Quelle société civile turque face à la crise syrienne ? Le mouvement de jeunesse du 16 juillet

Alors que le gouvernement turc peine à trouver une position crédible par rapport à la crise syrienne, sa volonté de promouvoir la démocratie dans la région étant contrebalancée par ses liens forts avec Assad et son désir de stabilité avec le voisin syrien (voir notre édition du 21 juin 2011), d’autres initiatives voient le jour. Le mouvement de jeunesse du 16 juillet – 16 Temmuz Gençlik Hareketi – est une plateforme organisée par des étudiants turcs pour soutenir la mobilisation en Syrie engagée depuis le 15 mars 2011. Les manifestations contre le régime syrien ont en effet conduit à une situation critique : suite aux violences perpétrées par le gouvernement provoquant la mort de plusieurs civils, environ 3000 Syriens se sont réfugiés en Turquie. Le mouvement de jeunesse appelle la Turquie à protester activement contre le régime autoritaire du président Assad. Il se solidarise avec le peuple syrien et réclame la liberté et la démocratie. Pour accueillir les réfugiés et lutter avec eux contre le régime, le mouvement de jeunesse a organisé le départ d’un convoi d’Istanbul ce 15 juillet pour se rendre au rassemblement à la frontière turco-syrienne à l’heure de la prière le 16 juillet. Lors de cette manifestation, tout drapeau est interdit, pour signifier que tous être humains sont égaux en droit et souligner l’insignifiance des nationalités. En envoyant des ballons de l’autre côté de la frontière avec des messages de soutien en anglais, arabe, turc et kurde, le mouvement compte souhaiter la bienvenue aux Syriens qui cherchent asile en Turquie. Il projette aussi d’envoyer des pigeons pour symboliser l’amitié, de chanter et de réciter des poèmes autour le grand feu de bivouac à la frontière.

Cette plate-forme regroupe de nombreuses organisations qui se caractérisent par leur orientation conservatrice et religieuse. Parmi elles on retiendra Mazlum-der, la principale association de droits de l’homme musulmane, ou encore MTTB (Milli Türk Talebe Birliği – Union nationale des étudiants turcs), grande organisation d’étudiants liée à la mouvance Milli Görüş. Figure aussi la branche de jeunesse de la polémique İHH (İnsan Hak ve Hürriyetleri ve İnsani Yardım Vakfı- Fondation pour les droits et libertés de l’homme et d’aide humanitaire), qui avait joué un rôle clé dans l’organisation de la flottille « Free Palestine » qui a tenté en mai 2010 de forcer le blocus de Gaza pour apporter de l’aide humanitaire ; deux des fondateurs du mouvement de jeunesse du 16 juillet, les journalistes Adem Özköse et Samet Doğan, se trouvaient d’ailleurs sur le Mavi Marmara, le navire arraisonné par Israël (voir notre édition du 1er juin 2010). Hakan Albayrak, chroniqueur au quotidien progouvernemental Yeni Şafak, souligne que le mouvement critique la position du pouvoir turc sur la crise syrienne pour sa passivité, et appelle le peuple turc à adopter une attitude plus active. Ici encore, on voit que sur certains dossiers sensibles, une société civile musulmane, qui prend ses distances par rapport à un gouvernement qu’elle considère comme trop timoré, notamment en politique étrangère.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 17 août 2011

    […] qu’une partie de la société civile turque, qui a récemment renouvelé son soutien à l’AKP, souhaite que ses dirigeants se montrent plus fermes et plus entreprenants à l’égard du régime s…, la Turquie s’est cantonnée jusqu’à aujourd’hui dans une attitude prudente. Elle semble […]

  2. 31 août 2013

    […] qu’une partie de la société civile turque, qui a récemment renouvelé son soutien à l’AKP, souhaite que ses dirigeants se montrent plus fermes et plus entreprenants à l’égard du régime s…, la Turquie s’est cantonnée jusqu’à aujourd’hui dans une attitude prudente. Elle semble […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *