Un article de l’hebdomadaire «The Economist» appelant à voter pour le CHP provoque la colère de l’AKP.

Après les projets fous de Recep Tayyip Erdoğan (annonces du percement d’un « Kanal » destiné à délester le Bosphore de son trafic le plus dangereux ou de la construction d’une ville nouvelle au Sud d’Ankara), après le retour du CHP dans le sud-est et sa promesse d’une réforme de décentralisation pour résoudre le problème kurde, après la diffusion de vidéos sulfureuses qui ont provoqué la démission d’une dizaine de cadres du MHP, après les incidents violents qui ont récemment marqué le passage de la caravane électorale de l’AKP dans la ville de Hopa sur la mer Noire, la dernière péripétie de la campagne turque a été, la parution, dans «The Economist», d’un article qui a particulièrement déplu à Recep Tayyip Erdoğan et aux responsables de son parti.

Le 2 juin dernier, en effet, sous le titre «One for the opposition», le célèbre hebdomadaire britannique a fait paraître une analyse consacrée aux enjeux des prochaines élections législatives turques. Partant du constat de la probable reconduction du parti actuellement au pouvoir, le journal en question l’explique par les acquis qui sont à porter à l’actif de l’AKP depuis 2002 : ouverture des négociations avec l’UE, résultats économiques «exceptionnellement bons», politique étrangère active au Moyen-Orient, assainissement de la vie politique par une mise à l’écart de l’armée. «Il y a là un contraste frappant par rapport au gâchis dont a hérité l’AKP», conclut même «The Economist», en rappelant pêle-mêle les turpitudes qui étaient celles de la Turquie des années 1990, de «la crise économique» à «la menace toujours présente d’une intervention militaire», en passant par «un système bancaire vétuste» et «des gouvernements de coalition se succédant à une rapidité vertigineuse».

Jusqu’ici tout va bien ! Les choses commencent à se gâter lorsque l’hebdomadaire explique pourquoi, tout en étant compréhensible, la victoire annoncée du parti gouvernemental aux prochaines élections du 12 juin 2011, n’en est pas moins «inquiétante». Ce qui préoccupe par-dessus tout «The Economist» est le scénario qui verrait la formation de Recep Tayyip Erdoğan remporter la majorité des deux tiers lui permettant de réviser seule la Constitution pour promouvoir ainsi «une présidence à la française», destinée à être occupée par l’actuel chef du gouvernement turc ! Mais la goutte d’eau qui a probablement fait déborder le vase, pour l’AKP, arrive à  la fin, lorsque, sous le titre «Un vote contre l’autocratie», l’hebdomadaire britannique «recommande», sans ambages, dans sa conclusion, de voter pour le CHP, en expliquant qu’un bon score du parti de M. Kılıçdaroğlu permettrait à la fois de réduire les risques d’une réforme univoque qui pourrait rendre la Constitution pire, et de donner à l’opposition une chance raisonnable de gagner une élection future. Une affirmation sans nuance réitérée par l’ultime phrase de l’article : «Ce serait de loin la meilleure garantie pour la démocratie turque.»

Estomaqués par le verdict et le choix exprimés par «The Economist», les membres du gouvernement et du parti au pouvoir ont riposté vertement en dénonçant une collusion entre le CHP et les grands médias internationaux, voire en voyant dans «l’article assassin» la main d’Israël. Lors d’un meeting à Konya, Recep Tayyip Erdoğan a notamment fustigé le journal britannique avec sa faconde habituelle, en estimant qu’associer, comme l’avait fait son article, le CHP à l’avenir démocratique de la Turquie, dénotait une connaissance pour le moins déficiente du passé de parti unique de la formation kémaliste, avant de conclure : « Je dis à ‘The Economist’ : ‘Pour ce qui est de ce pays vous êtes restés français, et pour ce qui est du CHP vous êtes tout autant français’. » Rappelons qu’être « resté français » (fransız kalmak), pour le premier ministre signifie parler à tort et à travers ou être complètement hors sujet. C’est l’une de ses expressions favorites qu’il a contribué à populariser en en gratifiant abondamment ses adversaires ou ses contradicteurs au cours des derniers mois.

Il est vrai que l’engagement du magazine britannique dans la campagne électorale turque peut surprendre. La presse internationale reste en général plus distante à l’égard des choix et des enjeux électoraux d’un pays tiers. Mais la vénérable institution d’Outre-Manche n’en est pas à son coup d’essai. Réputé libéral au sens économique du terme, «The Economist» a l’habitude de défendre une ligne éditoriale sans nuance, par des articles qui ne sont d’ailleurs jamais signés. L’attachement de l’hebdomadaire au libéralisme ne l’amène pas toujours à faire la promotion de causes ou de candidats sur une base exclusivement partisane, même s’il défend toujours des positions relativement libre-échangistes conçues dans un esprit mondialiste et souvent atlantiste. On peut donc penser que, même si l’article «One for the opposition» n’en parle pas, le journal britannique n’a pas dû apprécier non plus les récentes prises de distance de la diplomatie turque à l’égard de ses alliés occidentaux, notamment à l’occasion du dossier nucléaire iranien.

Quoiqu’il en soit, la réponse de l’AKP dénonçant le propos mal documenté ou criant au complot international n’a pas été suffisamment mûrie. Quant à vouloir engager le débat sur le fond, il eût mieux valu le porter à un autre niveau. En l’occurrence, le magazine considère que le véritable problème n’est pas religieux et qu’il y a peu de risques de voir la Turquie de l’AKP se transformer en «une intolérante République islamique d’Iran». Ses réserves à l’égard du parti au pouvoir concernent surtout l’avenir de la démocratie turque. Il rappelle, à cet égard, les récentes arrestations de journalistes, les affaires de complot permettant de maintenir en détention abusivement un nombre croissant d’officiers supérieurs ou le tour très nationaliste pris par la campagne de l’AKP, qui a fait oublier les promesses naguère faites aux Kurdes par le gouvernement. Or, « The Economist » n’est pas le seul à évoquer actuellement ces dérives de la vie politique turque. Dans un article paru dans l’édition du 6 juin du journal «Le Monde» intitulé «Où va la démocratie turque ?», Dorothée Schmid estime que «l’AKP a su s’approprier les institutions au point d’avoir les moyens de verrouiller le champ politique», en décrivant un premier ministre «travaillé par une tentation hégémonique.» Plus généralement, le risque d’une confiscation du pouvoir par l’AKP, après des élections qui lui donneraient une trop large victoire, apparaît comme la principale crainte évoquée dans la presse internationale.

Certes, un certain nombre de chroniqueurs turcs ont jugé ce genre de propos excessifs, voire tout aussi caricaturaux que naguère la fameuse théorie de l’agenda caché. Il est vrai que «The Economist» grossit abusivement le trait lorsqu’il fait remarquer qu’il y aurait plus de journalistes incarcérés en Turquie qu’en Chine. Mais quelle que soit l’opinion que l’on puisse avoir sur la réalité des risques existant actuellement pour la démocratie dans ce pays, on ne pourra s’empêcher de penser que le premier ministre et son parti sont loin d’avoir adopté toujours la meilleure attitude et le ton qu’il convient pour réduire les préventions qui se manifestent aujourd’hui à leur égard dans une presse qui par ailleurs ne répugne pas à reconnaître aussi leurs mérites. Ainsi, dans «Milliyet», le chroniqueur Taha Akyol pense que le parti majoritaire, plutôt que de crier au loup et à la conspiration internationale, ferait mieux de se demander pourquoi il donne de lui une telle image :

«Si l’AKP raisonne de cette façon, il peut produire une solution et lentement revoir ses politiques, comportements et attitudes. Mais si ses partisans croient que des forces étrangères conspirent contre eux, alors ils ne feront que rendre le parti plus dur et plus autoritaire.»

En tout cas l’AKP pourrait avoir maille à partir prochainement avec un tout autre type de média. À la suite du vote d’une loi qui entend filtrer l’accès à Internet, et qui a fait l’objet de nombreuses manifestations récemment en Turquie, le célèbre réseau virtuel des «Anonymous» vient d’appeler les internautes à réagir… La prochaine manche des relations tumultueuses entre le premier ministre et les médias risque peut-être de se jouer sur le web. On n’arrête pas le progrès !

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tolga dit :

    « Rappelons qu’être «français», pour le premier ministre signifie parler à tort et à travers ou être complètement hors sujet. »

    Je tenais juste à souligner que cet adage « être français » (en turc « fransiz kalmak ») n’est pas une invention propre au premier ministre. C’est une expression couramment utilisée en Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *