L’attentat de Güngören, à Istanbul, survient dans un contexte politique tendu.

Il était environ 22 heures, dimanche soir, quand une première bombe, dissimulée dans une poubelle, a explosé dans le quartier populaire animé de Güngören, sur la rive européenne d’Istanbul. La panique et l’horreur ont envahi les lieux de la catastrophe, malgré l’intervention rapide des secours et de la police. L’attroupement provoqué par la première explosion a été frappé, douze minutes plus tard, par l’explosion d’une seconde bombe, beaucoup plus puissante que la précédente, cachée également dans une poubelle, à seulement 50 mètres du lieu de la première déflagration. Le premier bilan faisait état de 15 morts et de 154 blessés, dont une trentaine seraient, selon la direction de l’hôpital Kolon de Güngören, dans un état critique.

L’attentat n’a pas été revendiqué, mais des méthodes similaires ont été utilisées auparavant par le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). Le gouverneur d’Istanbul, M. Muammer Güler, a déclaré n’avoir «aucun doute» sur le caractère terroriste de cette attaque sur le sol turc, la plus meurtrière depuis la vague d’attentats islamistes survenues, à la fin de l’année 2003. «Il y a eu deux bombes (…) Toutes deux étaient disposées dans des poubelles. Elles ont explosé avec 10 à 12 minutes d’intervalle. Après la première explosion, les gens se sont bien sûr rassemblés et c’est alors qu’est survenue la deuxième explosion, qui a fait des morts» a déclaré M. Güler, à l’agence de presse turque «Anatolie». Toutefois, il n’a pas affirmé avec certitude que le PKK était l’auteur de ces attentats et a estimé qu’il était trop tôt pour se prononcer. La police semble cependant privilégier la piste des rebelles kurdes, selon les dires de la chaîne NTV. Le PKK, pour sa part, a démenti être à l’origine de cet attentat.

Les principaux dirigeants politiques turcs se sont exprimés tour à tour pour condamner unanimement ces attaques. Le président Abdullah Gül a ainsi déploré ce «désir inhumain de cruauté et de violence», tout en rappelant qu’ «aucun objectif ne peut être atteint par la violence en tuant des innocents, ni par le terrorisme».

Cet attentat intervient dans un contexte politique national très tendu. La procédure de dissolution de l’AKP est entrée, en effet, depuis lundi matin, dans sa phase décisive. À Ankara, la Cour constitutionnelle va débuter une série de délibérations qui pourraient aboutir à la dissolution du parti au pouvoir. Il faut ajouter à cela les récents développements de l’affaire «Ergenekon» et la vague d’arrestations du 1er juillet (cf. notre édition du 2 juillet) qui a vu l’interpellation de 23 personnes par les services de police, notamment de personnalités de premier plan.

Sur fond de guerre larvée entre l’establishment laïque et le gouvernement de l’AKP, ce double attentat soulève bien des questions. À qui profite le crime ? Le travail des enquêteurs est d’ores et déjà très attendu, mais la voie est étroite dans un contexte où l’attitude de la police est suspecte pour certains, après des arrestations jugées arbitraires dans l’affaire «Ergenekon», et où la justice est accusée de jouer le jeu de l’opposition, suite à la procédure de dissolution de l’AKP ? Le PKK pourrait, à cette occasion, redevenir le vieil ennemi commun dont tout le monde a besoin pour tenter de rétablir une union sacrée…

En attendant, le bilan de l’attentat de Güngören risque de s’alourdir rapidement, d’après les dernières nouvelles en provenance des différents hôpitaux de la ville, et les populations civiles réclament des informations fiables et des réponses plausibles. La cellule de crise, mise en place par le gouvernorat d’Istanbul, devra s’acquitter d’une tâche difficile. Le pays est plus que jamais sous tension, et les prochains développements de l’actualité judiciaire et politique, déjà très chargée, sont plus que jamais attendus.
Bastien Alex


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *