Retour sur une rencontre de Recep Tayyip Erdoğan avec le grand ayatollah Ali al-Sistani, à Najaf, le 29 mars 2011.

23 avril 2011
Par

Depuis 2007, dans le cadre de la diplomatie de « bon voisinage », les dirigeants turcs ont multiplié les déplacements dans l’Irak voisin. Ankara prenant ainsi acte de la nouvelle configuration politique à Bagdad découlant, en particulier, de la constitution fédérale irakienne de 2005 : un système parlementaire ; des partis politiques et une représentation parlementaire qui reflètent la diversité ethnico-religieuse du pays, et donnent une majorité aux chiites, jusque-là écartés du pouvoir ; une large autonomie du Kurdistan d’Irak, etc.

Sur ce dernier volet, la politique turque a radicalement évolué. La « nouvelle politique irakienne » de la Turquie date certes du 1er mars 2003, quand la Grande Assemblée nationale d’Ankara a refusé le transit terrestre des troupes américaines sur son territoire pour attaquer l’Irak. Mais après le renversement de Saddam Hussein, et pendant quatre ans, Ankara a appliqué une politique « jacobine » qui ne reconnaissait d’autorités constituées qu’à Bagdad, et ignorait catégoriquement l’autonomisation du Kurdistan, et les institutions et le pouvoir politique à Erbil.  Ankara a changé son fusil d’épaule en 2007-2008, et s’est décidée alors à mettre en œuvre une politique de voisinage régionalisé pragmatique. La Turquie a donc ouvert un grand consulat général à Erbil ; inauguré des dessertes aériennes quotidiennes ; signé des accords de partenariat économique, en particulier dans le domaine énergétique; ouvert des chantiers d’infrastructures de transport, de construction d’immeubles, d’hôtels et de lotissements de luxe. Contribuant activement au désenclavement du Kurdistan d’Irak, la Turquie dépasse aussi les obstacles historiques qui l’entravaient dans cette région : l’idée même –la hantise parfois- de l’émergence d’une entité kurde autonome en Irak, susceptible de devenir un modèle attractif pour les Kurdes de Turquie (voire de l’ensemble de la région), la question irrédentiste de Mossoul et de Kirkouk, le sort de la minorité turkmène, l’utilisation du territoire irakien comme base arrière par le PKK turc, etc.

Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan s’est rendu en visite officielle en Irak les 29 et 30 mars derniers, accompagné du ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu, d’une nombreuse délégation politique, et d’un groupe d’hommes d’affaires. Les trois étapes du voyage ont été inégalement traitées par la presse irakienne, par la presse turque et par les agences de presse internationales. L’étape de Bagdad a été peu commentée : outre les rencontres bilatérales protocolaires, elle a été marquée par un discours du premier ministre devant le Parlement irakien, réitérant ses appels à une lutte commune des deux pays contre le PKK ; par une visite au mausolée des imams Moussa al-Kazim et Muhammad al-Taqi (respectivement 7e et 9e imams du chiisme duodécimain) ; et par une visite à la tombe de l’imam Abu Hanifah, dans la plus grande mosquée sunnite d’Irak. La presse turque s’est plutôt focalisée sur l’étape d’Erbil, avec des rencontres avec les autorités politiques et les décideurs économiques de la région autonome kurde. Mais, finalement, il n’y avait là rien de bien nouveau : les relations entre Ankara et Erbil sont désormais sur les rails, illustrant la « nouvelle diplomatie turque » dans le volet, toujours régionalement sensible, de la question kurde. R.T.Erdoğan rendait en fait à Erbil la visite que Massoud Barzani, président du gouvernement autonome, avait faite à Ankara l’an dernier.

Si elle n’a fait l’objet que de quelques dépêches des agences internationales, peu reprises en Europe, c’est pourtant l’étape intermédiaire du 29 mars qui a le plus retenu l’attention de la presse irakienne, de la presse du Golfe et des médias arabes à Londres, ainsi que de la presse iranienne en anglais. En effet, Recep Tayyip Erdoğan s’est rendu à Najaf (en turc : Necef), à 150 km au sud de Bagdad, épicentre d’un « croissant chiite » duodécimain qui s’étire du Liban au Golfe. Souvent qualifiée de « ville sainte » du chiisme irano-irakien, Najaf abrite le mausolée d'Ali -avec Hussein, la figure principale du chiisme-, ce qui en fait la principale ville de pèlerinage du monde chiite. Avec une grande antériorité sur Qom, en Iran, Najaf compte les plus importantes zawiya (écoles théologiques) du chiisme duodécimain, dirigées par les marja’a, les grands ayatollahs « sources d’imitation », dont le rayonnement spirituel transcende depuis des siècles les frontières étatiques régionales, et s’étend largement au chiisme iranien. C’est d’ailleurs à ces différents titres que le régime bassiste irakien s’était déchaîné à plusieurs reprises contre la ville, en particulier lors de l’écrasement du soulèvement chiite du printemps 1991 ; et que l’armée américaine a, autant que possible, évité de devoir y intervenir après 2003, en dépit des nombreux attentats sectaires qui ont meurtri la ville et les pèlerins ces dernières années.

Deux moments forts ont marqué l’étape de Najaf. Le premier ministre turc s’est rendu au mausolée d'Ali, à la fois cousin et gendre du Prophète Mahomet. Il a prié devant le tombeau (Dans la presse turque, on a pu relever que la même photo de Recep Tayyip Erdoğan le montrait priant les mains ouvertes ou, recadrée par le bas, pouvait laisser penser au lecteur qu’il n’était là qu’en simple visiteur…). Il a ensuite rendu visite à la plus grande figure spirituelle du chiisme contemporain, le grand ayatollah Ali al-Sistani, 80 ans (il est né en Iran, à Meched, en 1930, http://www.sistani.org/). Si, apparemment, il n’y a pas eu de photographies officielles de la rencontre des deux hommes, des séquences télévisées montrent le premier ministre se frayant un chemin dans le bazar de Najaf, pour accéder au domicile de al-Sistani, dans un grand concert de foule brandissant pour l’essentiel… des portraits de l’ayatollah.

Cette double séquence est importante à plusieurs titres, comme nous l’a confirmé l’ambassadeur d’Irak au Qatar, S.E. Jawad al-Hindawi, interrogé à l’occasion d’un récent colloque international tenu à Lyon sur la diplomatie turque   (« Une nouvelle diplomatie turque ? Entre mythes et réalités », colloque organisé à Lyon par l’IEP de Lyon - Christian Velud, Pierre Fermigier - avec la fondation turque TESEV - Mensur Agkün -, vendredi 15 avril 2011).

Aussi loin que l’on remonte dans l’histoire arabe et ottomano-turque, c’est la première fois qu’un « dirigeant sunnite » rendait visite au mausolée d'Ali. Et nombre de commentateurs de souligner qu’il n’y avait guère qu’un dirigeant turc à pouvoir le faire, compte tenu des contentieux historiques et politiques entre les chiites et la plupart des dirigeants arabes, au premier rang desquels les dirigeants saoudiens. Recep Tayyip Erdoğan s’est donc présenté, et a été présenté dans la presse régionale, comme un « réconciliateur » des sunnites et des chiites, au-delà de leurs querelles théologiques et politiques. La visite du mausolée et la rencontre avec Ali al-Sistani témoignent aux Irakiens de la prise en compte par Ankara du paysage politico-religieux de l’Irak nouveau : la Turquie est certes laïque, mais l’AKP et son leader sont aussi musulmans, très majoritairement sunnites, mais tolérants et non sectaires, et reconnaissant toutes les composantes de l'islam. Seyyed Ali al-Sistani est un ayatollah quiétiste, qui intervient rarement dans l’arène politique : le rencontrer est donc aussi affirmer le choix turc de la modération en Irak, face aux radicaux représentés par le jeune seyyed Moqtada al-Sadr, dirigeant présumé de la mystérieuse Armée du Mahdi, et rentré à Najaf le 5 janvier 2011, après 4 ans d’exil en Iran.  Il n’est pas impossible non plus que, du côté de l’AKP, dans la perspective des élections législatives de juin 2011, il y ait eu aussi quelques arrière-pensées électoralistes en direction des électeurs turcs non-sunnites –par exemple les alévis, ou les Kurdes chiites...

La visite à Najaf s’inscrit également dans un contexte régional particulier, qui est celui des « printemps arabes », face auxquels la Turquie doit se positionner, au-delà du cliché contestable et contesté du « modèle turc proposé au monde arabe » (cf. nos éditions des 1er, 5 et 12 février, 30 mars, 6 et 11 avril). Or, « le printemps démocratique de Manama », au Bahreïn, a été écrasé à la mi-mars, à la fois par la monarchie sunnite bahreïnie, et par l’intervention de l’armée saoudienne. La population chiite de l’émirat est principalement visée par cette répression qui, outre les protestations intéressées de l’Iran, a provoqué des manifestations de soutien aux chiites bahreïnis en Irak, au Liban et en Arabie saoudite. Et une déclaration d’Ali al-Sistani -qui en est pourtant extrêmement avare- appelant Manama à cesser de réprimer la communauté chiite, en soulignant le risque de fracture confessionnelle dans la région.

Dès lors, la visite à Najaf prend tout son sens géopolitique : le premier ministre turc a répété sa condamnation de la répression du mouvement démocratique au Bahreïn et dans le Golfe. Il aurait ainsi déclaré –mais nous n’avons pas pu en obtenir confirmation officielle- que « Bahreïn ne doit pas être un nouveau Kerbala », en référence à la célèbre bataille qui a vu, en 680, l’écrasement des chiites par les armées du calife Yazid Ier, et la décapitation de l’imam Hussein, commémorée chaque année par le deuil chiite de l’Achoura. Par ces déclarations, Recep Tayyip Erdoğan positionne donc la Turquie dans le Golfe, face à l’Arabie Saoudite, maîtresse d’œuvre de la répression au Bahreïn, et gardienne de l’ordre monarchique et sunnite dans le Golfe ; face aussi à l’Iran chiite, qui est à la fois un allié dans le cadre de la politique de « bon voisinage », et un rival sur plusieurs terrains au Moyen-Orient (Voir notre chronique du 14 février 2011). On ajoutera que la condamnation de la répression à Manama est aussi une pierre turque dans le jardin des Américains, qui sont restés très silencieux sur les événements au Bahreïn, et n’ont condamné qu’a posteriori une répression pourtant annoncée.

On l’aura compris : l’étape de Najaf, le 29 mars dernier, est tout, sauf anecdotique. Soigneusement préparée par Ankara et par Bagdad, elle a une dimension de politique intérieure turque, une dimension irakienne, et une dimension régionale. Visant à l’évidence à « gagner les cœurs et les esprits »,  elle a envoyé une série de messages qui permettent d’enrichir et de nuancer, tout en la rendant encore un peu plus complexe, l’analyse de la contribution turque aux « printemps arabes »…

Jean-Paul BURDY


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Moyen-Orient, Politique étrangère, Question kurde, Religions

3 commentaires pour “ Retour sur une rencontre de Recep Tayyip Erdoğan avec le grand ayatollah Ali al-Sistani, à Najaf, le 29 mars 2011. ”

  1. [...] Ce compromis, qui évolue en alliance, est illustré par les ouvertures de Recep Tayyip Erdoğan en direction des chiites, verbalement lors des muharram et des achouras, puis de manière très remarquée par sa présence en personne le 16 décembre 2010 à l’achoura d’Halkalı, aux côtés de Selahattin Özgündür, et au milieu de la foule des croyants. A cet épisode turc historique du 16 décembre 2010 correspond un épisode extérieur, historique lui aussi, trois mois plus tard, le 29 mars 2011 : la visite du premier ministre au sanctuaire d’Ali à Najaf, en Irak, suivie d’une rencontre avec le grand ayatollah Ali Sistani, figure de référence dans l’ensemble du monde chiite duodécimain. Recep Tayyip Erdoğan avait alors souhaité que la répression au Bahreïn ne se transforme pas en « un nouveau Kerbala ». Nous avions consacré le 20 avril une chronique à cette visite à Najaf, pour en souligner le sens politique à la fois en Turquie même, et dans l’ensemble du monde chiite irano-irakien et du Golfe (voir http://www.questionsdorient.fr et http://ovipot.hypotheses.org/5550) [...]

  2. [...]  Article original publié sur le blog de l’OViPoT le 23 avril 2011 sous le titre : Retour sur une rencontre de Recep Tayyip Erdoğan avec le grand ayatollah Ali al-Sistani, à Najaf, ... [...]

  3. Yalcin le 24 avril 2011 à 6:46

    Merci pour ce blog que j'apprécie grandement.

    La version pour iphone est mal configurée et il est très laborieux de lire les articles. Pouvez-vous faire modifier la configuration ?

    Merci et bonne continuation.

Laisser un commentaire

IFEA

Institut Français d'Études Anatoliennes