Le référendum a eu lieu dans un climat de tensions internationales


Cinquième consultation électorale du genre dans l’histoire politique de la Turquie, le référendum sur le «paquet constitutionnel» a eu lieu dimanche et a vu, comme prévu, une large victoire du «Oui» (69,1% «oui», 30,8% «non»). Les abstentionnistes ont néanmoins été nombreux puisque seuls 67,3% des électeurs turcs se seraient déplacés pour voter (85% de participation lors des dernières législatives). Plus qu’une manifestation d’hostilité, cette participation moindre est plutôt la conséquence d’une campagne quasi-inexistante (nos éditions des 17 et 18 octobre 2007) au moment où de surcroît toute l’attention de l’opinion publique se polarise depuis plusieurs semaines sur les événements qui se déroulent  au Kurdistan.

L’AKP avait bien sûr appelé à voter en faveur de cette réforme constitutionnelle qui, outre l’élection du Président au suffrage universel, prévoit en autres la réduction du mandat présidentiel à 5 ans (avec possibilité pour le Chef de l’Etat de faire 2 mandats consécutifs), la réduction du mandat parlementaire à 4 ans et la réduction du quorum de présence (à 184 députés) pour la tenue d’une session parlementaire. Ce projet est à l’origine, rappelons-le, la conséquence de la crise intervenue, en mai 2007, qui avait vu le camp laïque obtenir annulation du premier tour de la présidentielle et bloquer provisoirement l’élection d’Abdullah Gül en invoquant la nécessité d’un quorum de 367 députés. C’est la raison pour laquelle l’AKP s’est réjoui de l’adoption du «paquet constitutionnel» en expliquant que, tout en favorisant un approfondissement de la démocratie, il rendrait désormais impossible la répétition d’une crise comparable à celle du printemps 2007. En dehors du DTP, qui avait lui-aussi appelé à voter en faveur de la réforme, les autres partis représentés au parlement ont sévèrement critiqué la tenue du référendum et mis en cause sa légalité et sa légitimité. Le CHP et le DSP, qui avaient appelé à voter «non» ou à s’abstenir, ont annoncé leur intention d’intenter un recours pour faire annuler le référendum par la Cour constitutionnelle, invoquant à la fois le fait que le «paquet» avait été modifié après le début des opérations électorales (notre édition du 17 octobre 2007) et le manque de clarté du texte sur la possibilité pour l’actuel Président d’aller jusqu’au terme de son mandat prévu en 2014. Le MHP, pour sa part, a qualifié le référendum «d’abomination» en estimant que le Conseil supérieur des élections avaient eu tort d’autoriser son déroulement et en regrettant que les électeurs n’aient pas pu être mieux informés sur son contenu.

En tout état de cause, le résultat de ce référendum survient dans un climat politiquement très tendu. Au moment de son déroulement, les 20 et 21 octobre, en effet, une embuscade du PKK à proximité de la frontière irakienne a fait 44 morts (12 parmi les forces armées turques, 32 parmi les membres du PKK). Cette attaque meurtrière survenant en même temps que le référendum et après une suite d’attentats qui ont fait une trentaine de victimes au cours des dernières semaines, apparaît à beaucoup d’observateurs comme une véritable provocation alors que la voie diplomatique paraissait s’imposer dans la crise kurde. Il est clair que le PKK tente d’attirer l’armée turque dans le Nord de l’Irak au moment où Washington et Bagdad appellent Ankara à la retenue.

Dans un contexte où la crise kurde a passablement dégradé les relations turco-américaines, le vote par la Chambre des représentants de la résolution sur le « génocide arménien » adoptée récemment par la Commission des Affaires étrangères du Congrès américain tombe au mauvais moment. Plus que jamais, le gouvernement turc exaspéré réfléchit à l’annonce de sanctions possibles pour dissuader le Congrès dans son ensemble d’adopter le texte à son tour. C’est pour l’essentiel une limitation faite aux Etats-Unis de l’usage du territoire turc (base d’Incirlik, poste frontière de Habur) pour le soutien des forces engagées en Irak, qui est envisagée. Un député du CHP a rappelé qu’au terme de l’accord turco-américain de 1980 l’usage de la base d’Incirlik par les forces américaines ne doit concerner que des opérations menées dans le cadre de l’OTAN (ce qui n’est pas le cas bien sûr de l’intervention américaine en Irak). En 1974, Ankara était intervenue à Chypre à la surprise générale et avait riposté à l’embargo décrété consécutivement par Washington sur les armements par un gel des bases américaines en Turquie. Le précédent chypriote est actuellement souvent rappelé par les officiels turcs, pour convaincre que tant sur l’Irak du Nord que sur l’éventuel blocage d’Incirlik et de Habur , la Turquie ne bluffe pas…
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 juillet 2013

    […] président Abdullah Gül a été élu le 28 août 2007 pour un septennat. La réforme d’octobre 2007 transformant le mandat présidentiel en un quinquennat ne le concerne donc pas. Il est prévu dans […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *