La perspective d’un long procès contre l’AKP fait craindre une période d’instabilité en Turquie


Le 14 mars dernier, le procureur général Abdurrahman Yalçınkaya a déposé une requête devant la cour constitutionnelle, tendant à faire interdire l’AKP (le parti au pouvoir), en l’accusant d’être «un foyer d’activités anti-laïques». La cour constitutionnelle vient finalement d’accepter d’examiner cette requête.

Face à cette mise en cause, l’AKP a beaucoup joué la carte de la victimisation et déploré le caractère non démocratique de l’action engagée, en arguant que celle-ci allait à l’encontre de «la volonté de la nation», qui l’a réélu, cet été, avec près de 47% des voix. Cette attitude du parti au pouvoir n’est pas nouvelle. Continuellement depuis 2002, et pas plus tard que le mois dernier, lors de la révision constitutionnelle tendant à autoriser le port du voile dans les universités, l’AKP, qui entend apparaître comme un parti «islamo-démocrate», a invoqué la démocratie et les libertés, pour justifier les politiques qu’il a engagées. Les réformes démocratiques de ces dernières années, réalisées notamment pour satisfaire les critères européens de Copenhague, ont certes «de facto» été conduites par l’AKP, et le discours de cette formation, prônant liberté et démocratie, a contribué à la faire apparaître, au niveau international, chez nombre de responsables américains ou européens, comme une force politique plutôt stabilisatrice. Toutes les mesures prises, notamment celles qui ont diminué le rôle de l’armée, ont par ailleurs incité les observateurs à évoquer une normalisation de la vie politique en Turquie. La situation en cours conduit à relativiser de telles considérations. Mais, en fait, elle n’est pas si étonnante, et cela pour plusieurs raisons.

Si le conflit entre «l’establishment laïque» et l’AKP a été moins vif jusqu’à présent que celui qui s’est déroulé, dans les années 90, lors de l’aventure gouvernementale du «Refah Partisi» (Parti de la prospérité, se revendiquant de l’islamisme et dissous par la cour constitutionnelle, en janvier 2008), il n’en est pas moins latent. L’existence d’un «modus vivendi» entre les deux camps n’a pas fait disparaître une hostilité viscérale souvent mise en relief par les propos sans nuance du chef d’Etat major, du leader du CHP (Parti Républicain du Peuple) ou de certains représentants éminents du pouvoir judiciaire. Toutefois, il est clair que le parti au pouvoir a mené, pour sa part, ces derniers mois, une «offensive», rompant avec la stratégie du consensus qu’il avait prônée jusqu’alors. La nomination à la tête du sanctuaire laïque, qu’était jusqu’à présent le YÖK, d’un candidat pro-AKP, la révision constitutionnelle visant à autoriser le voile dans les universités, les dérapages verbaux réguliers de Recep Tayyip Erdoğan (comme celui incitant récemment les femmes turques à avoir au moins trois enfants), n’ont fait qu’attiser le feu sous la cendre, en montrant que cette attitude offensive se prolongeait désormais bien au-delà de la crise de 2007.

La référence au respect de la démocratie et des libertés a constitué, pour l’AKP, une ligne de conduite tactique jamais démentie. Dans le contexte des négociations avec l’Union Européenne, on peut en comprendre les raisons. Pourtant, un tel comportement a montré ses limites. L’actualité récente offre, en effet, de nombreux exemples révélant, de la part du parti majoritaire, une conception bien sélective de la démocratie et des libertés. La levée de l’interdiction du port du voile était-elle une priorité absolue, pour l’enseignement supérieur, dans un contexte où la majeure partie des universités créées sont privées et donc, de toute façon, inaccessibles à une écrasante majorité d’étudiantes ? Les « conseils démographiques » de Recep Tayyip Erdoğan aux femmes turques, indépendamment de leur substance, étaient-ils véritablement opportuns dans un climat déjà passablement tendu ? L’absence de réforme de l’article 301 du code pénal ne s’explique-t-elle pas finalement par un manque de volonté politique ? La difficulté à faire avancer le projet de «constitution civile», n’est-il pas au moins autant dû au manque actuel d’audace de l’AKP, qu’à l’absence de consensus sur la scène politique ? De toute évidence, le rapport de l’AKP à la démocratie mérite d’être examiné de près.

Quoiqu’il en soit, bien que les deux camps pensent pouvoir tirer bénéfice du conflit qui les oppose, les effets néfastes tant pour le CHP que pour l’AKP risquent de l’emporter sur les profits escomptés. En soutenant l’appel à la fermeture du parti au pouvoir, et en utilisant des moyens de régulation, dignes d’un régime autoritaire, le camp laïque risque de se décrédibiliser auprès d’un ensemble de citoyens attachés au respect des résultats des élections. Quant à l’AKP, on sait que la majeure partie de son électorat n’adhère pas à des options à proprement parler islamistes et qu’elle est avant tout séduite par ses résultats économiques. La procédure engagée risque donc de relancer les débats sur la nature même de l’AKP. Sans aller jusqu’à rendre plausible la thèse de «l’agenda caché», elle pourrait ainsi entamer la popularité du parti majoritaire.

Au-delà des effets politiques partisans de cette rivalité, c’est aussi pour la Turquie, dans son ensemble, que cette situation difficile est néfaste. L’existence d’un débat politique permanent est indispensable dans une démocratie. Pourtant, le problème est ici que les institutions actuelles donnent à l’opposition des pouvoirs que ses résultats électoraux ne justifient pas. Le bras de fer, auquel on assiste maintenant, risque de provoquer un gel du traitement des questions urgentes (entre autres : la croissance économique, l’amélioration de l’enseignement supérieur, la question kurde…) car ces dossiers requièrent des politiques soutenues menées dans un climat de stabilité et de confiance .

Il est difficile de prévoir les conséquences qu’aura la procédure engagée contre l’AKP, mais au-delà de ses effets intérieurs, la situation politique présente pourrait, si elle persiste, avoir des retombées internationales. Les investisseurs étrangers, si importants pour l’économie turque, maintiendront-ils dans les prochains mois le même degré d’engagement ? L’appel à la raison lancé, il y a quelques jours, par un regroupement d’organisations socio-économiques est, à cet égard, très symptomatique. Quant aux conséquences diplomatiques de l’instabilité politique qui se profile, elles ne doivent pas être sous-estimées non plus. L’aggravation des tensions actuelles pourrait, en effet, remettre en cause les relations nouvelles établies récemment par la diplomatie turque avec des pays voisins, comme l’Irak ou la Syrie mais vivement critiquées par «l’establishment». Enfin, pour de multiples raisons qu’on imagine aisément, les relations avec l’Union Européenne risque aussi de traverser une période difficile.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *