La visite en Turquie du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, s’est achevée sur un bilan mitigé


La diplomatie turque est à l’heure actuelle en pleine mutation. Ce changement est attesté par une série de coups d’éclat récents, qui ont vu la Turquie faciliter la rencontre de plusieurs pays ou instances en conflit au Moyen-Orient (Syrie et Israël, Syrie et Liban, Fatah et Syrie…). Dans la même perspective, on observe qu’Ankara entend jouer un rôle actif pour faciliter le règlement de la question nucléaire iranienne, en essayant de trouver une alternative aux pressions du Conseil de Sécurité de l’ONU, concentrées principalement sur l’exigence de cessation des activités d’enrichissement d’uranium par l’Iran. Le fait que cet enrichissement donne les moyens aux pays qui y procèdent d’accéder à la détention de l’arme atomique est, on le sait, la principale cause de l’hostilité des puissances occidentales à l’égard du programme nucléaire iranien. Dans un esprit d’ouverture, le ministre turc des Affaires étrangères, Ali Babacan, a plusieurs fois confirmé le rôle informel « de consolidation et de facilitation » que la Turquie peut jouer sur ce dossier, à la demande des parties, sans pour autant ambitionner de devenir un médiateur officiel (ce qui aurait pour effet de perturber les procédures juridiques déjà entamées).

Au cours du mois de juin 2008, les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU (Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Etats-Unis) ainsi que l’Allemagne (associée aux discussions) ont lancé un plan dit de «gel contre gel». Ceux que l’on appelle désormais les «Six» ont en effet proposé à l’Iran la tenue de pourparlers préliminaires sur ses activités nucléaires, à condition que celui-ci gèle, à leur niveau actuel, ses activités d’enrichissement d’uranium. En échange, les «Six» se sont engagés à suspendre, à leur tour, la prise de nouvelles sanctions à l’encontre de Téhéran. Javier Solana, le Haut représentant pour la politique étrangère de l’UE, a parallèlement présenté une panoplie de mesures incitatives décidées par les «Six», en particulier une aide au développement du nucléaire civil. Toutefois, l’Iran continue de refuser la cessation de ses activités d’enrichissement d’uranium, considérant qu’il y a là pour lui un droit qui ne peut s’effacer devant des demandes occidentales perçues comme «injustes et autoritaires», car violant sa souveraineté même. Cette position sans nuances n’a pas empêché Téhéran de rappeler, à plusieurs reprises, notamment par la voix de son représentant à l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), Ali Asghar Soltanieh, qu’il n’excluait pas la discussion, voire la négociation.

Dans un tel contexte, la Turquie cherche à faire accepter l’idée qu’une «troisième voie» est possible. Baptisée désormais «l’option turque», celle-ci fait, en réalité, de la promotion des négociations pacifiques et de l’utilisation de tous les moyens diplomatiques, son axe principal pour résoudre le problème ; ce qui exclue donc la poursuite de l’intensification des sanctions et la menace d’une intervention militaire. Cette approche, qui est par ailleurs soutenue par la Russie, reflète bien le fond de la position turque sur la question nucléaire dans la région. Certes, Ankara se déclare contre la prolifération des armes nucléaires, mais s’inquiète des dérives auxquelles pourrait conduire une opposition systématique du Conseil de Sécurité à l’enrichissement d’uranium. La Turquie défend, en effet, le droit, pour tous les pays qui le souhaitent, d’acquérir l’énergie nucléaire, à condition que ce droit s’exerce dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire et sous la surveillance de l’AIEA. Elle refuse toutefois que l’invocation du risque de prolifération nucléaire devienne une sorte de prétexte international pour empêcher les pays, qui le souhaitent, de produire de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. Il faut dire que la Turquie s’intéresse, elle-aussi, à l’énergie nucléaire ; cela afin de réduire sa dépendance à l’égard des sources étrangères et de diminuer sa facture énergétique. Plus généralement, concernant le problème nucléaire iranien, Ankara ne souhaite pas voir s’aggraver, à ses frontières, un conflit latent (mettant aux prises Israël, les Etats-Unis et l’Iran) dont elle risquerait d’être la première victime au sein d’un Moyen-Orient déjà fortement déstabilisé.

La visite de Mahmoud Ahmadinejad à Istanbul, du 14 au 16 août 2008, pour une réunion de travail avec les dirigeants turcs, a été d’abord l’occasion de parler du différend qui oppose l’Iran aux pays occidentaux sur la question nucléaire. Même si le président iranien s’est dit satisfait du cours que prenaient actuellement les discussions sur ce dossier, les résultats de sa visite en Turquie, peuvent paraître globalement décevants. Le Président turc Abdullah Gül avait pourtant tenu à souligner que s’ouvrait, pour l’Iran, l’opportunité de mettre fin au conflit qui l’oppose aux pays occidentaux et aux organisations internationales concernées (ONU, AIEA), en utilisant les six semaines qui lui étaient offertes pour repenser la pertinence de la position qu’il défend depuis cinq ans. La diplomatie iranienne a estimé, quant à elle, que six semaines étaient insuffisantes pour procéder à un tel réajustement, suscitant la déception de ses interlocuteurs internationaux, peu optimistes pour la suite des évènements. Les autorités turques, pour leur part, sont restées plus circonspectes, à l’issue de cette visite, parlant d’un «manque de compréhension des réalités» de la part de leurs homologues iraniennes. Les commentateurs turcs ont notamment expliqué l’absence de concession du président Mahmoud Ahmadinejad par l’existence de rivalités, au sein de l’administration iranienne, alors même que des élections se profilent, pour l’année 2009. Cette visite du président iranien a cependant été l’occasion pour la Turquie de négocier des contrats d’exploitation et de production de gaz. Mais, même sur ce point, le bilan est maigre, des divergences techniques ayant, semble-t-il, bloqué un développement de la coopération entre les deux pays. Rappelons tout de même que la Turquie et l’Iran avaient signé un mémorandum de compréhension le 13 juillet 2007, permettant à la TPAO, la compagnie pétrolière turque, de pomper 20 millions de mètres cubes de gaz naturel en provenance du gigantesque champ d’exploitation Pars Sud. Ce mémorandum a été finalement gelé, en l’absence d’un accord véritable sur le montant des investissements à réaliser.

Pendant sa visite, Mahmoud Ahmadinejad a évoqué d’autres questions internationales intéressant la région. Il a, d’abord, réaffirmé son opposition au gouvernement israélien, qualifié de «sioniste» et de «belliqueux». Interrogé, également, sur la possible présence de soldats iraniens sur le sol irakien, lors d’un éventuel retrait des Américains, Mahmoud Ahmadinejad a démenti, tout en déclarant que les puissances régionales devraient apporter sécurité et intégrité à l’Iraq, dans une telle hypothèse. Le président iranien s’est exprimé, par ailleurs, sur la candidature turque à l’Union européenne, pour la soutenir et l’encourager, mais aussi pour déplorer les réticences à son égard de certains Etats européens qui, selon lui, semblent ne pas comprendre que la Turquie a vocation à être un pont entre l’Europe et le Moyen Orient. Il a souligné encore que l’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie partagent la même histoire et qu’à ce titre, elles devraient travailler ensemble sur les principaux dossiers politiques, économiques et culturels.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *