Tayfun İçli) enregistraient respectivement des scores de 70 voix et 13 voix, une voix ayant été invalidée et 23 députés (pour l’essentiel les Kurdes du DTP) ayant voté blanc. Quatre jours plus tard, le même scénario se reproduisait, Gül recueillant cette fois 337 voix, Çakmakoğlu, 71, et İçli, 14. On enregistrait, par ailleurs, presque le même nombre de votes blancs (24). Pour être élu, à ce stade, le candidat aurait dû pouvoir compter sur une majorité des deux tiers (c’est-à-dire sur 367 voix). En revanche, lors du troisième tour, il lui suffisait d’obtenir la majorité absolue des 550 sièges que compte le Parlement (soit 276 voix). Or, l’AKP dispose de 340 députés au sein du nouvel hémicycle. Ce sont donc ces derniers qui, lors de ce tour ultime, ont élu Abdullah Gül qui a obtenu 339 voix alors que les deux autres candidats recueillaient le même nombre de suffrages qu’au premier tour et qu’à nouveau on enregistrait 23 votes blancs.

Si l’on tient des comptes d’apothicaire, on s’aperçoit qu’Abdullah Gül n’a pas fait exactement le plein des voix qu’il pouvait espérer. En effet, l’unique député du BBP, Muhsin Yazıcıoğlu et le député indépendant de la ville de Sanliurfa, Seyyid Eyyüboglu, s’étaient exprimés en faveur du candidat de l’AKP. Ce dernier aurait donc dû obtenir, outre ces deux voix, celles de sa formation (340), soit un total de 342 voix alors même qu’il n’en a rassemblé que 339. Ce contretemps mineur, seul imprévu dans un résultat joué d’avance, a permis à certains commentateurs de la presse quotidienne turque de mettre un peu de sel dans leurs articles en s’interrogeant sur l’origine de cette défection marginale.

Plus généralement, au regard des trois tours, on peut aussi observer que tous les partis qui ont présenté un candidat ont en fait voté pour lui. Les Kurdes du DTP qui, pour leur part, n’avaient pas de candidat attitré, ont choisi le vote blanc car, pour eux, aucun des candidats ne répondait à l’idée qu’ils se faisaient de la démocratie. Le leader de ce parti, Ahmet Türk a notamment déclaré, le 28 août, peu avant la tenue du troisième tour :

« Nous attendons que le président adopte une logique assurant un développement de la démocratie et de la paix. Nous avons constaté qu’il n’y avait aucune initiative prise en ce sens. C’est pourquoi nous avons décidé de maintenir notre position. Nous allons voter blanc. ».

En dépit de l’apaisement des tensions auxquelles on a assisté ces derniers mois, il faut bien voir que cette attitude a empêché Abdullah Gül d’apparaître comme un président de compromis. C’est probablement le seul regret qu’il peut avoir aujourd’hui quant au déroulement de cette élection. Car, en fait, aucune formation politique représentée au Parlement n’a voulu se « compromettre » avec lui, en dépit des démarches insistantes qu’il avait effectuées dans leur direction avant la tenue du premier tour (notre édition du 15 août 2007). Certaines d’entre elles (MHP, DSP) ont choisi de présenter leurs propres candidats, les autres ont préféré voter blanc (DTP), voire carrément boycotter le scrutin (CHP). Cette situation ne remet pas en cause la légitimité du Président élu, la plupart des partis politiques en participant à ce scrutin et en lui permettant donc de se tenir, ayant admis d’ailleurs le principe même de la candidature et de l’élection de l’ex-ministre des Affaires étrangères. Toutefois, cela montre qu’à la différence de ce qui s’est produit pour l’élection du Président de l’Assemblée, Köksal Toptan qui, le 9 août dernier, a réussi à rassembler sur sa candidature 450 députés, Abdullah Gül est en fait resté avant tout le candidat de l’AKP et qu’il lui reste à démontrer qu’il peut être désormais le Président de tous les Turcs.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. serseri dit :

    ali bayramoglu ben mehmet efe KAYSERİDEN kose yazınızda sayın ozan arıf ve ismail turut hakkında yazmıs oldugunuz yazınızı okudum orada belırtmıs oldugunuz ‘ÇAKAL’ benzetmesını anlayamadım cakal demekle bızlerı yanı ülkücüleri kasteddıysenız sunu belırtmek ısterım bızden degıl sadece sızden cakal olur bız yıgıt bozkurtlarız bır ölürüz bın defa diriliriz ermenılerı savunacagınıza turk mılletını savunun bızde ismail turut un dedıgı gıbı OGUN ler YASIN ler tukenmez sıra sana da gelir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *