L’affirmation de la Turquie comme acteur régional majeur


Ce mois-ci, la Turquie est souvent apparue sur le devant de la scène internationale. À bien des égards, elle tente de devenir un acteur régional incontournable dans une zone charnière située entre l’Europe, la Méditerranée, le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

Inutile de rappeler qu’elle est concernée au premier chef par la question kurde. On peut d’ailleurs observer que si l’attitude du gouvernement turc a été diversement appréciée en l’occurrence, la Turquie n’est finalement pas totalement perdante. Cette affaire a, en effet, obligé les Etats-Unis à lui réaffirmer son soutien dans sa lutte contre le terrorisme. Il y a là, il faut bien le voir, une situation qui contribue à faire apparaître la Turquie comme une victime et qui conduit, en tout état de cause, les Américains à négocier avec elle. Et cela au moment même où après l’épisode de la discussion par une commission du Congrès d’une motion reconnaissant le génocide arménien (notre édition du 16 octobre 2007), les relations entre les deux pays ne sont pas à leur meilleur niveau. Cette crise kurde a également vu un surprenant rapprochement turco-syrien, mais aussi, dans une certaine mesure, l’instauration d’un dialogue régulier entre Ankara et Bagdad.

Pourtant, cette attitude de la Turquie guidée par une certaine fierté nationale, son désir de montrer sa capacité d’action et sa volonté de rechercher un consensus dans la région, est révélatrice d’une stratégie plus vaste, largement nouvelle par rapport à la situation qui prévalait dans les années 90. Indéniablement, la Turquie souhaite diversifier sa politique étrangère et les tendances actuelles de cette nouvelle orientation peuvent être résumées en trois axes essentiels qui sont d’ailleurs corrélatifs.

En premier lieu, la Turquie souhaite s’ouvrir plus largement vers le Moyen-Orient. Cette aspiration se matérialise notamment, d’une part, par les nombreuses rencontres ces derniers temps entre officiels turcs et arabes et, d’autre part, par le rôle actif que joue actuellement Ankara au sein de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI). Cette attitude réside aussi dans la forte implication de la Turquie dans les derniers contacts entre Israéliens et Palestiniens, dont on a eu un bon exemple, à la mi-novembre, avec la rencontre à Ankara du Président israélien et du Président de l’Autorité Palestinienne. Cet événement a permis à ce pays d’apparaître comme le médiateur consensuel d’un conflit difficile, tout en améliorant son image de marque entamée en permanence par des dossiers délicats comme les questions kurde et chypriote.

En second lieu, cette nouvelle politique étrangère n’en est pas moins pour la Turquie un moyen de s’affirmer face aux Etats-Unis par une politique d’autonomisation et de distanciation. Lors de la rencontre d’Ankara, l’invitation faite par Recep Tayyip Erdogan aux Israéliens et aux Palestiniens de venir à Annapolis a été une manière de se mettre sur un pied d’égalité avec les Etats-Unis. Loin de chercher des alliés exclusifs, au risque de leur être subordonnée et de devoir cloisonner sa politique étrangère, la Turquie a donc une stratégie de rééquilibrage de ses relations internationales. Anciennement alliée inconditionnelle des Etats-Unis et, dans une moindre mesure d’Israël, elle adopte aujourd’hui envers ces derniers un positionnement plus nuancé et plus fluctuant.

Une troisième tendance bien visible de la politique extérieure de la Turquie, à l’heure actuelle, est l’intérêt porté aux questions énergétiques. Au-delà des problèmes à proprement parler diplomatiques et symboliques, les enjeux économiques sont importants dans un contexte où la demande de la Turquie est en pleine croissance. Pour satisfaire ses besoins énergétiques, Ankara a considérablement renforcé sa coopération avec la Russie et son voisin iranien, ce dernier étant un fournisseur de gaz et de pétrole privilégié. Un nouveau contrat d’un milliard de dollars avec Téhéran, prévoyant la modernisation des réseaux électriques entre les deux pays, vient d’être signé, au grand dam des Etats-Unis qui condamnent toute coopération avec la République islamique. Par ailleurs, la Turquie manifeste clairement sa volonté de soutenir sa diplomatie active par des initiatives économiques d’accompagnement. L’accord signé avec Israël pour établir une zone industrielle en Cisjordanie vient confirmer une stratégie, qui s’était déjà manifestée dans le nord de l’Irak.

La Turquie montre donc bel et bien son volontarisme sur la scène régionale et internationale. Dans quelle mesure réussira-t-elle à concrétiser ses ambitions diplomatiques et économiques ? Cela dépendra de multiples facteurs, notamment de l’attitude de l’Iran dont la présence est bien réelle même si elle n’apparaît pas au grand jour, mais aussi de celle des Etats-Unis bien sûr. Car, l’influence et la capacité conciliatrice de Washington, bien qu’elle ait beaucoup perdu de sa crédibilité au Moyen-Orient (comme le confirme le bilan décevant de la conférence d’Annapolis), conditionne largement l’impact des tentatives de médiation turques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *