La Turquie réagit avec prudence au discours de Bachar el-Assad annonçant l’ouverture d’un dialogue national en Syrie

Alors que, le 18 et le 19 juin, les forces armées syriennes ont attaqué un village qui se trouve à peine à 20 kilomètres de la frontière turque, et que le nombre des réfugiés ayant passé cette frontière serait désormais de 11 000, les relations turco-syriennes sont de plus en plus complexes, voire schizophréniques. En effet, le gouvernement turc, sans rompre avec le régime de Damas tient désormais à son égard des propos particulièrement sévères. La semaine dernière, Recep Tayyip Erdoğan, s’en est même pris au frère cadet du président syrien, Maher el-Assad, qui est à la tête de la garde républicaine, en qualifiant de «sauvagerie» la répression qui tente actuellement de venir à bout d’une révolte qui dure depuis trois mois. Pourtant, à la différence de la position adoptée à l’égard de Mouammar Kadhafi, Ankara n’a pas coupé les ponts pour autant avec le régime baasiste, et ne demande pas (encore) le départ de Bachar el-Assad.

Au cours de la semaine passée, notamment le 14 juin 2011, Recep Tayyip Erdoğan a  eu un nouvel entretien téléphonique avec le leader syrien, au cours duquel il lui a demandé de mettre en place un programme de réformes et d’arrêter la répression. Le 16 juin, Damas, pour sa part, a dépêché à Ankara un émissaire, Hassan Turkmani, qui a rencontré le premier ministre et son ministre des affaires étrangères, et s’est vu signifier un appel à la réforme ayant des allures d’ultimatum. L’annonce, le 20 juin, par le président Bachar el-Assad, de l’ouverture d’un dialogue national et de transformations pouvant conduire à la fin du système de parti unique, voire à la tenue d’élections, a été accueilli avec prudence par les autorités turques.

Recep Tayyip Erdoğan n’a certes pas encore réagi, mais il a eu dans la soirée du 20 juin, un échange téléphonique avec Barack Obama. De son côté, le ministère des affaires étrangères a soufflé le chaud et le froid. Il a estimé en particulier que l’annonce de réformes était certes positive, mais a relevé aussi l’absence de feuille de route précise pour conduire le changement proposé et regretté les propos du président syrien qui ont dénoncé les manifestants comme des «saboteurs» ou des comploteurs à la solde de l’étranger. Le président Abdullah Gül, quant à lui, forçant peut-être un peu la main à son premier ministre, a réagi de façon beaucoup plus tranchée, en déclarant que son homologue syrien n’était pas allé assez loin et qu’il devait clairement se prononcer en faveur de l’instauration d’un régime multi-partisan.

En ayant gardé le contact avec le régime de Damas, la Turquie se trouve donc toujours dans une position, qui peut lui permettre de jouer un rôle important dans l’hypothèse où une réelle sortie de crise négociée se dessinerait en Syrie. Mais, il ne faut pas négliger non plus le fait que le climat des relations entre les deux pays a beaucoup changé depuis la mi-mai, époque à laquelle Recep Tayyip Erdoğan rendait encore compte, on s’en souvient, de ses conversations téléphoniques avec «son ami», Bachar el-Assad. Car si côté turc la rhétorique amicale et les embrassades ne sont plus de mise, côté syrien, le ton et le comportement ont aussi évolué.

Le revirement a commencé début juin, lorsque la Turquie a autorisé la tenue, à Antalya, d’une réunion de l’opposition syrienne. Depuis, les médias officiels syriens reprochent de plus en plus clairement à Ankara non seulement de soutenir les insurgés, mais aussi de leur fournir des armes. Il y a une semaine, le 12 juin, une manifestation favorable au régime baasiste s’en est prise, à Damas, à l’Ambassade de Turquie, brisant les panneaux d’affichages de sa représentation diplomatique, et tentant même d’arracher le drapeau turc pour lui substituer un drapeau syrien. Ce rassemblement probablement organisé avec le consentement du régime, voire à son instigation, a certes été contenu par les autorités syriennes, qui ont exprimé des regrets officiels. Mais il est significatif d’un changement de position à l’égard de la Turquie, qui a été évoqué de façon encore plus explicite, au même moment, par des personnalités syriennes, soutenant le régime de Damas. Dans un article publié, la semaine dernière, dans le quotidien d’Abou-Dhabi, « The Independent »,  l’une d’entre elles estime que la révolte en Syrie fait partie d’un complot dont la Turquie serait l’acteur principal, et qui viserait à mettre la région sous domination occidentale, comme à l’époque ottomane finissante. Outre cette stratégie néo-ottomaniste, le même article reproche à Ankara son appartenance à l’OTAN. Cette instrumentalisation occidentale de la Turquie serait motivée par le fait que le gouvernement de l’AKP représenterait une version modérée et sûre de l’islam. Plus menaçant, l’article annonce que le complot va échouer, en lui opposant le soutien que l’Iran et le Hezbollah libanais peuvent apporter à la Syrie.

Certes, il y a peu de chances que les dirigeants et les peuples arabes soient convaincus de l’existence du complot turc, dénoncé par Damas, mais ils peuvent s’interroger sur les conséquences de l’ascension irrésistible de la Turquie dans la région. Car, même si cela n’est pas le résultat d’une stratégie impérialiste délibérée, Ankara apparaît de fait comme l’un des premiers bénéficiaires du printemps arabe, en étant devenu, en quelques mois, la seule puissance économiquement et politiquement stable de la région. En effet, l’Égypte est actuellement encore à la recherche de son avenir. L’Arabie Saoudite et les monarchies du Golfe ont écrasé la rébellion au Bahreïn, sous l’œil critique d’Ankara renforcée dans son image de pays sunnite tolérant. Le régime iranien connaît des divisions internes et n’est pas à l’abri d’une réactivation de la Révolution verte qui l’avait secoué l’an passé. Que la Turquie le veuille ou non, du fait de la l’affaiblissement de ses voisins, elle fait figure de puissance potentiellement influente et dominatrice. Et, on voit bien que Damas a cherché ces derniers temps à tourner cette situation à son profit, en réactivant la peur d’un néo-impérialisme ottoman, et en tentant de transformer le modèle turc en tête de Turc…

Dès lors, on comprend que la crise syrienne soit délicate à gérer pour Ankara, et amène à s’interroger sur la pertinence de la politique turque de bon voisinage développée, ces dernières années, par Ahmet Davutoğlu. Pour les adversaires du gouvernement, cette politique contrevient à un précepte de base de la diplomatie turque d’antan, qui voyait dans ses voisins, un Orient compliqué et dangereux dont il valait mieux se tenir éloigné. Pour les milieux pro-gouvernementaux, au contraire,  le contexte actuel prouverait la pertinence de cette stratégie, car il ouvrirait un rôle de médiateur potentiel à la Turquie, et confirmerait son rôle de puissance incontournable pour la stabilité de la région.

Quoi qu’il en soit le gouvernement turc devra jouer serré dans les prochains jours, en proposant ses bons offices, sans apparaître pour autant comme le nouveau gendarme du Proche-Orient. De façon très significative, le conseiller spécial du Président Gül, Erşat Hürmüzlü a provoqué une polémique pour avoir déclaré, le 19 juin, à la chaine de télévision Al-Arabiya de Dubaï, que «Bachar El-Assad avait moins d’une semaine pour entamer les réformes demandées par les manifestants syriens, avant qu’une intervention internationale ne soit lancée». Des propos que finalement leur auteur a préféré corriger, en précisant à l’agence «Anatolia» qu’il n’avait pas prétendu «reconstruire la maison des autres», et que les transformations à entreprendre restaient évidemment le problème des Syriens eux-mêmes.

Jean Marcou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *