Après le conflit en Géorgie et les reconnaissances russes, la politique étrangère turque traverse une passe délicate


La Turquie, qui entend amener la Russie et les 3 pays du Caucase (Géorgie, Arménie et Azerbaïdjan), autour d’une même table, pour discuter d’une plate-forme de coopération et de stabilité, a reçu, le 29 août 2008, la visite du ministre azerbaïdjanais des affaires étrangères. Elle devrait avoir, dès la semaine prochaine, celle des ministres russe et géorgien des affaires étrangères, qui se croiseront en territoire turc mais ne devraient pas s’y rencontrer. Depuis la reconnaissance de l’indépendance de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie par le Parlement russe, Ankara, qui, après la guerre en Géorgie a essayé de se poser en médiateur du conflit, se retrouve dans une position particulièrement délicate, Et ce pour deux raisons principales.

En premier lieu, sur les plans politique et économique, le conflit géorgien a porté un coup aux atouts de la Turquie dans la région. La Géorgie est, en effet, le pays du Caucase avec lequel elle a entretenu les meilleures relations, depuis la fin du monde bipolaire. Avec l’oléoduc BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) et le gazoduc BTE (Bakou-Tbilissi-Erzurum), Tbilissi a pris une importance capitale pour le projet turc consistant à devenir la grande porte énergétique du Proche-Orient. Or, aujourd’hui, alors même que la Turquie ne peut pas ne pas défendre l’intégrité territoriale de son ami géorgien, elle doit, dans le même temps, ménager un voisin russe, chez qui elle exporte de façon croissante, de qui dépend une partie importante de son approvisionnement énergétique et qui est son principal interlocuteur dans la cadre du développement de l’organisation de coopération économique de la mer Noire (une instance, qui a récemment connu une montée en puissance, cf. notre édition du 13 août 2007). Cette mansuétude turque à l’égard de la Russie intervient, de surcroît, dans un contexte où les relations turco-occidentales traversent une période agitée. Alors même que des négociations d’adhésion sont ouvertes depuis 2005, la candidature de la Turquie à l’UE est contestée par certains Etats membres. Au cours des dernières années par ailleurs, la guerre en Irak et la question kurde ont dégradé les rapports entre Washington et Ankara.

En second lieu, sur le plan stratégique, le rôle de gardien des détroits (Dardanelles et Bosphore) que le Traité de Montreux confère à la Turquie, place celle-ci au cœur de la confrontation russo-occidentale sur la mer Noire. En effet, la Russie considère que la venue, dans cette mer, de navires de guerre américains et plus généralement de vaisseaux militaires de l’OTAN, est une menace, ou tout au moins qu’elle reflète la volonté des Occidentaux de manifester leur présence dans la région, à des fins dissuasives (cf . notre édition du 25 août 2008). Dès lors, la position de la Turquie est là-encore particulièrement complexe. De par le traité de Montreux (auquel elle est particulièrement attachée), elle se doit de faire respecter les règles de passage et de durée du séjour des navires de guerre qui entrent en mer Noire. De par son appartenance à l’OTAN, elle est suspectée de subir «d’amicales» pressions de ses alliés occidentaux tendant à lui faire assouplir la réglementation du traité en question. Récemment, le passage de deux flottilles, l’une composé de bateaux appartenant à plusieurs pays de l’OTAN (prévue au demeurant avant la récente guerre dans le Caucase), l’autre de navires américains (sensés effectuer une mission humanitaire au profit de la Géorgie), a provoqué une série de polémiques révélatrices. Bien qu’Ankara se soit attachée à faire respecter scrupuleusement par ses alliés les règles de passage du traité de Montreux (limitation du tonnage des navires de guerre pour les Etats non-riverains de la mer Noire passant les détroits en temps de paix), Moscou s’est enquis de la durée du séjour de ces navires (limitée à 21 jours par le traité), et demande maintenant aux Turcs de la faire respecter en annonçant que ces derniers seront responsables des conséquences que pourrait avoir son non-respect.

Très révélateur de cet embarras a été l’attitude de la diplomatie turque à l’égard de la récente reconnaissance par la Russie des indépendances de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie. Tandis que les puissances occidentales jugeaient la décision russe inacceptable, le ministère turc des affaires étrangères n’a pas commenté l’événement, en réaffirmant toutefois son fort attachement à l’intégrité territoriale géorgienne.

En réalité, l’affaire géorgienne montre bien la complexité du positionnement stratégique qui est celui de la Turquie. En temps de paix et de coopération, ce pays peut se targuer de sa position-carrefour à configuration stratégique multiple : candidat à l’UE, il est membre de l’OTAN, du Conseil de l’Europe, de la CEMN ; il a désormais de bonnes relations avec l’Iran et les pays arabes, et garde enfin les détroits de la mer Noire… Mais si la situation internationale dans la région se tend, ce positionnement devient des plus difficiles à gérer et menace de se retourner contre son détenteur. Au cours des prochaines semaines, la politique étrangère turque risque donc de devoir naviguer dans une passe, à bien des égards, aussi étroite et parfois dangereuse, que peut l’être le détroit du Bosphore…
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 7 mars 2014

    […] Les autorités turques ont donné leur accord, le 5 mars, au passage d’un navire de guerre américain en mer Noire. Cette décision rapide est l’indice intéressant d’un positionnement plus résolu d’Ankara aux côtés de ses alliés occidentaux qu’en 2008, au moment de la crise géorgienne. À cette époque, la question du passage de navires américains par les Détroits avait suscité des réactions embarrassées de la diplomatie turque. En dépit de son appartenance à l’OTAN, la Turquie, sous la pression de Moscou (qui avait gelé les importations industrielles turques en Russie pendant plusieurs semaines), avait affecté une posture assez circonspecte (cf. nos éditions du 25  août 2008  et du 30 août 2008). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *