Destins croisés d’une génération


Ils sont intellectuels, universitaires, anciens gauchistes des années 70, exilés ou emprisonnés en 1980, puis revenus péniblement à la vie civile dans les années 80 et 90… C’est dire si leur parcours professionnel, voire militant, a pu suivre une trajectoire différente de celle des membres de «l’establishment». Et pourtant, il n’est pas rare qu’ils se retrouvent aujourd’hui unis, sous une même bannière kémaliste, en l’occurrence plus dogmatique et nationaliste qu’à proprement parler laïque, pour dénoncer la menace que le gouvernement de l’AKP ferait courir à la République. Depuis la victoire sans appel de l’AKP aux dernières législatives et l’arrivée d’Abdullah Gül à la présidence, la première preuve de la réalité de cette menace est, pour eux, la «Constitution civile» promise par le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan, pendant la campagne, dont une première mouture a été rendue publique, en septembre dernier, par une commission d’experts dirigée par le constitutionnaliste, Ergun Özbudun.

Ressenti comme la première étape de la mise en œuvre du fameux «agenda caché», ce projet qui s’apparente pour ces kémalistes à un véritable complot islamiste vise à faire triompher, expliquent-ils encore, un «régime gouvernemental» sur un «régime pluraliste»… comprendre : à assurer la suprématie du gouvernement sur l’ensemble des organes de l’Etat et à mettre un terme à «la résistance» du pouvoir d’Etat. Peu importe que ce gouvernement soit légitime et détienne une confortable majorité parlementaire, tous expliquent qu’il faut se méfier du peuple en général et surtout de leur propre peuple qui vote pour des «islamistes». Car ces ex-militants d’extrême gauche ont tôt fait de troquer l’idée marxiste-léniniste d’avant-garde prolétarienne constituant la conscience politique des masses, pour celle plus kémaliste d’une élite éduquée et moderne conduisant des populations anatoliennes encore «attardées» sur le chemin radieux de la «civilisation». « Foin du peuple et du populisme ! » expliquent-ils à qui veut l’entendre. Le peuple n’a pas à être associé, selon eux, à l’élaboration de la Constitution ou en tout cas pas directement. «Comme une maison est faite par un architecte, une constitution doit être faite par des experts….»

On ne s’interrogera pas ici sur la légitimité et la pertinence des craintes de ces post-kémalistes mais l’on observera que certains de leurs compagnons d’armes ont fait un tout autre choix. L’AKP au pouvoir a reçu, en effet, l’appui de nombreux «libéraux». Il faut entendre par là le soutien de personnalités du monde politique, économique et culturel, favorables à l’intégration européenne, souvent laïques, mais critiques à l’égard de l’héritage kémaliste et, en particulier, du dogmatisme officiel dont il est l’objet. Ces «libéraux», qui ne se reconnaissent pas dans les origines islamistes de l’AKP et qui y sont même le plus souvent totalement allergiques, pensent que l’arrivée au gouvernement de ces post-islamistes, qui ont suscité un fort engouement populaire, est une occasion unique de faire bouger les choses. Leur nombre est certes limité et ils n’adhèrent pas à une organisation politique particulière, mais leur influence et leurs relations sont importantes. Ils ont notamment joué un rôle de premier plan pour sociabiliser les dirigeants de l’AKP, nouvellement élus, et leur apprendre à évoluer aux sommets de l’Etat.

Restent ceux qui, au sein de la même génération, pensent qu’il faut créer une nouvelle force de gauche libérale se démarquant du dogmatisme kémaliste et des risques de conservatisme de l’AKP. Mais entre post-kémalisme et post-islamisme, la voie est étroite pour des héros déjà un peu fatigués ! Peut-être pourrait-on dire à leur propos, en adaptant une maxime que le réalisateur Ettore Scola avait appliquée à la génération italienne des années 40/50: ils voulaient changer la Turquie et c’est la Turquie qui les a changés !
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. anne dit :

    bonjourIl me semble que dans ce portrait des anciens militants d’extrême gauche des années 70 sont oubliés ceux qui ont rejoint les différents mouvements kurdes ou en sont sympathisants. A part quelques nationalistes purs et durs, eux non plus ne sont pas allergiques à l’AKP. Et on les retrouve dans ce qu’on appelle le courant démocrate en Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *