Nouveau rebondissement de l’affaire «Ergenekon» alors que le procès contre l’AKP s’ouvre


23 personnes (dont 4 généraux à la retraite, un journaliste de Cumhuriyet et le directeur de la Chambre de commerce d’Ankara) ont été arrêtées, le 1er juillet 2008, au matin dans le cadre de l’enquête concernant les activités criminelles du réseau « Ergenekon ». La nouvelle a fait sensation, car elle est intervenue au moment où le procès, visant à la dissolution de l’AKP, commençait. Beaucoup de commentateurs voient dans cet événement, un nouvel épisode de la lutte sans merci que se livrent l’AKP et «l’establishment».

Rappelons, tout d’abord, que l’affaire « Ergenekon » a commencé, en juin 2007, après la découverte, dans le quartier d’Ümraniye, à Istanbul, d’un dépôt d’armes qui aurait servi à la conduite d’actions attribuées initialement à des islamistes ou à des séparatistes. Les premières arrestations réalisées dans le cadre de cette enquête ont révélé que l’affaire avait des liens avec l’attentat mené contre le Conseil d’Etat en 2006, mais aussi avec les agressions commises contre un certain nombre d’intellectuels dénoncés comme « traîtres à la Patrie » par les milieux nationalistes et avec la fameuse affaire de Susurluk qui, en 1996, avait illustré la collusion entre milieux politiques, policiers, mafias, services secrets, ultranationalistes, trafiquants de drogue et contre-guérilla kurde. En bref, la découverte de ce dépôt d’armes a rapidement relancé les supputations sur l’existence et les activités de «l’Etat profond», une expression qui désigne, en Turquie, un pouvoir occulte instrumentalisé par certains secteurs de l’Etat, des nationalistes et des milieux mafieux, pour s’opposer à la démocratisation et à l’européanisation de l’Etat kémaliste laïciste et autoritaire.

Restée relativement confidentielle au départ, dans le contexte de la crise politique qui sévissait alors (annulation des élections présidentielles), cette affaire prend néanmoins une tout autre dimension, le 22 janvier 2008, lorsque la police procède à un coup de filet spectaculaire dans des milieux suspectés d’être liés à «l’Etat profond». Parmi la trentaine de personnes arrêtées figurent, notamment, le général à la retraite, Veli Küçük, le leader d’un groupuscule d’extrême-droite, Fikri Karadag, ainsi que les avocats nationalistes, Kemal Kerinçsiz et Fuat Turgut. Mais surtout ces arrestations permettre de mettre à jour l’existence d’un véritable réseau baptisé «Egernekon» (du nom de la plaine qui serait, d’après la mythologie, le berceau des Turcs) qui projette d’assassiner une série de personnalités turques libérales (dont le Prix Nobel de littérature, Orhan Pamuk) et des leaders kurdes, comme Leyla Zana et Ahmet Türk. Eu égard à l’importance des personnes arrêtées, l’événement est analysé comme la première action d’envergure véritablement menée pour mettre en échec «l’Etat profond». Un quotidien d’Istanbul titre d’ailleurs «L’Etat contre l’Etat profond.»

Le procès visant à l’interdiction de l’AKP, lancé le 14 mars 2008 par le réquisitoire du procureur général de la Cour de Cassation apparaît, dès lors, à beaucoup de commentateurs, comme la riposte de «l’establishement» aux arrestations effectuées dans le cadre de l’affaire «Erkenekon». Le premier ministre, lui-même, abonde en ce sens en y voyant la réponse à la détermination du gouvernement de laisser l’enquête «Ergenekon» aller jusqu’à son terme. Le 21 mars 2008, la partie d’échecs au sommet se poursuit. Plusieurs personnalités laïques accusées d’être liées à « Ergenekon » sont arrêtées (notamment l’éditorialiste de Cumhuriyet, Ilhan Selçuk, l’ancien recteur de l’Université d’Istanbul, Kemal Alemdaroğlu et le leader du parti des travailleurs, Doğu Perinçek). Les milieux laïques dénoncent, dans cette nouvelle opération, une mesure d’intimidation de l’AKP. Il est vrai que la pertinence de certaines arrestations opérées semble plus discutable (notamment celle du journaliste Ilhan Selçuk qui sera relâché peu après)

Ainsi n’est-il pas étonnant que le coup de filet de lundi et les « gros poissons » qui en ont fait l’objet constituent, pour nombre d’observateurs de la vie politique turque, la troisième manche de l’affrontement qui opposent l’AKP et le camp laïque depuis le début de l’année. Il faut dire que les arrestations conduites concernent des profils plus que symboliques : des militaires de haut rang à la retraite, l’un d’entre eux Sener Eyruygur n’étant autre que le leader de l’Association de la Pensée Kémaliste qui fut à l’origine des grandes manifestations laïques de l’année dernière, un journaliste en vue du quotidien «Cumhuriyet», Mustafa Balbay (photo), et pour la première fois un représentant important des milieux d’affaires, Sinan Aygun.

Recep Tayyip Erdogan a demandé aux membres de son parti de ne pas s’exprimer publiquement sur les derniers développements de l’affaire «Ergenekon», en niant par ailleurs une quelconque implication de l’AKP dans les arrestations réalisées. Il s’est étonné notamment que les nationalistes du MHP, qui l’ont soutenu au début de l’année, lors du vote de la révision constitutionnelle tendant à la suppression de l’interdiction du voile à l’université, joignent leurs voix à celles des kémalistes pour rendre l’AKP responsable de ces arrestations.

Les principaux partis d’opposition n’ont pourtant pas été les seuls à réagir. Des chroniqueurs et des syndicats de journalistes les plus en vue dénoncent le caractère expéditif et arbitraire des arrestations opérées. Ils s’étonnent aussi et surtout du fait que ces dernières se soient produites au moment où s’ouvrait le procès de l’AKP alors même qu’elles avaient été ordonnées par la justice, dès le 29 juin 2008. L’intensification du face-à-face au sommet de l’Etat que nous observions dès la fin mars (notre édition du 23 mars 2008) est-il en train de connaître une dangereuse escalade ? Si jamais l’AKP est menacé d’interdiction, que se passera-t-il, cherchera-t-on à arrêter, cette fois, avec tous les risques que cela comporte, des membres de l’état-major plutôt que des militaires retraités…
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *