Une troisième législature mal engagée…

Alors que 13 soldats turcs viennent d’être tués dans une embuscade du PKK et que les députés du BDP n’ont toujours pas rejoint les rangs du parlement, la troisième législature de l’AKP semble mal partie. Inaugurée après le meilleur score jamais réalisé par le parti de Recep Tayyip Erdoğan, lors des élections du 12 juin dernier, cette reconduction au pouvoir n’aura donc pas laissé longtemps le premier ministre savourer sa victoire. Les conflits frontaux, qui avaient dominé la campagne électorale, ont resurgi presqu’instantanément, le CHP et le BDP boycottant la prestation de serment parlementaire, en raison du refus de la justice de faire libérer leurs candidats élus emprisonnés, voire de valider l’élection de certains d’entre eux.

Si le CHP a fini par revenir dans l’hémicycle au terme d’une laborieuse négociation, qui permettra à ses deux élus emprisonnés, le journaliste Mustafa Balbay et l’universitaire Mehmet Haberal, de participer aux travaux parlementaires, tout en restant derrière les barreaux, l’ambiance reste particulièrement lourde. L’embuscade meurtrière survenue le 14 juillet à Silvan, suivie le lendemain d’un appel du DTK (Congrès pour un société démocratique, organisation kurde rassemblant de nombreuses associations, dirigée par Aysel Tuğluk et Ahmet Türk), à «l’autonomie démocratique du peuple kurde, sur la base du concept de patrie commune», a tendu à l’extrême une situation passablement dégradée.

En bref, ce début de législature tranche avec le début de la précédente, qui après l’affrontement pourtant très dur des élections présidentielles de 2007 paraissait ouvrir une nouvelle ère. Lors de la première réunion du parlement nouvellement élu,  Ahmet Türk avait même serré la main du leader nationaliste Devlet Bahçeli (cf. notre édition du 7 août 2007) et l’on avait de fait l’impression que les parlementaires avaient décidé d’aborder les premiers développements de leur mandat en donnant sa chance au compromis. Rien de tel aujourd’hui, où les nouveaux élus entrent dans l’hémicycle, ou refusent d’y entrer d’ailleurs, avec l’intention d’en découdre.

Comment interpréter une telle situation ? Peut-être doit-on se souvenir que les tentatives de compromis de la deuxième législature ont vite basculé dans l’affrontement récurrent. La promesse d’une « Constitution civile » ne s’est finalement soldée que par une réforme constitutionnelle a minima non dépourvue de préoccupations d’ordre tactique, l’ouverture démocratique kurde s’est rapidement enlisée et a été suivie d’un regain de violence en 2010. La société politique turque, qui s’est installée dans la polarisation aiguë au cours des dernières années, paraît avoir du mal à en sortir.

Frustré par sa défaite qui a confirmé son incapacité à redevenir un parti de gouvernement, le CHP a abordé cette législature en s’engageant dans une épreuve de force ratée. Ses députés emprisonnés le resteront et l’on se demande bien pourquoi Kemal Kılıçdaroğlu a ouvert un tel conflit, si c’était pour ne rien obtenir ou presque, et accepter de rentrer dans le rang. Il n’a fait finalement que renforcer son opposition interne, qui a beau jeu maintenant de lui reprocher d’avoir capitulé. Pour leur part, les Kurdes n’ont pas confiance dans le gouvernement et dans ses promesses. Au cours des dernières années, l’AKP a multiplié les déclarations spectaculaires sur la diversité turque et sur la question kurde, mais force est de constater que ces propos n’ont débouché que sur peu d’acquis palpables. Fort de ses 36 élus aux dernières élections, le BDP est l’autre gagnant des dernières élections et entend battre le fer quand il est chaud. Quant l’AKP, il est frappant de voir son manque d’entrain à promouvoir la négociation et le dialogue. Sans doute le parti majoritaire estime-t-il que les résultats des dernières élections qui ont vu un Turc sur deux voter pour lui, l’autorisent à regarder de haut ses adversaires, somme toute comme de mauvais perdants.

Cette attitude est pourtant téméraire quand on sait qu’en dépit de sa victoire, le parti de Recep Tayyip Erdoğan, dispose de moins de sièges dans l’actuelle assemblée que dans la précédente, et qu’il aura impérativement besoin de trouver des partenaires s’il veut engager une réforme constitutionnelle… Mais peut-être le premier ministre a-t-il déjà abandonné, ou reporté une fois de plus ce projet, pour penser à d’autres échéances politiques plus immédiates, comme l’élection présidentielle. Les législatures de l’AKP ne sont décidément pas un long fleuve tranquille.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *