L’AKP remporte largement ses troisièmes élections législatives consécutives, mais sans obtenir la majorité des deux tiers


L’AKP a largement remporté les élections législatives du 12 juin 2011, alors que l’on relevait une participation très importante au scrutin (84% des voix). Avec 49,9% de voix, l’AKP est encore au-dessus de ses scores des législatives de 2007 (46,6%) et de 2002 (34,3%) (cf. notre édition du 23 juillet 2007). Son principal adversaire, le CHP progresse lui aussi passant de 20,8% à 25,9%, c’est son meilleur score depuis les élections législatives de 1977. Le parti nationaliste MHP, qui ne paraissait pas assuré de franchir la barre fatidique de 10%, obtient 13% des voix (contre 14,3% en 2007). Enfin, les candidats indépendants présentés pour l’essentiel par le parti kurde BDP, qui totalisent près de 6,6% des voix au niveau national (contre 5,2% en 2007), semblent en mesure d’obtenir 36 sièges.

Comme en 2007, aucun autre parti ne fait un score lui permettant d’être représenté au sein du Parlement, et ceux qui pouvaient nourrir encore quelques illusions à ce sujet sauront désormais à quoi s’en tenir… Le «Demokrat Parti», qui avait eu 5,4% en 2007 disparaît de la vie politique turque avec cette fois 0,70%. Quant aux islamistes du «Saadet Partisi» crédités de 1,25%, alors qu’ils avaient obtenu 2,3% en 2007, ils ne sont pas loin de subir le même sort.

La géographie de ces résultats n’apporte guère de surprises. La victoire n’a échappé à l’AKP que dans 14 départements sur 81. Le CHP l’a emporté dans ses bastions électoraux de Rumeli (Edirne, Tekirdağ et Kırklareli) et de la mer Égée (İzmir et Muğla), en gagnant dans cette dernière région le département d’Aydın et dans le Sud-Est, le département de  Tunceli, dont est originaire son leader, Kemal Kılıçdaroğlu. Le MHP, pour sa part, a perdu les deux départements qu’il avait gagnés en 2007 (Osmaniye, Mersin), mais remporté celui de Iğdır, dans l’extrême Est. Enfin, les candidats indépendants soutenus par le BDP l’emportent dans les départements d’influence traditionnelle de cette formation (Diyarbakır, Batman, Şırnak, Hakkari et Van).

Quatre partis seront donc représentés au parlement, comme cela a été le cas au cours de la législature précédente (2007-2011) : l’AKP, le CHP, le MHP et le BDP. En revanche, la demi-surprise de ce scrutin découle de la répartition des sièges, au sein du parlement. En dépit de sa large victoire et du fait qu’un Turc sur deux a voté pour lui en 2011, l’AKP ne parvient pas à avoir la majorité des deux tiers (367 députés), lui permettant de réviser la Constitution par voie parlementaire. De surcroît, avec 326 sièges, il obtient un score inférieur à celui qu’il avait eu en 2007 (341 sièges). L’AKP ne profite donc ni de sa progression en voix, ni du recul du MHP qui n’aura cette fois que 53 parlementaires dans l’Assemblée (contre 70 en 2007). Les deux bénéficiaires en sièges de cette élection sont, d’une part, le CHP qui passe de 112 à 135 sièges, et d’autre part, le BDP qui pourra semble-t-il compter sur 36 sièges (contre 21 en 2007).

Cette majorité en sièges plus étroite pour l’AKP tient au bon score des candidats indépendants Kurdes dans le sud-est et à la bipolarisation. En effet, compte tenu du mode de scrutin (la proportionnelle de liste départementale), ce dernier phénomène a laminé les petites formations qui sont presque toutes tombées au-dessous de 1%, mais permis au CHP, en progressant sensiblement, de mieux résister qu’en 2007, face à la formation de Recep Tayyip Erdoğan.

La plus grande victoire de l’AKP à ce jour, lors d’élections générales, aura donc un goût d’inachevé pour le premier ministre turc. En effet, avec 326 députés, la formation majoritaire, non seulement ne pourra compter sur la majorité de 367 députés, lui permettant de conduire une révision constitutionnelle par voie parlementaire, mais elle n’aura pas non plus la majorité de 330 sièges, l’autorisant à demander la tenue d’un référendum pour faire adopter une révision votée par le parlement. On se souvient que, l’année dernière, l’AKP avait suivi cette procédure (cf. notre édition du 23 avril 2010) et fini par faire ratifier par le peuple, le 12 septembre 2010 (cf. notre édition du 13 septembre 2010), une révision constitutionnelle restructurant la hiérarchie judiciaire. Ainsi, il sera moins facile techniquement à l’AKP de changer la Constitution dans cette assemblée, que dans la précédente.

Recep Tayyip Erdoğan, qui avait demandé, il y a une semaine aux électeurs turcs de lui donner 367 députés pour éviter d’avoir à recourir au référendum (cf. notre édition du 6 juin 2011), a donc pris acte de cette situation. Du balcon du siège de son parti, s’adressant à une foule enthousiaste, il a déclaré notamment :

« Notre peuple nous a demandé de faire une nouvelle Constitution. Et il nous a adressé un message qui nous demande d’élaborer cette Constitution par la voie du consensus et de la négociation… Nous allons débattre de cette nouvelle Constitution avec les partis d’opposition, avec les organisations de la société civile et des universitaires. »

Estimant que cette nouvelle charte fondamentale sera celle «des Turcs, des Kurdes» et des minorités y compris «les Roms», et faisant implicitement allusion aux critiques qui pendant la campagne, lui avaient reproché une tendance à l’autoritarisme, il a conclu : «Nous continuerons à servir le peuple, pas à le dominer.»

Cette majorité large mais malgré tout raisonnable devrait calmer les appréhensions des observateurs, qui redoutaient que l’AKP, puisse se retrouver dans la situation d’abuser des énormes pouvoirs qu’il accumulés depuis 8 ans, si jamais il obtenait les 367 députés nécessaires pour procéder seul à une révision ou à un renouvellement de la Constitution. En réalité, l’issue des élections laisse malgré tout subsister une opposition kémaliste dont le score honorable confirme celui obtenu en mars 2009, lors des dernières élections locales. Kemal Kılıçdaroğlu, tout en félicitant l’AKP de sa victoire, a tenu à rappeler «qu’il y aurait désormais une opposition plus forte», et promis que le CHP deviendrait un jour le parti gouvernant. Une promesse compréhensible en la circonstance, mais que le score actuel du CHP ne permet absolument pas. Car le parti kémaliste a obtenu deux fois moins de voix que l’AKP, en dépit de la forte polarisation des électeurs.

Ainsi, en dépit des obstacles techniques constitutionnels qui se maintiennent sur sa route, l’AKP, du fait de sa large victoire, a accru dimanche sa légitimité à relancer l’élaboration d’une «Constitution civile». Mais s’il ne veut pas que ce projet s’enlise, comme ce fut le cas au cours de la législature précédente, le parti majoritaire devra retrouver une attitude plus modeste et rechercher des alliés au sein du Parlement…

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Yalcin dit :

    C’est certainement le meilleur résultat qui pouvait arriver.
    La victoire de l’AKP n’est suffisante ni pour faire une nouvelle constitution sans référendum, ni pour la faire seule et la soumettre au peuple par référendum.
    Et en même temps, la victoire de l’AKP est suffisante pour éviter une coalition qui remettrai la Turquie au même niveau qu’avant 2002.

    C’est bien car Erdogan est obligé de négocier la nouvelle constitution avec l’opposition, et du coup ça évitera les commentaires sur son autoritarisme.

    Fethullah Gulen disait qu’il espérait une victoire de l’AKP sans avoir la majorité des 2/3, et nous étions beaucoup a espérer un résultat de ce type.

    Ouf….soulagement :)

  1. 8 février 2012

    […] L’AKP remporte largement ses troisièmes élections législatives consécutives, mais sans obt… […]

  2. 2 juin 2013

    […] a été élu démocratiquement à trois reprises et à chaque fois de manière plus confortable (49,9% des voix en 2011). Ce gouvernement issu des urnes peut se vanter de beaux succès économiques avec une croissance […]

  3. 4 juin 2013

    […] a été élu démocratiquement à trois reprises et à chaque fois de manière plus confortable (49,9% des voix en 2011). Ce gouvernement issu des urnes peut se vanter de beaux succès économiques avec une croissance […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *