Le général Ilker Başbuğ, nouveau chef d’état-major de l’armée turque.


Le général Ilker Başbuğ, qui commandait jusqu’à présent l’armée de terre, a accédé, lundi 4 août, au poste de chef d’état major, à la suite d’une réunion du haut conseil militaire (YAS). La décision a été confirmée par le président Abdullah Gül. Ilker Başbuğ devrait occuper cette fonction pendant deux ans. Âgé de 63 ans, ce général, considéré comme un défenseur sans concessions des valeurs républicaines et de la laïcité, prend ainsi la tête de la deuxième armée de l’OTAN (derrière celle des États-Unis), en termes d’effectif (600 000 hommes). Cette nomination intervient quelques jours après le verdict de la Cour constitutionnelle dans le procès qui visait à faire interdire l’AKP et ses principaux leaders, dont le président de la République et le premier ministre, pour activités antilaïques.

Considéré par beaucoup d’observateurs comme un «faucon kémaliste», Ilker Başbuğ succède ainsi au général Yasar Büyükanıt, de deux ans son aîné, dans un contexte politique très tendu, dominé ces derniers jours par la décision de la Cour constitutionnelle de ne pas interdire l’AKP (cf. notre édition du 1er août 2008) l’affaire Ergenekon (dont les investigations ont conduit à l’arrestation de plusieurs généraux à la retraite), ainsi que l’attentat du 27 juillet dernier qui a fait 17 victimes et 154 blessés. Le problème crucial est, en réalité, l’évolution des relations entre le gouvernement et l’armée, et en particulier la guerre sourde que se mènent ces deux protagonistes, depuis que l’AKP est arrivé au pouvoir en 2002. Le général Yaşar Büyükanıt, lui aussi considéré comme un «dur», par rapport à son prédécesseur, le général Hilmi Özkök, perçu comme un modèle de modération, n’a cessé pendant deux ans de multiplier les mises en garde à l’encontre de l’AKP et du gouvernement, en rappelant le caractère fondamental du principe de laïcité. À plusieurs reprises, à l’occasion des multiples rebondissements de l’élection présidentielle, en 2007, l’ancien chef d’état major avait pris très explicitement position, pour dissuader l’AKP de présenter un candidat.

Pour sa part, avant d’accéder au commandement suprême, le général Ilker Başbuğ s’est fait connaître des médias en dirigeant les opérations menées en 2007-8, à la frontière irakienne, contre les rebelles kurdes du PKK. À cette occasion, il a largement confirmé sa réputation de militaire froid et pragmatique, illustrée notamment par une déclaration visant Hakkari, qui l’avait vu dire qu’il y avait, dans cette ville de peuplement kurde proche de la frontière irakienne, «des microbes devant être nettoyés». La déclaration en question concernait, en fait, plus particulièrement le maire de la ville, soupçonné par l’armée d’entretenir des liens avec le PKK. Toutefois, si le nouveau chef d’état major est surnommé «le guerrier de glace», il est aussi considéré comme un plus fin diplomate que son prédécesseur. Il devra en tout cas composer avec le premier ministre, Recep Tayyip Erdoğan, qui aurait préféré, quant à lui, voir le chef de l’armée de l’air, le général Aydoğan Babaoğlu, prendre la tête des armées. Le chef du gouvernement ne s’est cependant pas opposé à la décision du haut conseil militaire. «Le gouvernement n’a pas pris de risque, cela aurait pu créer de nouvelles tensions politiques», a commenté à ce propos, Lale Sarıibrahimoğlu, une journaliste spécialiste des questions de défense.

Quoi qu’il en soit, la coopération et l’entente entre le premier ministre et le général fraîchement nommé, devrait en grande partie déterminer l’ambiance et l’atmosphère politique des prochains mois. Si Ilker Başbuğ est considéré comme quelqu’un de plus discret, qui apprécie moins les caméras de télévision que son prédécesseur, il n’en demeure pas moins un fervent défenseur de la république kémaliste et n’hésitera pas à prendre fermement position et à agir, le cas échéant. Il a d’ailleurs souvent réaffirmé l’importance des militaires dans la vie politique turque. «Les forces armées turques ont toujours défendu et défendront toujours l’État nation, l’État unitaire et l’État laïque», avait-il déclaré, en 2006, répondant ainsi aux critiques de l’UE, reprochant à l’armée de freiner la démocratisation du pays.

Il est ici nécessaire de rappeler qu’en Turquie, l’armée a conduit trois coups d’État (en 1960, 1971 et 1980) et qu’elle a provoqué la démission, en 1997, du premier ministre islamiste, Necmettin Erbakan, au terme d’une manœuvre, connue sous le nom de «coup d’état post moderne». Bien que les interférences politiques militaires soient aujourd’hui moins nombreuses et moins virulentes qu’il y a quelques années, l’armée conserve une certaine aura et jouit toujours d’une grande popularité. L’UE ne voit donc pas d’un bon œil la place qui est celle des militaires sur la scène politique turque, même si elle apprécie que l’influence de ceux-ci ait pu être atténuée, à l’issue des réformes adoptées, depuis 2001, par la Turquie en vue de son adhésion.

Ilker Başbuğ aura donc fort à faire en cette période de tensions. Si la tendance à l’apaisement, semble de mise actuellement, la méfiance des militaires reste importante et l’AKP devra se montrer très prudent s’il ne veut pas voir le climat se dégrader davantage. Les développements à venir de l’affaire Ergenekon devraient notamment fournir des indications précieuses, quant à l’état des relations entre l’armée et le gouvernement.
Bastien Alex


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *