Turquie : la campagne électorale des grands projets et des petites promesses!

Alors même que la campagne électorale bat son plein en Turquie, l’AKP apparaît déjà comme le grand favori des élections législatives qui auront lieu, le 12 juin prochain. Dès le 10 avril dernier, dans un entretien accordé au quotidien Milliyet, le directeur de l’Institut de sondages « A&G » annonçait que le parti au pouvoir depuis 2002 allait gagner les prochaines élections avec 45% des voix (ce qui lui donnerait entre 290 et 360 sièges), le CHP pour sa part progressant pour obtenir près de 30% des voix, le MHP se maintenant au-dessus du seuil fatidique de 10%, et le BDP, par le jeu des candidatures indépendantes, réussissant à former un groupe politique d’une trentaine de députés. Depuis, plusieurs enquêtes ont confirmé que l’AKP a de fortes chances de rééditer son score historique de 2007 (46,6%), son principal rival, le parti kémaliste CHP, emmené désormais par Kemal Kılıçdaroğlu, ne pouvant espérer qu’un renforcement de sa présence dans l’hémicycle, en taquinant les 30% des suffrages exprimés.

La campagne électorale risque pourtant de n’être pas une simple promenade de santé pour Recep Tayyip Erdoğan, car la question kurde s’y invite avec de plus en plus d’insistance. Après l’épisode qui avait vu, à la mi-avril, la Commission électorale (YSK) bloquer temporairement la candidature de 7 candidats kurdes et provoquer de ce fait des troubles importants à Istanbul et dans le sud-est du pays (cf. notre édition du 21 avril 2011), le mitraillage de la caravane électorale du premier ministre, la semaine dernière, dans le département de Kastamonu, par un commando du PKK (qui a provoqué la mort d’un policier), montre que la situation demeure tendue. De toute évidence, les Kurdes reprochent au gouvernement, de n’avoir pas donné des preuves suffisantes quant à ses intentions de répondre positivement à leurs revendications ou au moins à une partie d’entre elles, après avoir laissé la fameuse «ouverture démocratique» s’enliser, en 2009. Dès lors, les leaders kurdes estiment que le bon déroulement du scrutin pourrait être remis en cause, la co-leader du DTK, Aysel Tuğluk ayant même évoqué, il y a quelques jours, l’hypothèse d’un boycott du scrutin par le parti kurde BDP, qui est à l’heure actuelle la quatrième force parlementaire en Turquie. Dans le contexte du «printemps arabe», nombre de leaders kurdes n’hésitent pas en outre à évoquer un possible «été kurde», mais il n’est pas sûr qu’ils disposent actuellement des moyens de susciter un tel événement, et qu’en tout état de cause, cela soit pour eux la meilleure stratégie, dans une conjoncture où la logique électorale a tendance à prévaloir malgré tout.

En dehors de la question kurde, un autre événement a perturbé récemment la marche tranquille du parti au pouvoir vers sa troisième victoire à des élections générales, il s’agit du séisme japonais et de ses conséquences nucléaires (cf. notre édition du 14 mars 2011). Depuis 3 ans, en effet, le gouvernement turc affirme sa ferme détermination d’accéder à l’énergie nucléaire civile, en procédant à la construction rapide de trois centrales nucléaires. Le marché de la première centrale a déjà été attribué à un consortium russe, celui de la seconde semblait devoir être remporté par les Japonais… Mais la catastrophe de Fukushima a fortement marqué les esprits dans un pays particulièrement exposé aux risques sismiques. Le gouvernement n’a pourtant pas hésité à confirmer son programme nucléaire, en dépit de la forte défiance de l’opinion publique. Une enquête, réalisée mi-avril 2011, pour le compte de «Greenpeace», par l’Institut turc de sondages «A&G», et publié par le quotidien Hürriyet, le 29 avril 2011, a notamment montré qu’une large majorité de Turcs sont opposés au nucléaire. À la question «Que voteriez-vous si un référendum avait lieu sur la construction d’une centrale nucléaire ?», les réponses sont largement négatives, que cette demande concerne la première centrale, à Akkuyu-Mersin (Oui : 17,4%, Non : 69,6%), la deuxième, à Sinop (oui : 19%, Non : 76,5%), ou l’ensemble de la Turquie (Oui : 31,8%, Non : 56,4%).

Qu’à cela ne tienne, pour faire oublier cette fronde antinucléaire, Recep Tayyip Erdoğan vient de proposer aux Turcs un autre grand projet. Le 27 avril dernier en effet, le premier ministre a solennellement annoncé son « projet fou » : creuser un canal dans la partie européenne d’Istanbul, afin de relier la mer de Marmara à la mer Noire, parallèlement au Bosphore. Le «Kanal» en question devrait s’étirer sur 40 à 50 km, avoir 25 m de profondeur et 150 m de large. Il pourrait permettre le passage de 160 cargos et tankers par jour, et entrerait en service, lors du 100e anniversaire de la République, en 2023. Certains observateurs et des diplomates russes se sont néanmoins inquiétés de la compatibilité de ce projet pharaonique (que le premier ministre a comparé au percement des canaux de Suez et de Panama), avec le traité de Montreux, notamment si certains navires comme les tankers devaient se voir interdire l’accès au Bosphore. Le «Kanal» a en outre provoqué une polémique, certains acteurs concernés, comme le maire du quartier de Fatih, estimant qu’il est susceptible de désengorger Istanbul de sa population, d’autres considérant qu’il risque au contraire d’accroître la pression démographique dans l’ancienne capitale ottomane, en portant de surcroît des atteintes graves à l’environnement. Recep Tayyip Erdoğan vient donc de préciser son projet, en annonçant qu’il serait couplé avec la construction de deux villes nouvelles, qui permettront de reloger une partie de la population d’Istanbul, dans des logements et un cadre mieux à même de résister au séisme de forte amplitude, que tous les experts estiment inévitable à plus ou moins long terme.

Mais, les grands projets de la campagne électorale turque en cours sont également des projets politiques ! Alors même que la législature, qui est en train de s’achever, a vu deux révisions constitutionnelles importantes aboutir et modifier sensiblement le texte de la Constitution de 1982, les principaux partis politiques annoncent leur désir de provoquer l’avènement d’un nouveau texte fondamental, après le 12 juin prochain. Ce souhait semble être partagé par l’opinion publique turque, puisqu’un sondage, réalisé par l’Institut «MetroPoll» d’Ankara, et publié par le quotidien « Zaman », le 26 avril dernier, indiquait que 69,4% des Turcs (contre 22,1%) se prononçaient en faveur de l’élaboration d’une nouvelle Constitution. Une série de questions plus ciblées du même sondage permettent néanmoins de mieux cerner cette revendication d’un « renouvellement » de la Constitution, en Turquie. Une majorité des personnes interrogées (48,2% contre 38%) se déclarent opposées à ce que le nouveau texte constitutionnel modifie les 3 premiers articles, théoriquement intangibles, de l’actuelle Constitution, qui définissent la Turquie comme «un Etat démocratique, laïque, social et respectueux de l’Etat de droit». Mais une forte majorité des personnes sondées estiment que les députées, qui le désirent, devraient être autorisées à porter le foulard dans l’hémicycle. Enfin, plus des trois quarts du même échantillon interrogé désapprouve la campagne de désobéissance civile lancée par le parti kurde BDP, depuis la fin du mois de mars. Cette aspiration à un renouveau constitutionnel laisse donc transparaître une Turquie qui se veut moins laïciste, plus encline à affirmer son identité musulmane, mais toujours inquiète quant à son unité, et peut-être pas encore tout à fait prête à promouvoir une nouvelle citoyenneté, reconnaissant le droit à une identité distincte.

Il reste que cette campagne électorale tranche avec la précédente (en 2007), qui avait été marquée par une polarisation politique extrême, l’intervention intempestive de responsables militaires ou des blocages institutionnels spectaculaire (cf. nos éditions des 1er mai 2007, 14 mai 2007, 1er juin 2007, 21 juin 2007, 22 juin 2007, 26 juin 2007, 4 juillet 2007). Comme l’observe l’éditorialiste, Eyüp Can, dans l’édition du 29 avril du quotidien Radikal, les partis politiques turcs actuellement en campagne ont abandonné la rhétorique de la peur. Finie la peur de l’islamisme, la peur du coup d’État, la peur du changement de régime, la peur des complots « Ergenekon » et autres « Balyoz », ou la peur des atteintes à la laïcité, les forces politiques turques entendent désormais proposer à leurs électeurs de rêver… Selon Eyüp Can, le mérite de ce changement en revient d’abord à l’opposition et à son nouveau leader Kemal Kılıçdaroğlu, qui a la différence de son prédécesseur Deniz Baykal, grand agitateur des peurs turques devant l’Éternel, s’est lancé dans la course aux promesses et contribue ainsi à une normalisation de la vie politique turque. Car, outre les grands projets dont nous venons de parler, cette campagne est marquée par la multiplication des petites promesses : un «laptop» pour tous les étudiants, des allocations familiales versées aux mères de famille et non à leur conjoint violent, une réforme de décentralisation, l’abaissement de la durée du service militaire, l’autonomie des universités… En bref, vous l’aurez compris, si les Berber ne restaient pas plutôt bon marché dans ce pays, en ne manquant jamais l’occasion de vous offrir le thé, les hommes politiques turcs n’hésiteraient pas à vous promettre de les subventionner pour qu’ils vous rasent gratis !

Notre éditorialiste de Radikal estime, pourtant, qu’on aurait tort de se gausser de ce nouveau type de surenchère entre le gouvernement et l’opposition.  Il témoigne, selon lui, d’un progrès politique indiscutable, qui voit une société turque plus confiante en elle-même oser élaborer des projets collectifs. Car les promesses et le rêve véhiculés par la campagne électorale actuelle témoigneraient aussi d’une capacité à s’imaginer un avenir commun. Reste à savoir bien sûr si toutes ces promesses seront tenues et si tous ces grands projets aboutiront mais, nous dit encore Eyüp Can, n’est-ce pas là l’objet d’une campagne électorale, en tout cas d’une campagne électorale (presque) normale ?

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. François Roberge dit :

    Bonjour,

    Radio Centre-Ville (RCV [Montréal]) diffuse une émission d’analyse politique nommée l’Histoire jugera… des élections dans le monde! Seriez-vous intéressée, le mardi 14 juin à 8 h le matin (et par téléphone), d’analyser les élections turques de dimanche prochain?

    Merci, j’attends de vos nouvelles.

    François Roberge

    (alias « Franc Jeu » dans Facebook)

    Recherchiste et réalisateur, l’Histoire jugera… des élections dans le monde!

    Tous les mardis matin, 8 h, à Radio Centre-Ville, 102,3 FM

    [http://www.radiocentreville.com/pages/outiltop.htm]

    Bénévole chez Tangente [www.tangente.qc.ca]

    Vice-président du Parti Québécois de Gouin

    Président du Bloc Québécois de Papineau

    Membre du Couch Surfing project

    [http://www.couchsurfing.com/]

  1. 16 mai 2011

    […]  Source : OVIPOT […]

  2. 8 février 2012

    […] URL=La campagne des grands projets et des petites promesses ! / par Jean Marcou, à propos des élection… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *