Libye, Syrie… la Turquie face aux printemps arabes

La Turquie n’a jamais beaucoup aimé que les choses bougent dans son étranger proche. Depuis l’Empire ottoman, dans une zone stratégique complexe, c’est de son voisinage qu’est venue une instabilité politique dont les effets se sont parfois avérés redoutables. C’est ce qui explique qu’Ankara appréhende toujours avec une grande prudence les changements qui peuvent affecter la Méditerranée orientale ou le Moyen-Orient. Le printemps arabe n’a dans un premier temps pas fait exception à cette règle. Après avoir accueilli avec prudence la révolution tunisienne, la Turquie a attendu un certain temps pour réagir au soulèvement égyptien. Ce n’est qu’au début du mois de février, lorsque le régime d’Hosni Moubarak est apparu condamné, que le gouvernement de l’AKP a commencé à s’exprimer de manière ouverte, recommandant aux dirigeants arabes d’écouter les revendications de leurs peuples, et faisant valoir que la transition politique turque, mariant islam et démocratie, pouvait être une «source d’inspiration» pour les mouvements en cours.

La crise libyenne a permis à Ankara de donner à son approche des révoltes arabes une dimension stratégique plus affirmée, ménageant ses intérêts et confortant sa position de puissance régionale ascendante. Face au premier effondrement du régime de Mouammar Kadhafi, la Turquie qui a beaucoup investi économiquement dans ce pays au cours des derniers années, et qui y entretient une communauté d’expatriés de plus de 25 000 âmes, a réagi avec prudence, en agissant surtout sur le plan humanitaire, notamment pour assurer l’évacuation de ses ressortissants et des réfugiés. Par la suite, elle s’est montrée hostile à toute intervention étrangère dans la crise libyenne, en se démarquant de ses alliés de l’OTAN à cet égard, et en les mettant en garde contre toute action militaire. Après le vote, le 17 mars 2011, de la résolution 1973, décrétant une zone d’exclusion aérienne et autorisant la communauté internationale à prendre toutes les mesures nécessaires à la protection des populations civiles en Libye, le gouvernement turc a néanmoins fortement assoupli sa position. Tout en déclarant ne pas comprendre et ne pas soutenir l’attitude de la France, qui après avoir reconnu le Conseil de transition de l’opposition libyenne, a joué un rôle majeur dans les premières frappes aériennes, la Turquie a commencé à militer pour que l’OTAN reprenne la direction des opérations militaires engagées. Cela a conduit le parlement turc, la semaine dernière, à accepter une participation au blocus maritime de la Libye. Ainsi, la décision de conférer à l’OTAN le commandement partiel puis total des opérations militaires en Libye, en dépit des réticences françaises, a-t-elle été ressentie et présentée en Turquie comme un succès diplomatique, donnant à l’intervention internationale en cours, une tournure moins téméraire en quelque sorte et des objectifs plus réalistes.

En tout état de cause, on observera que cette évolution a été précédée par des démarches importantes des États-Unis en direction de la Turquie. Le 23 mars dernier, le général américain James Stavridis, commandant le SACEUR (Haut commandement de l’OTAN), s’est rendu en Turquie pour obtenir la participation turque à l’opération libyenne, rencontrant le ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, le ministre de la défense, Vecdi Gönül et le chef d’état major, Işık Koşaner. À bien des égards, la «modération» turque a rencontré le désir des Américains, gestionnaires de fait de l’opération libyenne, alors même qu’ils n’en avaient pas été a priori les plus chauds partisans, de calmer les ardeurs franco-britanniques et de ne pas avoir à porter une troisième intervention militaire à bout de bras, après leurs déboires afghans et irakiens. Toutefois, tout en acceptant de participer à cette intervention dès lors qu’elle était dirigée par l’OTAN, la Turquie s’est employée dans le même temps à valoriser sa dimension de puissance émergente «raisonnable». Refusant en effet de contribuer aux frappes aériennes, pour rester fidèle à la déclaration emblématique de Recep Tayyip Erdoğan, qui le 22 mars 2011, s’était engagé «à ne pas pointer d’armes contre le peuple libyen», la diplomatie turque, en continuant à apporter une assistance humanitaire, a proposé à nouveau sa médiation dans l’affaire libyenne, et affirmé qu’elle restait le seul pays engagé dans l’intervention, qui du fait de sa non participation aux opérations militaires, était capable de parler aux deux camps. La mise en place du groupe de contact et la perspective d’une sortie de crise négociée, lors du sommet de Londres le 29 mars dernier, semble certes reléguer cette initiative au second plan. Mais, force est de constater que Mouammar Kadhafi n’est pas encore parti et que, quoiqu’il arrive la Turquie aura réussi à faire entendre sa différence au sein de la coalition, en se posant en acteur «nuancé» soucieux du sort des populations musulmanes…

Cette position diplomatique et stratégique turque relativement confortable en Libye est néanmoins en passe d’être à nouveau secouée par la crise syrienne qui s’est approfondie dans le même temps. Le 28 mars 2011, avant de partir pour un séjour officiel de 2 jours en Irak, le premier ministre turc a déclaré avoir prodigué ses conseils au président Bachar El-Assad, en lui demandant de se montrer réceptif aux revendications de son peuple. Il s’est néanmoins dit inquiet sur la tournure prise par les derniers événements qui se déroule dans ce pays voisin. Tunisie, Egypte, Libye, Syrie… la Turquie craint de voir se multiplier à ses frontières, des révoltes générant des gouvernements provisoires, voire incertains. Cela n’est certes pas encore le cas en Syrie mais si cela devait se produire, la politique turque de voisinage qui constitue l’un des socles de la nouvelle diplomatie turque, risquerait d’entre être affectée. En effet, la transformation des relations turco-syriennes, qui a été l’un des acquis majeurs de cette diplomatie refondée, au cours des 4 dernières années, s’est basée sur une relation fortement personnalisée du premier ministre turc et du président syrien.

Gênée par l’évolution de la situation en Syrie, la stratégie de la Turquie à l’égard des révolutions arabes, pourrait l’être aussi par des événements politiques et judiciaires intérieurs. Les arrestations à répétition de journalistes d’opposition au cours des deux derniers mois dans le cadre de l’affaire «Ergenekon», avaient déjà quelque peu entamé le «modèle démocratique turc», la saisie spectaculaire du manuscrit d’un livre que l’un d’entre eux (Ahmet Şık) s’apprêtait à publier concernant la pénétration de l’appareil d’État par la confrérie de Fethullah Gülen, a encore avivé, la semaine dernière, les inquiétudes quant à la liberté d’expression et la liberté de la presse, en Turquie. À cela s’ajoute la question kurde, qui bien que reléguée au second plan par l’actualité internationale, est toujours dans l’impasse. Certes au cours des deux derniers jours, en se rendant non seulement à Bagdad mais aussi à Erbil, la capitale du gouvernement kurde d’Irak du nord, le premier ministre turc s’est employé à assurer ses arrières, et à isoler un peu plus les Kurdes de Turquie. Mais, en Turquie, le parti kurde BDP, représenté au Parlement, ne cesse de dénoncer les contradictions du «modèle turc», qui prodigue ses conseils de réforme à l’extérieur, mais qui, sur le plan intérieur, n’a toujours pas véritablement sorti de l’ornière, «l’ouverture démocratique», lancée en 2009 pour apporter une solution politique à la question kurde. Le 27 mars 2011, les Kurdes de Turquie ont commencé une campagne de désobéissance civile et le leader du BDP, Selahattin Demirtaş soulignant que le gouvernement turc s’était réjoui de la révolution du peuple égyptien, a déclaré que le peuple kurde, pour sa part, cherchait encore sa place Tahrir.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *