Le référendum aura bien lieu


Le Conseil supérieur des élections a finalement confirmé hier que le référendum sur « le paquet constitutionnel » aurait bien lieu, comme prévu, le 21 octobre 2007. La tenue de la consultation électorale était contestée car le Parlement a amendé la révision constitutionnelle projetée alors même que les Turcs de l’étranger avaient déjà voté depuis le 11 septembre (notre édition du 17 octobre 2007). Le Conseil supérieur des élections a pourtant considéré que le vote de ces 20 000 électeurs expatriés avait peu d’importance au regard du résultat d’ensemble, tout en se réservant la possibilité de revenir sur cette appréciation si le taux de participation au référendum s’avérait finalement trop faible.
S’il est probable que le « Oui » l’emportera, la participation des électeurs à cette consultation sera donc le véritable enjeu du scrutin. Pour sa part, Recep Tayyip Erdoğan s’est dit convaincu, au début de la semaine, que les militants de l’AKP sauraient, dans les jours qui restent, mobiliser l’électorat turc et lui expliquer le bien-fondé de la réforme projetée. Depuis hier, le parti majoritaire est brusquement entré en campagne. À Istanbul, en particulier, de grandes banderoles préconisant le « Oui » ornent certains ponts et certaines places, quelques panneaux publicitaires sont également investis par des affiches de l’AKP et des stands diffusent ici et là des tracts rappelant les dispositions du « paquet constitutionnel » qui sont les plus alléchantes pour l’électeur, notamment l’élection du président au suffrage universel ou la plus grande fréquence des élections législatives (tous les 4 ans au lieu de tous les 5 ans).
La mobilisation de l’AKP, sans être spectaculaire, est donc nette depuis hier. L’adoption de ce « paquet constitutionnel » peut avoir, en effet, un double intérêt pour le parti de Recep Tayyip Erdoğan. D’un côté, alors même que de nouveaux rapports de force sont en train de se créer entre le gouvernement et un « establishment politico-militaire » affaibli, l’aboutissement de cette réforme qui constitue la riposte ultime aux manœuvres du camp laïque pour empêcher, cet été, l’élection d’Abdullah Gül, renforcera encore la position du parti majoritaire. D’un autre côté, dans le contexte actuel des tensions liées à la question kurde où l’AKP est sous la pression des milieux nationalistes qui réclament une intervention militaire en Irak du Nord, un succès électoral permettrait sans doute au gouvernement de desserrer l’étau et d’avoir les coudées plus franches pour gérer ce dossier délicat dans les semaines à venir.
Encore faut-il que les électeurs soient au rendez-vous…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *