Recep Tayyip Erdoğan transforme les élections législatives turques du 12 juin prochain en référendum sur la nouvelle Constitution.

À deux reprises au cours du week-end qui vient de s’écouler, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, a déclaré qu’il ne soumettrait pas à référendum la Constitution qui sera élaborée, après les prochaines élections législatives, si son parti obtient, lors de ce scrutin, la majorité des 2/3 (soit 367 députés), lui permettant de mener à bien, seul, une révision constitutionnelle par voie parlementaire. Cette annonce intervient alors que l’AKP avait toujours paru induire qu’une telle Constitution serait soumise au peuple, quel que soit l’état des forces politiques en présence au sein de l’hémicycle, et au moment même où d’autres membres de l’AKP (Bülent Arınç, Cemil Çiçek, notamment) continuent d’affirmer que, dans tous les cas de figure, un référendum sera organisé. Lors d’une interview sur la chaine TGRT, samedi 4 juin, le leader de l’AKP a ainsi affirmé : «Si nous réussissons (à avoir 367 députés), il ne sera pas nécessaire de recourir au référendum, car le peuple nous aura mis dans une telle position qu’organiser un tel référendum signifierait que nous ne croyons pas en nous-mêmes.» Il a néanmoins assuré que la nouvelle charte fondamentale serait élaborée avec la participation de tous les partis politiques et des organisations non gouvernementales.

À moins d’une semaine des élections législatives du 12 juin 2011, cette déclaration apparaît à de nombreux observateurs comme un moyen visant à inciter plus d’électeurs à voter pour le parti actuellement au pouvoir. Il est vrai que la méthode peut s’avérer payante, en donnant au scrutin législatif l’aspect d’un référendum opposant le gouvernement civil à des partis d’opposition, qui risquent d’apparaître dès lors comme comptables de l’actuelle Constitution, issue du coup d’Etat de 1980. Mais cette tactique pourrait aussi inquiéter un certain nombre d’électeurs prêt à voter pour l’AKP, mais moins enclins à lui signer un chèque en blanc. En outre, dans le cas où le parti n’obtiendrait pas cette majorité renforcée, une majorité simple pourrait apparaître aussi comme un demi-succès de Recep Tayyip Erdoğan.

Quoiqu’il en soit cette nouvelle initiative du parti majoritaire ramène la campagne électorale à ce qui avait été initialement perçu comme son thème fondamental. L’idée d’élaborer une nouvelle Constitution avait été relancée au lendemain du référendum du 12 septembre 2010 et affichée comme l’enjeu majeur des prochaines élections générales par Recep Tayyip Erdoğan. Mais après le dépôt des listes électorales en avril 2011, la campagne avait été marquée par l’annonce des  «projets fous» du premier ministre, à savoir le creusement d’un «Kanal» à Istanbul pour doubler le Bosphore, et la construction d’une ville nouvelle au sud d’Ankara. À cet emballement de la campagne, le leader de l’opposition, Kemal Kılıçdaroğlu, avait répondu en tenant meeting sur meeting dans le sud-est du pays, et en proposant une réforme de décentralisation, s’appuyant sur les standards européens de démocratie locale pour résoudre la question kurde. Ces dernières semaines, toutefois, le débat politique avait pris un tour plus polémique. Tandis que l’opposition soupçonnait le parti au pouvoir d’être à l’origine de la diffusion des vidéos sulfureuses ayant contraint une dizaine de leaders du parti nationaliste MHP à démissionner, Recep Tayyip Erdoğan n’avait cessé de dénoncer une alliance contre nature de tous les partis d’opposition contre sa propre formation.

Avec cette annonce du caractère non impératif qu’aura pour lui un référendum constitutionnel si son parti obtient la majorité des deux tiers, le leader de l’AKP demande aux électeurs de lui donner 367 députés. Cette démarche risque de polariser un peu plus le scrutin, au moment où les experts observent une forte mobilisation de l’électorat et la très nette détermination de ce dernier. Selon les enquêtes d’opinion la plupart des électeurs auraient déjà fait leur choix définitif. On observe par ailleurs une participation d’une ampleur inhabituelle aux meetings que tiennent les deux principales formations politiques : l’AKP et le CHP. Au delà de cette perspective bipolaire, les Kurdes du BDP paraissent en mesure d’obtenir suffisamment de sièges pour pouvoir former un groupe parlementaire en présentant des candidats indépendants. En revanche, les nationalistes du MHP ne sont pas assurés de franchir le seuil des 10%, leur permettant d’avoir une représentation au parlement.

Le premier ministre a en outre annoncé qu’à côté de l’élaboration d’une nouvelle Constitution, la résolution de la question kurde serait l’autre priorité de son gouvernement, après les prochaines législatives, en indiquant que, pour sa part, il n’avait jamais enterré «l’ouverture démocratique» lancée en 2009. Cette annonce comme la précédente confirme un recentrage de la campagne sur des enjeux fondamentaux intensément politiques.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *