Des relations turco-syriennes aux relations franco-syriennes.

junio 21, 2008
Por


Lors d’une réunion de l’Organisation de la Conférence islamique en Ouganda, le 18 juin 2008, le ministre turc des affaires étrangères, Ali Babacan (photo), a évoqué les négociations israélo-syriennes qui ont été dévoilées publiquement, il y a un mois, et qui se tiennent actuellement sous les auspices de son pays. Expliquant que le rôle de la Turquie en la matière était très apprécié par le monde musulman et que ces négociations étaient considérées comme positives par les deux parties, il a annoncé que le deuxième «round» de ces pourparlers s’était achevé, le 16 mai dernier. D’après le «Jerusalem Post», lors de cette rencontre, les Israéliens étaient représentés par le chef de cabinet d’Ehoud Olmert, Yoram Turbowicz et son conseiller pour la politique étrangère Shalom Turgeman, tandis que l’équipe syrienne était composée de Riad Daoudi, un expert juridique du ministère des affaires étrangères et de Samir Taqi, le directeur d’un think tank de Damas considéré comme proche du gouvernement (The Orient Center for International Studies). Quant aux médiateurs turcs, ils n’étaient autres qu’Ahmet Davutoglu, le conseiller du premier ministre pour la politique étrangère et Feridun Sinirlioglu, un ancien ambassadeur turc en Israël qui occupe actuellement des fonctions importantes au Ministère des affaires étrangères. Ali Babacan avait par ailleurs annoncé, dès le 17 juin, à Luxembourg, que deux nouvelles rencontres de ce type auraient lieu, en Turquie, au mois de juillet.

En Ouganda, le Ministre turc des affaires étrangères a également rappelé que la participation de la Turquie au sommet inaugurale de l’Union pour la Méditerranée, le 13 juillet, à Paris, n’était toujours pas certaine. Cette incertitude avait déjà été soulignée par une déclaration du même Ali Babacan, la semaine dernière, celui-ci rappelant qu’une réunion du Conseil de sécurité nationale était prévue le même jour…

Les deux sujets (négociations turco-syriennes et Union pour la Méditerranée) ne sont pas sans rapport, car la France, pour sa part, a lancé une offensive diplomatique en direction de Damas, ces derniers jours. Depuis l’élection du général Sleimane au Liban (alors même que Damas avait longtemps empêché le déroulement du scrutin présidentiel), Paris ne cesse d’inciter la Syrie à sortir de son isolement. La dernière avancée significative en ce sens a été l’invitation à assister aux cérémonies du 14 juillet, faite par le président Sarkozy au président syrien Bachar El Assad, qui sera présent à Paris le 13 juillet, pour assister au sommet de l’Union pour la Méditerranée.

Or désormais, ce n’est plus seulement cette initiative symbolique que l’on évoque, mais plus précisément une rencontre directe entre le président syrien et le premier ministre israélien Ehoud Olmert, qui est également convié au sommet de l’Union pour la Méditerranée. Certains observateurs avaient déjà fait remarquer récemment que si le président syrien venait à Paris pour le sommet en question (ce qui n’a pas encore été définitivement confirmé par Damas), ce serait la première fois que les leaders syrien et israélien siègeraient côte à côte dans une conférence internationale. De là à ce qu’ils se rencontrent en tête-à-tête, il n’y a qu’un pas qui a été allègrement franchi par certains responsables français. Évoquant les pourparlers israélo-syriens en cours, en Turquie, le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, a ainsi déclaré : « Nous nous réjouissons que les Syriens parlent aux Israéliens. Ce jour-là (le 13 juillet), il sera possible de le faire ». Si Ehoud Olmert a estimé qu’on était pas «éloigné» d’une telle rencontre, le président syrien l’a, quant à lui, jugée prématurée, en estimant que les négociations techniques préalables devaient encore progresser.

Pourtant, si la rencontre en question devait avoir lieu, on peut se demander comment réagiraient les Turcs qui sont particulièrement réticents à l’égard du projet d’Union pour la Méditerranéen, puisqu’ils le considèrent comme une manœuvre française pour faire échouer leur candidature européenne. Dans le cas où une entrevue Olmert-Assad se confirmerait, ils pourraient, en outre, prendre ombrage, de voir la France leur voler la vedette dans un processus de rapprochement israélo-syrien qu’ils ont initié et qui constitue une pièce maîtresse de la nouvelle politique étrangère qu’ils déploient au Moyen-Orient depuis quelques mois. Toutefois, l’hypothèse d’une telle rencontre pourrait aussi créer les conditions d’un rapprochement entre Paris et Ankara…
JM


Imprimir ésta entrada Imprimir ésta entrada

Tags: , , , ,

Posted in: Moyen-Orient, Politique étrangère

Deja un comentario

Archives


Carnets de recherche