La guerre en Géorgie repose la question du statut des détroits


L’envoi en mer Noire de trois navires américains, dans le cadre d’une mission humanitaire à destination de la Géorgie, relance actuellement la fameuse question du statut des détroits turcs (Bosphore et Dardanelles), dans un contexte où Washington entend manifester sa présence dans la région. En effet, cet envoi avait été précédé par une tentative américaine de faire passer, par les détroits en question, deux navires militaires hôpitaux, dont le tonnage total excédait 70 000 tonnes, alors même que, selon les termes du traité de Montreux, un État non riverain ne peut maintenir, sur la mer Noire, qu’une flotte de 45 000 tonnes au maximum. Bien que le gouvernement turc ait demandé à Washington le respect de cette limitation et l’ait obtenu, puisque les trois nouveaux navires envoyés respectent le tonnage imposé, cette affaire a ravivé les débats sur les conditions de passage dans les détroits et l’hypothèse d’une modification du traité qui les régit depuis 1936.

Le Bosphore et les Dardanelles contrôlent une voie maritime essentielle, qui relie la Méditerranée à la mer Noire (via la mer de Marmara). Ils ont été au cœur de la «Question d’Orient» jusqu’au début du XXe siècle, puis des relations difficiles de la Turquie et de l’URSS, pendant la guerre froide. Dès le XIXe siècle, les puissances occidentales essayent de contrôler ces détroits par une présence permanente et, au début de la Première guerre mondiale, elles tentent d’enlever en vain les Dardanelles aux troupes ottomanes commandées par Mustafa Kemal, dont la résistance est plus que jamais exaltée, en Turquie, à l’heure actuelle. À l’issue de la défaite ottomane, le traité de Sèvres internationalise ces détroits, mais après la guerre d’Indépendance, le traité de Lausanne les rend à la Turquie, en les démilitarisant sous le contrôle d’une commission internationale. Si ces détroits appartiennent au domaine maritime international, la navigation y est réglée par le traité de Montreux du 20 juillet 1936. Ce dernier garantit, en temps de paix, la liberté de navigation. Le passage des navires de guerre est néanmoins soumis à des conditions et à des limitations de tonnage (cf. ci-dessus). Écartant, il y a quelques jours, l’hypothèse d’une quelconque remise en cause du traité de Montreux, en dépit des commentaires suscités par les événements de Géorgie et par le problème du passage des navires américains, le président turc, Abdullah Gül, a déclaré :

«Ce traité a concouru depuis plus de 70 ans à la paix et à la stabilité, il doit donc rester en l’état.»

Depuis la conclusion de cette convention, ce n’est pourtant pas la première fois que la question des détroits turcs est posée. À l’issue de la Seconde guerre mondiale en effet, l’URSS avait demandé une révision du traité de Montreux, souhaitant même pouvoir disposer d’une base aéronavale, à Istanbul. Cette prétention soviétique fut l’une des causes, qui précipita le ralliement d’Ankara au bloc occidental et son adhésion plus tard à l’OTAN. Depuis la fin du monde bipolaire, le développement du commerce international et l’ouverture de nouveaux couloirs pétroliers ont conduit à poser la question de la sécurité du trafic maritime empruntant les deux détroits, en particulier de celui du Bosphore qui traverse une conurbation de plus de 20 millions d’habitants. Un cinquième des navires qui passent par les détroits turcs transporte, en effet, des matières dangereuses et, en 1994, une catastrophe n’a été évitée que de justesse, après la collision de deux pétroliers au cœur d’Istanbul. Ce paramètre a été l’un des arguments qui a contribué à exclure, il y a quelques années, l’option de la voie russe pour l’évacuation du pétrole et du gaz de la Caspienne. Acheminées jusqu’à des ports russes de la mer Noire, ces derniers auraient emprunté par la suite les détroits turcs pour accéder à la Méditerranée. Paradoxalement à cette époque, ce sont les Turcs qui se retrouvent en position de requérir un amendement du traité de Montreux…

Pourtant, tout en souhaitant un renforcement des exigences pour les navires présentant des risques environnementaux, le gouvernement turc se garde bien alors de demander une révision formelle du traité de Montreux. Compte tenu des développements historiques, évoqués précédemment, on comprend pourquoi. Prolongement du traité de Lausanne, cette convention, qui a finalement évité une mainmise étrangère sur les détroits, ce qui a souvent été la règle ailleurs (Gibraltar, Suez, Aden, Panama…), est en Turquie, considérée comme un élément lié à l’indépendance de l’État nation moderne, à bien des égards, comparable (pour «l’establishment polico-militaire» en particulier) aux principes fondamentaux de la république. Ce n’est pas par hasard que l’on a vu, ces derniers jours, des ténors du CHP s’inquiéter du respect du traité de Montreux et demander sa plus stricte application, en soupçonnant le gouvernement de l’AKP de vouloir l’assouplir sous les pressions de Washington (ce qui ne semble pas avoir été le cas jusqu’à présent).

Il reste qu’avec la guerre en Géorgie, la perspective d’un retour d’une partie des données de la guerre froide place la Turquie dans une situation délicate vis-à-vis de la Russie, un pays où elle exporte massivement, dont elle dépend pour une part importante de son approvisionnement énergétique (gazier, notamment) et qui voit d’un mauvais œil la prétention des Etats-Unis d’accroître leur présence en mer Noire. Le débat n’est pas nouveau. En juin 2007, lors du 15e sommet de l’organisation de Coopération Economique de la Mer Noire (CEMN), à Istanbul, la Turquie et la Russie avaient paru converger pour contenir la volonté des Américains d’étendre leur influence en mer Noire. Les Turcs avaient estimé, à cette époque, que le projet américain d’une flotte sous commandement de l’OTAN, en mer Noire, ne répondait à aucun besoin réel. Cette inquiétude convergente de Moscou et d’Ankara, quant à la présence américaine en mer Noire, avait aussi vu la constitution, pendant le sommet de la CEMN, d’un front commun turco-russe, pour marginaliser l’initiative roumaine (soutenue par les Occidentaux) de Forum de la mer Noire (cf. notre édition du 13 août 2007). Dans un contexte où la candidature turque à l’UE connaissait de sérieux déboires et où les relations turco-américaines paraissaient particulièrement détériorées par la question kurde, ces événements ont amené nombre de commentateurs à évoquer alors la constitution d’un axe turco-russe, au sein du nouvel ordre international.

À l’époque de ce sommet d’Istanbul, le conflit d’Ossétie du Sud paraissait fossilisé pour longtemps, à l’instar d’un certain nombre d’autres dans la région. La violente réaction russe à la décision géorgienne de reprendre par la force le contrôle de sa province dissidente, change la donne pour les Turcs. Non seulement cet événement a rappelé à ces derniers la fragilité politique de la région dans laquelle ils vivent, mais il tend maintenant à remettre en cause l’atout stratégique que la Turquie a tiré, ces dernières années, de sa position géographique au débouché des nouveaux couloirs énergétiques venant de la Caspienne. Ankara essaye donc de sauver ce qui peut encore l’être en activant les relations et la coopération entre les pays de la zone qui ont des intérêts convergents. Ainsi la venue à Istanbul, du président roumain, Traian Basescu, a été pour la Turquie, non seulement l’occasion de partager une communauté de vue sur le règlement du conflit en Géorgie (application du cessez-le-feu, respect de l’intégrité du territoire géorgien) mais aussi le début d’une offensive diplomatique visant à faire savoir que le couloir pétrolier et gazier caucasienne restait viable.

Toutefois, en mer Noire, la Turquie est placée plus que jamais en position de gardienne des détroits. Elle risque donc d’avoir fort à faire pour maintenir sa crédibilité de médiateur et d’acteur majeur de la coopération régionale. Certes, la réglementation du traité de Montreux constitue encore actuellement un atout appréciable qui lui permet de se poser en arbitre, mais elle ne fait pas pour autant de ce pays qui reste membre de l’OTAN, un acteur neutre, dans un contexte où de surcroît Ankara, quelque soit son désir de s’extraire de la rivalité qui oppose Moscou à Washington, ne peut pas voir, sans une certaine inquiétude, la réaffirmation de la présence militaire russe à ses frontières.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 mars 2014

    […] pendant plusieurs semaines), avait affecté une posture assez circonspecte (cf. nos éditions du 25  août 2008  et du 30 août […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *