À «Santralistanbul», Jose Manuel Barroso plaide pour le consensus et pour une relance des réformes en Turquie.


Le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, qui vient d’effectuer un voyage officiel de trois jours en Turquie, avait choisi l’Université de Bilgi, le 11 avril 2008, pour s’exprimer, à Istanbul, sur la candidature de la Turquie à l’Europe. C’est sur la « nouvelle plate-forme culturelle » de cette Université, dans le campus de «Santralistanbul» récemment ouvert, que le chef du gouvernement européen accompagné du commissaire européen à l’élargissement, Olli Rehn, a été accueilli par le Recteur Aydin Uğur et par le député de la circonscription d’Eyüp, Egemen Bagis, par ailleurs étoile montante du parti pouvoir, l’AKP. Détendu, souriant, Jose Manuel Barroso, était apparemment satisfait de pouvoir intervenir dans une enceinte académique qui, par excellence, symbolise l’ouverture culturelle d’Istanbul sur le monde et qui est actuellement, a fait observer le dirigeant européen, « l’un des meilleurs témoignages de rénovation post-industrielle dans cette ville». Dans le hall du bâtiment où se tenait la conférence, qui abrite à l’heure actuelle une superbe exposition d’art contemporain, le président de la Commission a d’ailleurs commencé par souligner à quel point cette université et ses initiatives incarnaient une Turquie tournée vers les défis contemporains. Dans cette ambiance favorable et somme toute très européenne, José Manuel Barroso a surtout cherché à terminer son séjour turc sur une tonalité favorable et conviviale.

La venue de M. Barroso en Turquie s’est inscrite, en effet, dans le contexte difficile généré par le recours demandant à la Cour constitutionnelle la dissolution de l’AKP, accusé « d’activités anti-laïques ». La situation était ainsi délicate pour le leader européen, suspecté par les milieux laïques turcs de venir prêter main forte au gouvernement de Recep Tayyip Erdogan en fâcheuse posture. Dès le début de son voyage, il s’est ainsi attaché, tout en rappelant le soutien de l’Europe au respect de la démocratie et de l’Etat de droit, à ne pas s’immiscer directement dans le conflit politique en cours. À son arrivée, le 9 avril 2008, M. Barroso, interviewé, par CNN Türk, sur les derniers développements de la vie politique turque, avait dit « sa surprise » et estimé « qu’il n’était pas normal que le parti majoritaire au Parlement, élu par la voie démocratique, soit soumis à un tel processus ». Il est néanmoins significatif que le président de la Commission ait aussi, à plusieurs reprises, rappelé son attachement à la séparation de l’État et de la religion, même s’il a plaidé pour que la laïcité soit démocratique et qu’elle ne devienne pas « une nouvelle religion ».

M. Barroso a sans doute voulu éviter que sa venue contribue à diviser la société turque, et il a essayé de rassurer les différentes composantes de celle-ci. Il lui fallait ainsi faire comprendre que si l’Europe s’inquiétait d’un procès peu démocratique qui contrarie ses valeurs profondes, elle n’est pas disposée non plus à tolérer des dérives fondamentalistes… À « Santralistanbul », en particulier, le leader européen a confirmé ce discours consensuel, en soulignant que l’UE avait aujourd’hui «le devoir de suivre attentivement ce qui se passait en Turquie parce qu’un processus de candidature était engagé». Appelant les Turcs à s’unir, il a aussi expliqué que ce ne serait pas le gouvernement ou les partis politiques qui seraient évalués en fin de parcours, « mais le pays dans son ensemble ». À cet égard, se tournant vers son commissaire à l’élargissement, Olli Rhen, M. Barroso a fait remarquer que ce dernier ne provenait pas de la même famille politique que lui, et qu’ils travaillaient pourtant tous les jours côte à côte, avant d’expliquer qu’une des valeurs de l’Europe était « cet esprit de consensus » qui amène par ailleurs les institutions de l’UE, les gouvernements de ses Etats-membres et les parlements de ses régions, à dépasser leurs différences pour agir ensemble.

Sur la candidature, à proprement parler, le Président de la Commission a redit à plusieurs reprises sa conviction que « la Turquie et l’Europe avaient une destinée commune », en rappelant qu’en dépit des voix discordantes qui s’élèvent dans certains Etats-membres, il avait été lui-même mandaté pour négocier l’adhésion pleine et entière de ce pays. Pour lui, dans le processus d’intégration européenne, les trois meilleurs atouts de la Turquie sont actuellement : sa forte interdépendance économique avec l’Europe (« l’accord d’Union douanière est un succès »), son importance militaire (« la Turquie a un rôle majeur à jouer dans les Balkans et au Moyen-Orient »), ses atouts stratégiques (« la Turquie est située sur le tracé de couloirs énergétiques essentiels qui, comme le BTC, sont en train de se mettre en place »). Mais le responsable européen n’a pas caché non plus les problèmes que rencontrait actuellement la candidature d’Ankara. Seuls 6 chapitres des négociations ont été ouverts depuis 2005 et 8 autres sont gelés en raison de la crise chypriote depuis 2006, les réformes sont en panne en Turquie… Dans son discours à «Santralistanbul», M. Barroso a rappelé que l’UE souhaitait justement la reprise de ces réformes, notamment dans les domaines suivants : amélioration de la liberté d’opinion, création d’un «ombudsman», indépendance du pouvoir judiciaire, et enfin droits des minorités, des femmes et des enfants. Évoquant plusieurs fois la réforme de l’article 301 du code pénal, tant dans son intervention que dans le débat qui a suivi, le président de la Commission, a refusé d’entrer dans des détails procéduriers ou matériels, mais il a affirmé que, ce qui était important, en tout état de cause, c’était de bannir définitivement le délit d’opinion dans ce pays. « En Europe, une opinion n’est jamais un crime, il y a là un principe de base », a-t-il déclaré, notamment.

Questionné sur ses convictions profondes quant aux chances d’aboutissement de la candidature turque, M. Barroso a insisté sur les similarités existant entre la situation actuelle de la Turquie et la celle des pays de l’Europe du Sud, il y a 30 ans, en particulier, celle de son pays, le Portugal. « À cette époque, beaucoup craignaient, en Europe, d’être envahis par des immigrants portugais ou espagnols, alors que c’est l’inverse qui s’est produit », a-t-il rappelé. Pour le président de la Commission, cet exemple montre bien que, pour construire l’Europe de demain et évaluer la candidature turque, « il faut raisonner de façon dynamique et sortir des vieux clichés ». Il s’est refusé, néanmoins, alors même qu’un de ses interlocuteurs l’y invitait, à pousser plus loin le parallélisme entre son pays et la Turquie, tout en expliquant que certains points communs aux deux États (notamment la forte présence de l’armée dans les processus de transition démocratique), étaient très tentants pour l’universitaire, passionné par la comparaison des systèmes politiques, qu’il avait été dans le passé.

Après avoir encore eu l’occasion de redire à quel point le nombre des réformes restant à accomplir par la Turquie était important, Jose Manuel Barroso a tenu à souligner que rien n’était impossible. Évoquant un récent déplacement, en décembre 2007, pour ouvrir la frontière italo-slovène, après l’entrée de Ljubljana dans l’espace Schengen, il a fait observer : «Il y a 20 ans, on tirait sur les gens qui tentaient de franchir cette même frontière, rendez-vous compte du changement en si peu de temps !» Le passage du président de la Commission par «Santralistanbul» lui aura sans doute permis de donner un tour plus chaleureux et plus optimiste à son séjour en Turquie. Il n’efface pas pour autant les échéances difficiles qui attendent Ankara, dans les prochains mois, au cours desquels, comme l’a dit le leader européen : « La Turquie devra surtout convaincre l’Union Européenne qu’il est vraiment de son intérêt de l’accueillir parmi ses membres.»
Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *