La feuille de route turque pour la Libye peine à convaincre

Les initiatives turques visant à reprendre la main dans le dossier libyen se sont traduites en milieu de semaine dernière par une feuille de route rendue publique par Recep Tayyip Erdoğan, en personne. Ce projet, visant à favoriser une issue pacifique du conflit, s’articule autour de trois points :

  1. Cessez-le-feu et retrait des forces kadhafistes des villes qu’elles assiègent ;
  2. Création de zones humanitaires pour l’acheminement de l’aide aux victimes des affrontements ;
  3. Lancement d’un vaste processus de mutations politiques démocratiques.

Présentée aux organisations internationales et aux belligérants, cette proposition turque ne semble pas avoir convaincue pour l’instant, et vient de se faire voler la vedette par une autre feuille de route, celle de l’Union Africaine (UA).

 Tôt dans la matinée du 11 avril, le président sud-africain, Jacob Zuma, qui dirige la mission de paix de l’UA pour la Libye, a annoncé en effet que le Mouammar Kadhafi avait accepté un cessez-le-feu, et déclaré qu’il allait désormais essayer d’obtenir un engagement similaire de l’opposition. Celle-ci n’y serait pourtant disposée qu’à condition que le dictateur libyen s’en aille définitivement. Tandis que la Haute représentante européenne, Catherine Ashton, déclarait soutenir l’initiative africaine, Jacob Zuma a également demandé à l’OTAN de cesser ses frappes aériennes sur les forces kadhafistes, afin de donner une chance à la négociation. Le secrétaire général de l’Organisation, Anders Fogh Rasmussen, a réagi en estimant qu’un tel cessez-le-feu devait être «crédible» et «vérifiable», ce qui n’était pas le cas pour l’instant et que donc les frappes allaient se poursuivre. Dans une interview récente, Rasmussen a cependant expliqué qu’il «n’y avait pas solution militaire à la crise libyenne», et qu’il fallait lui rechercher une solution politique.  C’est ce à quoi devrait à nouveau s’employer la seconde réunion du groupe de contact, prévue pour le 13 avril, à Doha au Qatar.

En attendant, la Turquie s’emploie à faire connaître sa feuille de route et à accroître sa dimension de force de négociation dans la région. Après avoir œuvré, jeudi dernier, à Damas à la réconciliation entre Palestiniens, en rencontrant le leader du Hamas, Khaled Mechaal, le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, s’est rendu dimanche au Caire, pour avoir des contacts, tant avec le gouvernement égyptien qu’avec des représentants de  la Ligue arabe. Pourtant, il semble que, face aux derniers développements du printemps arabes, la diplomatie turque soit de plus en plus à la peine.

En Lybie, tout d’abord, elle paye sans doute ses atermoiements initiaux et ses liens antérieurs avec le régime libyen. Rappelons, que le gouvernement turc a considérablement développé ses échanges économiques avec la Libye au cours des années passées, et qu’en décembre dernier, Recep Tayyip Erdoğan a même reçu le prix Kadhafi des droits de l’homme.  Le chef du gouvernement turc, après s’être engagé le 22 mars dernier, « à ne pas pointer d’armes contre le peuple libyen », s’est en outre fait tirer l’oreille pour accepter de s’engager dans l’intervention internationale en Libye, en se refusant à participer aux frappes aériennes. Au début de la semaine passée, le vice-ministre des Affaires étrangères libyen Abdelati Laabidi, avait été reçu officiellement en Turquie, et une source proche du ministère des affaires étrangères avait rappelé que la priorité du gouvernement turc était de parvenir à un arrêt des hostilités en Libye, tout en faisant valoir qu’il était bien placé pour ce faire, puisqu’il entretenait des relations actives avec les deux camps. Or, la position d’arbitre que s’est donnée la Turquie, depuis le début du conflit, est vue désormais avec suspicion dans les rangs de l’opposition libyenne qui, au moment où Recep Tayyip Erdoğan annonçait son plan de paix jeudi, a regretté l’inefficacité de l’opération de l’OTAN, en accusant la Turquie d’avoir rendue celle-ci encore plus inopérante. Ahmet Davutoğlu a répondu à ces reproches au Caire, dimanche. Mais il ne paraît pas avoir convaincu nombre d’observateurs et d’experts qui, même en Turquie, pensent que la feuille de route turque ne propose rien de très concret pour sortir de la crise et qu’en outre Ankara semblerait désormais «grillée» par ses tergiversations initiales et surtout par le fait qu’elle n’a jamais pris position clairement en faveur du départ de Kadhafi.

Un autre handicap affecte actuellement la diplomatie turque dans son approche des printemps arabes : sa difficulté à se positionner à l’égard du printemps syrien. Plus encore qu’avec Tripoli, les liens avec Damas se sont spectaculairement renforcés au cours des dernières années et, plus encore qu’en Libye, cette nouvelle donne diplomatique turque a été incarnée par les relations personnelles qui se sont crées entre les leaders des deux pays. Ainsi, alors même que la répression s’accroît en Syrie, il n’est pas étonnant que le gouvernement turc, et en particulier son premier ministre, se retrouvent coincés entre l’image de héros de l’islam musulman qu’ils se sont employés à accréditer, et les liens de proximité toujours bien réels qui les unissent à un dictateur qui fait actuellement tirer sur son peuple. À Damas, la semaine dernière, Ahmet Davutoğlu a affirmé que la Turquie soutenait activement les réformes en Syrie. Une initiative qui conforterait le «modèle turc», si elle ne lui avait pas valu aussi les remerciements du président Bachar El Assad, qui s’est félicité que la Turquie soit «soucieuse de la sécurité et de la stabilité et de la Syrie.»

En réalité, la nouvelle politique étrangère turque de voisinage paraît moins à l’aise avec les développements actuels des printemps arabes qu’elle ne l’avait été lors des révolutions en Tunisie et en Egypte, deux pays avec lesquels, elle avait noué une coopération moins intense qu’en Syrie, en Irak, dans le Golfe ou même en Libye. Souvent qualifiée de néo-ottomanisme, cette politique d’ouverture au monde arabo-musulman l’a sans doute moins été en terme d’orientations qu’en terme de relations. Car cette dimension relationnelle tendait à accréditer l’idée que les leaders de la région, en parlant comme eux seuls savent et peuvent le faire, étaient à même d’apporter des réponses à des crises méditerranéennes et moyen-orientales que les acteurs diplomatiques extérieurs n’étaient jamais parvenus à résoudre. Mais aujourd’hui, dans un décor qui s’est totalement transformé en quelques semaines, certains des circuits relationnels qui ont fait le succès de la nouvelle diplomatie turque sont en panne.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. momochii dit :

    Thanks for some quality points there. I am kind of new to online , so I printed this off to put in my file, any better way to go about keeping track of it then printing?

  2. selim kılıç dit :

    si la guerre continue des milliers de gens seraient morts. kaddafi est pret a negocier avec les opposants. si l’otan presidait les pourparler pour un passage a la democratie ,toujours sous son egide, avec des elections libres et sans pression,les deux parties seraient obligees a s’entendre. ıl faudrait donner une chance aux pays pour resoudre leur problem .la france aussi devrait essayer ces negociations au lieu de frapper et prendre les devants.si vous faites partie d’une force internationale,otan,il faut agir en harmonie avec eux.apres les elections, kaddafi serait oblige de partir car le peuple en a assez de la dictature. l’exemple au maroc nous montre qu’un passage plus douce est toujours possible. j’espere que le sang ne s’ecoulera plus non seulement en libye mais aussi dans les autres pays du moyen orient. il faudrait donner cette chance au pays car meme si on renverse le regime par force, imaginer les massacres potentiels qui seraient commis par les opposants.donc il faut empecher l’ecoulemnt de sang et commencer les negociations immediatement.bonne journee

  3. Umit Pehlivan dit :

    c’est vrai et faux !
    Quelle sera la légitimité d’un gouvernement d’insurgé soutenu par la France et vue avec suspicion dans le reste du monde arabe*? Quelle viabilité? Que dire du lien qui pourra être fait entre la Côte d’Ivoire et la Libye? Pour la « révolution » Syrienne, (où en sont l’Egypte et la Tunisie?), il est aussi vrai que la personalisation du lien entre Erdogan et Bachar ainsi que les élections turques et les possibles troubles pouvant survenir dans le Sud-Est, poussent le gouvernement turc à « souffler sur le yahourt avant de le manger » :) Je ne m’étendrait pas sur Ergenekon et les problème de liberté d’expression que l’AKP ne sait absolument pas gérer (les autres non-plus) et que vous analysez déjà sereinement. Nous sommes donc au coeur du problème Moyen-Oriental, c’est littéralement un jeu d’échecs (le jeu de l’Oie pratiqué par les « occidentaux » n’y est pas valable) et chaque geste, expression et mouvement peut feire perdre la partie à l’autre…soyons patient.

    *attention à la transformation de l’image du fou Kaddhafi en Kaddhafi résisitant aux vendus et aux chrétiens! Surtout si les troubles recommencent en Palestine… La rue arabe n’est pas tjrs du côté où l’on voudrait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *