Sultanbeyli, une périphérie politique?

Sultanbeyli, sur la rive asiatique d’Istanbul est l’une de ces périphéries peuplées de migrants de l’exode rural : aux originaires de la Mer Noire ont succédé ceux d’Anatolie orientale et d’Anatolie du sud-est, chassés dans les années 1990, suite au conflit dans le sud-est. Mais ce simple nom évoque avant tout un haut lieu de l’islam politique « dur ». La municipalité Refah arrivée au pouvoir en 1994 en a fait l’un des laboratoires des politiques municipales de l’islam politique. La toponymie en témoigne : l’ancienne avenue Atatürk, artère centrale de l’arrondissement, a été rebaptisée « Fatih Bulvarı ». L’appellation des quartiers est limpide : Necep Fazil, Battal Gazi, Ahmet Yesevi, Yavuz Selim… autant de noms évocateurs d’une histoire musulmane glorifiée. Ce n’est pas un hasard si le livre de Cihan Tuğal, Passive Revolution : absorbing the Islamic challenge to Capitalism (Stanford University Press, 2009), s’y situe. Ce sociologue y analyse comment l’islam politique oppositionnel et radical qu’a connu la Turquie dans les années 1990 a connu un processus de modération fait d’absorption dans les structures de pouvoir et par les forces du marché ; un processus dont l’actuel AKP au pouvoir peut être considéré comme le parangon. À quelques jours des élections, l’Observatoire Urbain d’Istanbul et l’Observatoire de la Vie politique turque ont organisé une excursion urbaine.

Sultanbeyli constitue effectivement une forteresse de l’AKP réformateur. Ce dernier a recueilli pas moins de 52% des suffrages en 2002, et 67% en 2007, soit pratiquement 20 points de plus que sa moyenne nationale. Pourtant, le Saadet, parti lui-aussi issu du Refah, mais resté fidèle à l’islam politique traditionnel, y résiste particulièrement bien, puisqu’il recueille à Sultanbeyli parmi ses meilleurs scores : 9% en 2002, 6% en 2007. Aux municipales de 2009, il a même obtenu 21,7% des voix, en raison d’un candidat très apprécié. Les rues de Sultanbeyli ne laissent cependant pas de doute sur les équilibres de pouvoir. Comme ailleurs, la municipalité AKP s’est illustrée par une importante activité de construction, comme le montre l’hôpital privé Ersöy dont le propriétaire, ancien maire de l’arrondissement, prête un local au bureau de campagne de l’AKP. Un énorme chantier fait entrevoir un futur hôtel de ville rutilant. Un immense mall, Viaport, s’est ouvert non loin en 2008. Avec son Lunaparc et son lac des cygnes reconstitué, il semble un peu hors-sol et destiné principalement aux touristes profitant de la proximité du nouvel aéroport. Le prochain gros projet en voie d’achèvement est un centre commercial construit dans un style « néo seljoukide », dont les revenus iront à la mairie ; bâti sur cette avenue Fatih, il mord sur un cimetière ottoman ; un état de fait dont les militants de l’AKP ne semblent pas s’émouvoir outre mesure.

L’AKP dispose de irtibat bürosu (permanences) dans chacun des quinze mahalle de Sultanbeyli. Ils sont visibles de loin à grand renfort de drapeaux et d’immenses affiches représentant Recep Tayyip Erdoğan. Le bureau du boulevard Fatih s’aligne sur des standards nationaux : il est saturé d’affiches du premier ministre en meeting hiver comme été. Au portrait d’Atatürk fait face la photo du « one minute » de Davos. Les brochures de campagne sont en profusion ; un spot télévisé passe en continu, pour les drapeaux que des sympathisants ne manquent pas de demander, il faut repasser ; et les affiches sont en rupture de stock. Chacun trouvera interlocuteur à sa convenance : un homme à l’entrée, est assisté d’une femme voilée et d’une autre non-voilée. Leur activité principale est de renseigner les électeurs sur leur bureau de vote – ils disposent à cet égard d’une base de données plus perfectionnée que celle du Conseil électoral supérieur, puisqu’elle leur permet de lister non seulement le citoyen à partir de son numéro d’identité, mais aussi toute sa famille. Leur autre activité est d’enregistrer de nouveaux adhérents. On leur fait remplir un formulaire, sans faire payer d’adhésion ; en revanche, on ne manque pas de noter le numéro de portable du nouvel adhérent, qui sera informé par SMS des prochains meetings. La campagne est centrée sur le bilan économique du parti, et les militants insistent sur l’amélioration de leur niveau de vie qui s’illustre par un meilleur accès aux soins et une meilleure connexion à l’infrastructure routière. Les militants sont très confiants : « ce pays, maintenant, c’est le paradis ». Grâce aux nombreux services rendus par le parti, ils estiment que les Kurdes verront les avantages économiques à voter pour l’AKP. Quant au Saadet, sa permanence était fermée.

À quelques encablures de là, le quarter de Hamidiye offre un contraste saisissant. Une population majoritairement kurde, travaillant dans les industries textiles ou la construction, y habite des immeubles sommaires, souvent construits sans autorisation. Ils ont probablement plus de mal que les sympathisants de l’AKP à obtenir de la mairie un titre de propriété. Il faut tourner un certain temps pour trouver le sommaire local de campagne de la plateforme électorale « travail, démocratie et liberté ». N’espérant pas obtenir les 10% des voix au niveau national nécessaires à toute représentation parlementaire, cette plate-forme alliant le parti pro-kurde BDP à de petites formations de gauche soutient des candidats indépendants : dans cette première circonscription d’Istanbul, c’est Sebahat Tuncel, députée sortante – son immunité lui a évité la prison en 2007 – kurde, alévie, féministe et socialiste. La campagne du BDP tranche avec la machine de campagne et la confiance qui caractérisent l’AKP ; sans financement public, sans accès aux ressources municipales ou départementales – qui distribuent les espaces publicitaires, les moyens restent limités et les pratiques clientélistes ne sont pas envisageables. Ces militants regrettent qu’une grande partie des électeurs kurdes soit attirée par le discours médiatique et le marketing électoral AKP, et se plaignent de la pression exercée par la police. Le 7 juin au matin, dix militants pro-kurdes ont été arrêtés dans le quartier et placés en détention provisoire ; ils ne sont toujours pas revenus. Les militants de la plateforme dénoncent enfin la « discrimination » dont sont victimes selon eux les candidats indépendants : on vote en apposant un tampon sur une longue liste d’options. Or, alors que les partis sont affichés clairement avec leur logo – l’AKP est d’ailleurs en première position -, les candidats indépendants figurent en tout petit, à la fin. Une petite dizaine en tout aux orientations politiques diverses, ils sont difficiles à distinguer, surtout pour des personnes analphabètes. Pour faire passer le message, les militants accolent donc aux affiches électorales des bulletins de vote « remplis » (notre photo). A la différence des partis, les indépendants ne peuvent envoyer les scrutateurs pour surveiller la tenue du scrutin, une fonction rétribuée 47TL (environ 20€). En 2007, le candidat indépendant soutenu par le parti pro-kurde avait obtenu 8% à Sultanbeyli, arrivant en seconde position derrière l’AKP. Les résultats du scrutin du 12 juin seront révélateurs dans cet arrondissement où AKP, Saadet et partis pro-kurdes font systématiquement des scores meilleurs que leur moyenne nationale.


Elise Massicard

Elise Massicard (1976) a fait des études de science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, de turcologie à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, et de sciences sociales à la Freie Universität Berlin. Après un doctorat à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, elle a enseigné à l’Université de Marmara (Istanbul, Turquie). Après son recrutement comme chargée de recherches au CNRS (section 36) en 2003, elle a été rattachée au Centre d’Etudes Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS) à Lille, avant d’être affectée à l’équipe Etudes Turques et Ottomanes à l’EHESS Paris, en 2008. Elle est chercheuse associée au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI, Paris). Ses travaux portent sur la sociologie politique de la Turquie, les mobilisations, et la territorialité politique. Elise Massicard est membre de l’ANR « De la friction culturelle à l’affrontement armé. Seuils, échelles et modalités de conflictualité (Turquie, Iran, Pakistan) », 2007-2009 (UMR Etudes Turques et Ottomanes, EHESS/CNRS/Collège de France). Elle coordonne l’ANR « Ordonner et Transiger: Modalités de gouvernement et d'administration en Turquie et dans l'Empire Ottoman, du XIXème siècle à nos jours », (TRANSTUR), 2008-2011 (UMR Etudes Turques et Ottomanes, EHESS/CNRS/Collège de France). Elle est également membre du projet de recherche coordonné par Claire Visier, « La candidature Turquie à l’Union européenne : La Turquie en réforme ?», Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (2009-2010). Elle est membre fondatrice et membre du comité de rédaction de l’European Journal of Turkish Studies et membre du conseil scientifique de la revue Kırkbudak (Turquie). Elle fait partie du comité de pilotage de l’Institut d’Etude de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM).

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *