Recrudescence de violence dans le sud-est anatolien

Une embuscade dans les environs de Diyarbakır, près de la ville de Silvan, menée par des hommes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) a provoqué la mort de treize soldats de l’armée turque et en a blessé sept autres, dont deux seraient dans un état critique, jeudi 14 juillet. Sept combattants du PKK auraient également été tués lors de l’accrochage, d’après un communiqué du ministère de la défense. Cette attaque est la plus violente survenue depuis que le PKK a mis fin à un cessez-le-feu en février au profit de la stratégie de la « défense active » par laquelle ses membres sont autorisés à se défendre « s’ils se sentent menacés ». Les forces de sécurité, soutenues par l’aviation, ont aussitôt lancé un raid dans les montagnes de la province de Diyarbakır pour tenter d’intercepter les membres du groupe responsables de l’attaque.
Le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a immédiatement convoqué une réunion de crise à Ankara avec l’armée et les chefs du renseignement ainsi que le ministre de l’Intérieur et le chef de la gendarmerie. Le vice-Premier ministre, Bekir Bozdağ, et le ministre de l’Intérieur İdris Naim Şahin ont mis en place une commission d’enquête visant à éclaircir les conditions dans lesquelles cette attaque est survenue. Alors que les instances gouvernementales ont fermement condamné l’attentat, le Parti du Mouvement Nationaliste (MHP) et le principal parti d’opposition, le CHP (Parti républicain du peuple), ont critiqué le gouvernement pour son inefficacité dans la lutte contre le terrorisme. Le président du MHP (Parti d’action nationaliste), Devlet Bahçeli, s’est déclaré prêt à se mettre au service du gouvernement si celui-ci choisissait de prendre des mesures pour lutter contre le PKK.
Les attaques se sont en effet multipliées ces dernières semaines. Durant le weekend du 2 et 3 juillet, un soldat a été tué et un autre blessé dans la province orientale de Bingöl où les activistes ont attaqué un véhicule transportant des matériaux de construction pour un poste militaire. En outre, deux soldats ont été abattus par des inconnus, supposés appartenir au PKK, à Yüksekova dans la province du sud de Hakkari le 6 juillet dernier. Deux soldats et un fonctionnaire de la santé ont également été enlevés dans la province de Diyarbakır samedi 9 juillet et, mardi 12 juillet, des membres du PKK ont bombardé un commandement de la gendarmerie, blessant légèrement trois soldats.
Les tensions se sont donc ravivées entre le gouvernement et les organisations kurdes. L’attaque de ce jeudi s’est produite quelques heures seulement après que les négociations portant sur la fin du boycott du Parlement par les députés du parti entre le BDP (Parti de la paix et de la démocratie) et le gouvernement aient achoppé. Le parti proteste contre la décision des tribunaux qui refusent la libération de six députés nouvellement élus et actuellement en détention pour leur proximité présumée avec le PKK. Le boycott du parti depuis les législatives du 12 juin a contribué à accroître les tensions politiques sur la question kurde. Le BDP, souvent présenté comme proche de l’organisation armée, a tenu à souligner qu’il n’existait aucun lien entre l’attaque survenue hier et sa décision de boycotter le Parlement et a exprimé ses condoléances pour les soldats tués.
Le journal Today’s Zaman s’interroge sur le lien entre ces attaques et la menace d’Abdullah Öcalan en mai dernier de déclencher une « grande guerre » le 15 juillet si la Turquie continuait à refuser de négocier une fin à ce conflit vieux de plusieurs décennies après les élections législatives de juin. Ce dernier avait pourtant déclaré début juillet par la voix de ses avocats que le gouvernement et le PKK avaient créé un conseil de paix afin d’approfondir le processus de paix et discuter les propositions faites de part et d’autre. Mais depuis, le gouvernement a nié et rejeté cette proposition. Cette attaque, qui contredit les récentes déclarations d’Öcalan, pourrait nuire à ce dernier voire constituer un désaveu de son rôle de chef, estime le chroniqueur Ahmet Altan dans le quotidien Taraf. Parallèlement, lors de son meeting à Diyarbakır le jeudi 14 juillet, le DTK (Congrès de la Société Démocratique), une plateforme qui réunit des organisations non gouvernementales kurdes, a appelé de ses vœux « l’autonomie démocratique » du Kurdistan, sans que l’on sache précisément quelle action cette déclaration pourrait entraîner. Cette embuscade meurtrière et la recrudescence des attaques risquent d’accroître les tensions déjà vives et de nuire aux discussions qui restent, pour le moment, au point mort. « C’est une bombe jetée au Parlement » titre à ce propos Radikal, qui rappelle que cette attaque survient alors qu’est envisagée au Parlement l’élaboration d’une nouvelle Constitution visant, entre autres, à résoudre la question kurde.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *