Relations turco-américaines : gare aux mélanges explosifs !


La commission des affaires étrangères du Congrès américain a adopté, le 10 octobre 2007, par 27 voix contre 21, une résolution qualifiant de « génocide » le massacre des Arméniens commis, en 1915, sous l’Empire ottoman. Dans le courant du mois de novembre, le texte devrait être présenté à la Chambre des représentants, en formation plénière, où, selon de nombreux observateurs, il a de fortes chances d’être adopté.
Le vote d’une telle résolution était redouté depuis plusieurs mois par une presse et des milieux officiels turcs, en permanence aux aguets du moindre indice évocateur des humeurs du Congrès et de ses lobbies. Ankara avait encore multiplié ces derniers jours les mises en garde en expliquant que ses relations avec les Etats-Unis seraient durement affectées par cette résolution et en menaçant Washington de priver l’armée américaine du relais opérationnel majeur que constitue actuellement la base d’Incirlik par laquelle transitent 70% du ravitaillement, un tiers du carburant et 95% des véhicules blindés destinés aux forces d’intervention en Irak. Pour activer le lobbying contre ce texte, le gouvernement turc avait, notamment, dépêché sur place, Egemen Bağış, le vice-président de l’AKP. De leur côté, George Bush et Condoleeza Rice n’avaient pas hésité à exercer une pression intense sur le Congrès, faisant savoir que la résolution projetée mettait en péril « les intérêts américains au Moyen-Orient ». Pas moins de 8 anciens secrétaires d’Etat avaient par ailleurs écrit à Nancy Pelosi, la Présidente de la Chambre des Représentants, pour lui demander de renoncer à la présentation de ce texte. Mais loin d’impressionner la commission du Congrès saisie en l’occurrence, ces démarches semblent plutôt l’avoir renforcée dans sa conviction d’aller jusqu’au bout. Cette attitude a été sévèrement accueillie par le Chef d’Etat major de l’armée turque, le Général Büyükanit, qui a prévenu, le 14 octobre 2007, que si la résolution était définitivement adoptée par le Congrès, les relations turco-américaines dans le domaine militaire, ne seraient « plus jamais les mêmes ».
Pour les Etats-Unis et en particulier pour l’Administration Bush, cette affaire tombe on ne peut plus mal. En effet, l’intervention américaine en Irak et en particulier la création d’une enclave kurde, de fait quasiment indépendante dans le Nord de ce pays, ont profondément affecté les relations turco-américaines, ces dernières années, et suscité le développement d’un fort anti-américanisme en Turquie. Deux incidents très significatifs méritent d’être ici rappelés. En mars 2003, la Grande Assemblée Nationale (contre l’avis du gouvernement de l’AKP qui y est pourtant majoritaire) refuse l’accès du sol turc aux troupes américaines qui s’apprêtent à envahir l’Irak par le Nord pour prendre en étau les forces de Saddam Hussein attaquées au Sud. Il est clair que les Turcs, fortement affectés économiquement par les retombées de la Guerre du Golfe de 1990/91, préfèrent, en réalité, le maintien du statu quo antérieur et s’inquiètent déjà des effets que cette nouvelle intervention provoquera sur le Kurdistan irakien. En juillet 2003, alors même qu’Ankara a laissé pénétrer ses forces dans le Nord de l’Irak contre l’avis de Washington qui redoute entre autres un affrontement turco-kurde, 11 membres des forces spéciales turcs (suspectés de préparer une opération anti-kurde) sont arrêtés par les troupes américaines à Souleimanieh (Irak du Nord). Le traitement de ces militaires turcs cagoulés, menottés et retenus prisonniers pendant plusieurs jours par un pays allié émeut fortement l’opinion publique. Ressenti comme une offense à l’honneur national, l’incident inspire en 2005 une superproduction turque « La vallée des loups (Kurtlar Vadisi-Irak) » qui bat tous les records d’entrées en Turquie. Ce film de Serdar Akar, usant des artifices classiques de la mise en scène hollywoodienne, place résolument l’Amérique dans le rôle du « méchant » et provoque une polémique, en Allemagne (où il remporte aussi un grand succès) tant pour son « antiaméricanisme » que pour certaines scènes suspectées d’antisémitisme. Depuis, dans le contexte électoral intense de 2007, les milieux nationalistes ont sans arrêt essayé de retourner ce sentiment d’hostilité à l’égard de l’Amérique contre le gouvernement de l’AKP, accusé d’être l’instrument d’une destruction de l’Etat national planifiée par les Etats-Unis ou régulièrement tancé pour son attitude « timorée »sur les questions kurde ou chypriote…
Certes, à la veille des législatives de juillet 2007, l’offensive des militaires consistant à instrumentaliser la question kurde pour relayer les manifestations laïques d’avril-mai par un mouvement plus exclusivement nationaliste et fortement hostile au gouvernement, aura un succès limité. Mais il est sûr que l’arrivée de la question arménienne dans le cours complexe et semés d’embûches des relations turco-américaines actuelles peut constituer avec le contentieux irako-kurde et les rancœurs accumulées depuis plusieurs années, un mélange explosif qui met en position difficile non seulement l’Administration Bush mais aussi le gouvernement de l’AKP. Car si Washington risque de continuer à payer le prix d’erreurs déjà abondamment commentées, Recep Tayyip Erdogan et Abdullah Gül auront du mal à maintenir la stratégie prudente qu’ils ont essayée de faire prévaloir vis-à-vis de l’Irak du Nord depuis le début de l’année, face à des sirènes nationalistes qui ne cessent de se faire entendre et que la perspective du vote du Congrès risque encore amplifier.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *